Port de Casablanca: le contrôle allégé, la situation en cours de déblocage

Les représentants des secteurs avicole et céréalier se sont réunis ce jeudi 20 juin avec les autorités du port de Casablanca pour débloquer la situation. Ils ont convenu d’alléger le contrôle. Un déblocage est attendu dans les heures qui suivent.

Port de Casablanca: le contrôle allégé, la situation en cours de déblocage

Le 20 juin 2019 à 13:49

Modifié le 21 juin 2019 à 10:58

La situation s’envenimait au port de Casablanca. Des dizaines de camions bloqués dans les files de contrôle manifestaient leur mécontentement par des klaxons ininterrompus.

Cette situation a été causée par les nouvelles mesures de contrôle des marchandises mises en place le 17 juin dernier par le comité local de sûreté du port constitué de l’ANP, la Douane, la DGSN, la Gendarmerie, la Protection civile et le district du port.

L’ANP a présenté ces mesures comme des mesures de « facilitation et de fluidification du passage des marchandises » notamment à travers un travail 24h/24, assistance technique, mobilisation de moyens humains supplémentaires… Elle a vite été rattrapée par la réalité.

Depuis le 18 juin, les professionnels des secteurs avicole et céréalier ainsi que ceux du secteur du transport se sont plaints de la lourdeur du trafic dans le port. Ces mesures ciblent les camions transportant des cargaisons de céréales et dérivés. Elles ont provoqué des conséquences économiques importantes notamment pour le secteur avicole.

De mesures d’allègement de contrôle adoptées

Les acteurs se sont ainsi mobilisés en sollicitant l’intervention du ministère de l’agriculture et autres autorités compétentes pour débloquer la situation.

La Douane a réagi sur nos colonnes le 19 juin promettant un rétablissement imminent de la fluidité du contrôle. Mais le blocage a persisté le mercredi 19 et dans la matinée de ce jeudi 20 juin.

Selon nos informations, une réunion a été tenue ce jeudi 20 juin à 11h au port de Casablanca pour tenter de trouver une issue. « C’est débloqué. Ils ont autorisé les camions qui sortent des silos à passer sans contrôle au scanner. Les camions qui passent par le quai subiront, eux, un contrôle au scanner aléatoire », nous affirme une source ayant assisté à la réunion. 

Les opérateurs sont rassurés mais attendent tout de même de voir l’impact de ces nouvelles dispositions dans la pratique. « Si "aléatoire" reste ou redevient "systématique", cela ne résoudra pas le problème », ajoute notre source.

Les acteurs se donnent deux jours pour voir l’évolution de la situation au port avant de décider de la marche à suivre. Cela dit, l'ordre semble rétabli, car dans l'après-midi du jeudi 20 juin, le son de cloche auprès des opérateurs était positif. Les mesures décidées dans la réunion du matin ont été effectif et le trafic s'est fluidifié. 

L’alerte sécuritaire levée ?

Les importants bouchons à la sortie du port sont causés principalement par la systématisation du passage des camions par des scanners depuis le lundi 17 juin, alors que ce n’était pas le cas auparavant. Le communiqué de l’ANP laissait supposer que ces nouvelles mesures étaient définitives.

Or, Médias24 a obtenu un autre son de cloche auprès de la douane, également partie prenante dans le contrôle des marchandises au niveau des ports.

Elle assure qu’il n’y a aucune systématisation du contrôle au scanner des camions transportant les céréales et leurs dérivés. « Il s’agit d’une opération ponctuelle de contrôle intégral ciblant les cargaisons transportées par les navires en provenance de quelques pays, et ce pour des raisons sécuritaires», précise la Douane, sans donner plus de précision sur la nature des risques sécuritaires en question.

Selon des sources officieuses, les autorités contrôlent toutes les marchandises provenant de l’Amérique du sud par bateau.

« L’objectif à travers ce renforcement de contrôle est également de créer un effet de dissuasion », poursuit-on. 

