Rachid Talbi Alami : Une nouvelle affaire qui secoue la majorité

A un an des scrutins de 2021, un ex-ministre du RNI est accusé par l’Inspection générale des finances d’avoir passé un marché de gré à gré pour créer un site internet qui aurait coûté 10 fois le prix normal. Profitant de l’occasion, le SG du PAM, 1er parti de l’opposition, a réclamé l'ouverture d’une enquête parlementaire pour auditer toutes les opérations financières du mandat de Rachid Talbi Alami.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/30-06-2020/talbi1120.jpg-oui
Rachid Talbi Alami : Une nouvelle affaire qui secoue la majorité

Le 30 juin 2020 à 13:26

Modifié le 01 juillet 2020 à 07:48

Révélée par notre confrère Lakome, cette nouvelle affaire arrive à point nommé pour les adversaires du RNI qui ne s’étaient pas gênés pour dénoncer les 2 ministres du PJD accusés de ne pas avoir déclaré des employés à la CNSS. 

Cette fois-ci, c’est un rapport de l’inspection générale du ministère des finances qui a relevé plusieurs dysfonctionnements dans la gestion de l’ancien titulaire du ministère de la Jeunesse et des sports.

Dans son analyse du portail national dédié aux colonies de vacances, l’IGF a soulevé plusieurs manquements juridiques, techniques, de confidentialité, de sécurité, d’hébergement et enfin de coût (Voir document en fin d’article).

En effet, la création du site intitulé vacances.gov.ma destiné aux enfants de la Fédération nationale des colonies de vacances n’aurait pas respecté les procédures en se passant d’appel d’offres et en dépassant de très loin le budget normalement alloué pour créer un site ministériel (2,5 MDH au lieu de 200.000 dirhams pour un portail équivalent).

Si le PJD, partenaire du RNI dans la coalition gouvernementale, est, pour l’instant, resté silencieux, il n’en est pas de même pour le PAM dont le secrétaire général a réclamé la constitution d’une commission d’enquête pour auditer toutes les opérations financières (appels d’offres, contrats de gré à gré et dépenses) requérant la signature de Talbi Alami durant les deux ans et demi (avril 2017-octobre 2019) où il a occupé le poste de ministre de la Jeunesse et des sports.

Qualifiant cette affaire de « scandale de la majorité », Abdellatif Ouahbi a affirmé qu’il comptait saisir les autres partis d’opposition (Istiqlal …) pour déposer une requête commune dans ce sens.

Sachant que l’article 67 de la Constitution stipule que les commissions d’enquête sont créées à l’initiative du Roi ou à la demande du tiers de la Chambre basse ou haute, le SG du PAM devra donc rallier 131 parlementaires à sa cause, ce qui en l’état actuel des forces parait peu probable.  

Si nos tentatives de joindre l’ancien ministre sont restées vaines, Talbi Alami a déclaré à un confrère que la création du portail avait respecté toutes les obligations légales et qu’il avait chargé son avocat d’attaquer en justice tous « les clowns qui propagent ces nouvelles » de dilapidation de deniers publics. En fait, il suffit de parcourir le site en question pour constater qu'il s'agit d'un travail correct certes, mais dont le prix, s'il était avéré, est totalement hors marché. Rachid Talbi Alami est donc invité à fournir les explications argumentées et étayées par des chiffres et des arguments pour se défendre.

Quoi qu’il advienne, cette nouvelle affaire ne risque pas de souder les rangs de la majorité alors que le gouvernement va devoir gérer les conséquences d’une des pires crises économiques de son histoire …

Ci-après, une capture d'écran des manquements relevés par l'inspection générale du ministère des Finances:

Rachid Talbi Alami : Une nouvelle affaire qui secoue la majorité

Le 30 juin 2020 à13:26

Modifié le 01 juillet 2020 à 07:48

A un an des scrutins de 2021, un ex-ministre du RNI est accusé par l’Inspection générale des finances d’avoir passé un marché de gré à gré pour créer un site internet qui aurait coûté 10 fois le prix normal. Profitant de l’occasion, le SG du PAM, 1er parti de l’opposition, a réclamé l'ouverture d’une enquête parlementaire pour auditer toutes les opérations financières du mandat de Rachid Talbi Alami.

Révélée par notre confrère Lakome, cette nouvelle affaire arrive à point nommé pour les adversaires du RNI qui ne s’étaient pas gênés pour dénoncer les 2 ministres du PJD accusés de ne pas avoir déclaré des employés à la CNSS. 

Cette fois-ci, c’est un rapport de l’inspection générale du ministère des finances qui a relevé plusieurs dysfonctionnements dans la gestion de l’ancien titulaire du ministère de la Jeunesse et des sports.

Dans son analyse du portail national dédié aux colonies de vacances, l’IGF a soulevé plusieurs manquements juridiques, techniques, de confidentialité, de sécurité, d’hébergement et enfin de coût (Voir document en fin d’article).

En effet, la création du site intitulé vacances.gov.ma destiné aux enfants de la Fédération nationale des colonies de vacances n’aurait pas respecté les procédures en se passant d’appel d’offres et en dépassant de très loin le budget normalement alloué pour créer un site ministériel (2,5 MDH au lieu de 200.000 dirhams pour un portail équivalent).

Si le PJD, partenaire du RNI dans la coalition gouvernementale, est, pour l’instant, resté silencieux, il n’en est pas de même pour le PAM dont le secrétaire général a réclamé la constitution d’une commission d’enquête pour auditer toutes les opérations financières (appels d’offres, contrats de gré à gré et dépenses) requérant la signature de Talbi Alami durant les deux ans et demi (avril 2017-octobre 2019) où il a occupé le poste de ministre de la Jeunesse et des sports.

Qualifiant cette affaire de « scandale de la majorité », Abdellatif Ouahbi a affirmé qu’il comptait saisir les autres partis d’opposition (Istiqlal …) pour déposer une requête commune dans ce sens.

Sachant que l’article 67 de la Constitution stipule que les commissions d’enquête sont créées à l’initiative du Roi ou à la demande du tiers de la Chambre basse ou haute, le SG du PAM devra donc rallier 131 parlementaires à sa cause, ce qui en l’état actuel des forces parait peu probable.  

Si nos tentatives de joindre l’ancien ministre sont restées vaines, Talbi Alami a déclaré à un confrère que la création du portail avait respecté toutes les obligations légales et qu’il avait chargé son avocat d’attaquer en justice tous « les clowns qui propagent ces nouvelles » de dilapidation de deniers publics. En fait, il suffit de parcourir le site en question pour constater qu'il s'agit d'un travail correct certes, mais dont le prix, s'il était avéré, est totalement hors marché. Rachid Talbi Alami est donc invité à fournir les explications argumentées et étayées par des chiffres et des arguments pour se défendre.

Quoi qu’il advienne, cette nouvelle affaire ne risque pas de souder les rangs de la majorité alors que le gouvernement va devoir gérer les conséquences d’une des pires crises économiques de son histoire …

Ci-après, une capture d'écran des manquements relevés par l'inspection générale du ministère des Finances:

A lire aussi


Communication financière

Communiqué post AG 30 juin 2020 - LafargeHolcim Maroc

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.