Pour faire redémarrer l'économie, il faut donner de la visibilité aux opérateurs

COMMENTAIRE. Il ne suffit pas d'annoncer une levée du confinement. Déconfinement ou pas, il faut annoncer au plus vite le plan progressif, avec des dates, des secteurs, des mesures. Sinon, le coût sera énorme.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/07-06-2020/conseildegouvernementmap0.jpg-oui
Pour faire redémarrer l'économie, il faut donner de la visibilité aux opérateurs Conseil de gouvernement quelques jours avant le confinement obligatoire.

Le 07 juin 2020 à 15:35

Modifié le 07 juin 2020 à 22:22

Le confinement vient à échéance le mercredi prochain 10 juin à 18H00 et aucun responsable n'a donné la moindre déclaration officielle concernant sa prolongation ou non. Le commun des mortels ne sait pas avec certitude si la levée du confinement aura bien lieu le mercredi 10 juin à 18H, ni dans quelles conditions. Cette situation anxiogène explique d'ailleurs le buzz créé par des publications affirmant que le confinement sera prolongé et par d'autres affirmant le contraire (*).

La décision sera annoncée, c'est logique, à compter de ce lundi 8 juin (hypothèse optimiste).
Imaginons qu'en ce jour de grâce du lundi 8 juin, on nous confirme une levée du confinement pour le mercredi. Il faudrait être naïf pour croire que le jeudi 11 juin 2020 à 08H00, les secteurs concernés seront tous à pied d'oeuvre et redémarreront sur les chapeaux de roues. C'est tout simplement impossible. Il y a un temps de latence, variable selon les secteurs

Prenons l'exemple du tourisme. Un hôtel, fermé pendant trois mois, doit être remis en état. Il doit être également mis à niveau pour les nouvelles normes sanitaires avec une certification. Il doit communiquer, se placer de nouveau dans les circuits de réservation. Pour la clientèle étrangère, il dépend totalement de la réouverture des frontières et de la reprise du trafic aérien. Dans certains secteurs comme les congrès, les décisions et réservations se prennent un à deux ans à l'avance.

C'est pareil dans presque tous les secteurs qui sont à l'arrêt: les coiffeurs, les hammams, les cafés, les restaurants, certains commerces, les transports de voyageurs... Le délai minimum entre une annonce et une réouverture réelle est de 15 jours selon toutes les estimations.

Il y a en ce moment une énorme attente concernant la décision de déconfiner ou pas. Mais en réalité, la vraie revendication n'est pas de lever le confinement, elle consiste à connaître, aussi vite que possible, le planning de ce déconfinement dont on sait qu'il sera progressif. Il faut faire comme tous les autres pays. Le Maroc doit avoir son plan. Plus vous tarderez, et plus le coût économique et social sera élevé.

--

(*) Sans oublier les innombrables articles et même déclarations où l'on confond état d'urgence sanitaire et confinement sanitaire.

Conseil de gouvernement quelques jours avant le confinement obligatoire.

Pour faire redémarrer l'économie, il faut donner de la visibilité aux opérateurs

Le 07 juin 2020 à17:24

Modifié le 07 juin 2020 à 22:22

COMMENTAIRE. Il ne suffit pas d'annoncer une levée du confinement. Déconfinement ou pas, il faut annoncer au plus vite le plan progressif, avec des dates, des secteurs, des mesures. Sinon, le coût sera énorme.

com_redaction-96

Le confinement vient à échéance le mercredi prochain 10 juin à 18H00 et aucun responsable n'a donné la moindre déclaration officielle concernant sa prolongation ou non. Le commun des mortels ne sait pas avec certitude si la levée du confinement aura bien lieu le mercredi 10 juin à 18H, ni dans quelles conditions. Cette situation anxiogène explique d'ailleurs le buzz créé par des publications affirmant que le confinement sera prolongé et par d'autres affirmant le contraire (*).

La décision sera annoncée, c'est logique, à compter de ce lundi 8 juin (hypothèse optimiste).
Imaginons qu'en ce jour de grâce du lundi 8 juin, on nous confirme une levée du confinement pour le mercredi. Il faudrait être naïf pour croire que le jeudi 11 juin 2020 à 08H00, les secteurs concernés seront tous à pied d'oeuvre et redémarreront sur les chapeaux de roues. C'est tout simplement impossible. Il y a un temps de latence, variable selon les secteurs

Prenons l'exemple du tourisme. Un hôtel, fermé pendant trois mois, doit être remis en état. Il doit être également mis à niveau pour les nouvelles normes sanitaires avec une certification. Il doit communiquer, se placer de nouveau dans les circuits de réservation. Pour la clientèle étrangère, il dépend totalement de la réouverture des frontières et de la reprise du trafic aérien. Dans certains secteurs comme les congrès, les décisions et réservations se prennent un à deux ans à l'avance.

C'est pareil dans presque tous les secteurs qui sont à l'arrêt: les coiffeurs, les hammams, les cafés, les restaurants, certains commerces, les transports de voyageurs... Le délai minimum entre une annonce et une réouverture réelle est de 15 jours selon toutes les estimations.

Il y a en ce moment une énorme attente concernant la décision de déconfiner ou pas. Mais en réalité, la vraie revendication n'est pas de lever le confinement, elle consiste à connaître, aussi vite que possible, le planning de ce déconfinement dont on sait qu'il sera progressif. Il faut faire comme tous les autres pays. Le Maroc doit avoir son plan. Plus vous tarderez, et plus le coût économique et social sera élevé.

--

(*) Sans oublier les innombrables articles et même déclarations où l'on confond état d'urgence sanitaire et confinement sanitaire.

A lire aussi


Communication financière

SALAFIN: Résultats Semestriels S1-2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.