>> Lire aussi : Port de Casa: De nouveaux scanners opérationnels dès le 9 avril 

Port de Casablanca: le contrôle allégé, la situation en cours de déblocage

Le 20 juin 2019 à14:33

Modifié le 21 juin 2019 à 10:58

Les représentants des secteurs avicole et céréalier se sont réunis ce jeudi 20 juin avec les autorités du port de Casablanca pour débloquer la situation. Ils ont convenu d’alléger le contrôle. Un déblocage est attendu dans les heures qui suivent.

La situation s’envenimait au port de Casablanca. Des dizaines de camions bloqués dans les files de contrôle manifestaient leur mécontentement par des klaxons ininterrompus.

Cette situation a été causée par les nouvelles mesures de contrôle des marchandises mises en place le 17 juin dernier par le comité local de sûreté du port constitué de l’ANP, la Douane, la DGSN, la Gendarmerie, la Protection civile et le district du port.

L’ANP a présenté ces mesures comme des mesures de « facilitation et de fluidification du passage des marchandises » notamment à travers un travail 24h/24, assistance technique, mobilisation de moyens humains supplémentaires… Elle a vite été rattrapée par la réalité.

Depuis le 18 juin, les professionnels des secteurs avicole et céréalier ainsi que ceux du secteur du transport se sont plaints de la lourdeur du trafic dans le port. Ces mesures ciblent les camions transportant des cargaisons de céréales et dérivés. Elles ont provoqué des conséquences économiques importantes notamment pour le secteur avicole.

De mesures d’allègement de contrôle adoptées

Les acteurs se sont ainsi mobilisés en sollicitant l’intervention du ministère de l’agriculture et autres autorités compétentes pour débloquer la situation.

La Douane a réagi sur nos colonnes le 19 juin promettant un rétablissement imminent de la fluidité du contrôle. Mais le blocage a persisté le mercredi 19 et dans la matinée de ce jeudi 20 juin.

Selon nos informations, une réunion a été tenue ce jeudi 20 juin à 11h au port de Casablanca pour tenter de trouver une issue. « C’est débloqué. Ils ont autorisé les camions qui sortent des silos à passer sans contrôle au scanner. Les camions qui passent par le quai subiront, eux, un contrôle au scanner aléatoire », nous affirme une source ayant assisté à la réunion. 

Les opérateurs sont rassurés mais attendent tout de même de voir l’impact de ces nouvelles dispositions dans la pratique. « Si "aléatoire" reste ou redevient "systématique", cela ne résoudra pas le problème », ajoute notre source.

Les acteurs se donnent deux jours pour voir l’évolution de la situation au port avant de décider de la marche à suivre. Cela dit, l'ordre semble rétabli, car dans l'après-midi du jeudi 20 juin, le son de cloche auprès des opérateurs était positif. Les mesures décidées dans la réunion du matin ont été effectif et le trafic s'est fluidifié. 

L’alerte sécuritaire levée ?

Les importants bouchons à la sortie du port sont causés principalement par la systématisation du passage des camions par des scanners depuis le lundi 17 juin, alors que ce n’était pas le cas auparavant. Le communiqué de l’ANP laissait supposer que ces nouvelles mesures étaient définitives.

Or, Médias24 a obtenu un autre son de cloche auprès de la douane, également partie prenante dans le contrôle des marchandises au niveau des ports.

Elle assure qu’il n’y a aucune systématisation du contrôle au scanner des camions transportant les céréales et leurs dérivés. « Il s’agit d’une opération ponctuelle de contrôle intégral ciblant les cargaisons transportées par les navires en provenance de quelques pays, et ce pour des raisons sécuritaires», précise la Douane, sans donner plus de précision sur la nature des risques sécuritaires en question.

Selon des sources officieuses, les autorités contrôlent toutes les marchandises provenant de l’Amérique du sud par bateau.

« L’objectif à travers ce renforcement de contrôle est également de créer un effet de dissuasion », poursuit-on. 

>> Lire aussi : Port de Casa: De nouveaux scanners opérationnels dès le 9 avril 

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.