Révision constitutionnelle en Algérie: le Maroc doit-il se sentir visé?

Dix jours avant la révision constitutionnelle qui permettra à l’armée algérienne d’intervenir à l’étranger, certains analystes s’inquiètent des conséquences de ce changement pour le Maroc, qui rendrait théoriquement possible la conclusion d’un accord de défense mutuelle avec le polisario. 

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/21-10-2020/ALGERIE.jpg-oui
Révision constitutionnelle en Algérie : Le Maroc doit-il se sentir visé ?

Le 21 octobre 2020 à 19:29

Modifié le 22 octobre 2020 à 15:02

Entre les nombreuses déclarations bellicistes du président Tebboune contre l’intégrité territoriale du Royaume et les menaces réitérées du polisario de reprendre les armes, le Maroc a des raisons de se sentir visé.

"Si le blocage persiste au Sahara, la rasd recourra à l'usage du droit de légitime défense en concluant des accords de défense mutuelle avec des pays amis, droit reconnu par la législation internationale et la charte fondatrice de l'Union africaine", a déclaré mercredi 14 octobre à la radio algérienne le "MAE" Mohamed Salem Ould Salek. Une menace à peine voilée, la énième, de reprendre les armes contre le Maroc.

Une réforme qui permettra d’intervenir partout, y compris en Afrique du nord

S’il n’a pas précisé le nom des pays avec lesquels le polisario pourrait conclure un pacte de défense, le dirigeant séparatiste a laissé entendre que son mouvement comptait "suffisamment de pays et de peuples amis en Afrique et ailleurs dans le monde, avec qui il lui serait possible de conclure des accords de défense mutuelle".

En réalité, tout porte à croire qu’il s’agit de son mentor algérien qui s’apprête à changer, fort opportunément, de doctrine en réformant sa Constitution pour être autorisé à déployer son armée sur des terrains de conflit à l'étranger dans le cadre de l’ONU, de l'UA et de la Ligue arabe.

En effet, à l’issue d’un référendum populaire qui aura lieu le 1er novembre prochain, la nouvelle Constitution devrait autoriser l’ANP, après approbation à la majorité des deux tiers de chaque chambre du Parlement, à participer à des opérations de maintien de la paix sous les auspices des Nations unies ou à à la restauration de la paix dans la région (?) dans le cadre d’accords bilatéraux avec les pays concernés.

Un bouclier militaire algérien pour le polisario?

Ainsi, si la décision d’envoyer des unités à l’étranger appartient au chef de l'Etat, rien n’interdira à ce dernier de conclure un accord de défense militaire avec la "rasd", "membre" actuel de l’UA, puis de s'impliquer directement dans le conflit du Sahara sous couvert de vouloir restaurer la paix.

Sachant que le président Tebboune n’a pas cessé d’affirmer que la résolution de ce conflit passait par un référendum d’autodétermination et que Ould Salek a averti qu’en cas de blocage persistant de son organisation, un pacte de défense avec l’Algérie permettrait à la "rasd" de bénéficier d’un bouclier militaire et d'élargir son expansion dans les zones situées à l’est du mur de sécurité qu’elle qualifie de territoires qui lui reviennent.

Un amendement troublant pour légitimer une aide militaire algérienne

Se voulant menaçant, le dirigeant a également déclaré que "face à la résistance marocaine et à l'incapacité de la Minurso à imposer au Maroc le respect de ses engagements signés dans le plan de règlement, à savoir organiser un référendum populaire, la rasd pourra recourir à l'usage du droit de légitime défense avec l’aide de pays amis".

Un scénario qu'avait déjà prévu en mai dernier dans nos colonnes l’expert en géopolitique, El Moussaoui El Ajlaoui, pour qui l’amendement constitutionnel en question serait certainement l'occasion pour le polisario de demander une aide militaire au pays qui le protège depuis sa création.

Une intervention montrera que l’Algérie est partie prenante depuis le début du confit

Selon lui, cette révision qui permettra à l’ANP d’aider un Etat voisin qui en fait la demande dans le cadre d'accords bilatéraux, est très troublante car "si le polisario, membre de l’Union africaine, réclame une aide militaire à l'Algérie, il n'est pas exclu de retrouver l'armée algérienne à l’est du mur".

"En effet, si le polisario décidait de s'installer dans le no man's land de Guergarat, présenté comme un territoire libéré, on pourrait avoir des bataillons de l'ANP qui tenteraient de couper la route du Maroc vers la Mauritanie", avait expliqué El Moussaoui qui, au regard des déclarations de plus en plus violentes du régime algérien, n’excluait pas l’éventualité d’une confrontation directe entre les deux voisins.

Quoi qu’il advienne, une éventuelle participation militaire algérienne aux côtés des troupes dépenaillées du polisario pour essayer de s’installer dans les zones du no man’s land ne fera que montrer au reste du monde que l’Algérie est depuis toujours la véritable instigatrice de ce conflit … 

Révision constitutionnelle en Algérie: le Maroc doit-il se sentir visé?

Le 21 octobre 2020 à19:29

Modifié le 22 octobre 2020 à 15:02

Dix jours avant la révision constitutionnelle qui permettra à l’armée algérienne d’intervenir à l’étranger, certains analystes s’inquiètent des conséquences de ce changement pour le Maroc, qui rendrait théoriquement possible la conclusion d’un accord de défense mutuelle avec le polisario. 

com_redaction-20

Entre les nombreuses déclarations bellicistes du président Tebboune contre l’intégrité territoriale du Royaume et les menaces réitérées du polisario de reprendre les armes, le Maroc a des raisons de se sentir visé.

"Si le blocage persiste au Sahara, la rasd recourra à l'usage du droit de légitime défense en concluant des accords de défense mutuelle avec des pays amis, droit reconnu par la législation internationale et la charte fondatrice de l'Union africaine", a déclaré mercredi 14 octobre à la radio algérienne le "MAE" Mohamed Salem Ould Salek. Une menace à peine voilée, la énième, de reprendre les armes contre le Maroc.

Une réforme qui permettra d’intervenir partout, y compris en Afrique du nord

S’il n’a pas précisé le nom des pays avec lesquels le polisario pourrait conclure un pacte de défense, le dirigeant séparatiste a laissé entendre que son mouvement comptait "suffisamment de pays et de peuples amis en Afrique et ailleurs dans le monde, avec qui il lui serait possible de conclure des accords de défense mutuelle".

En réalité, tout porte à croire qu’il s’agit de son mentor algérien qui s’apprête à changer, fort opportunément, de doctrine en réformant sa Constitution pour être autorisé à déployer son armée sur des terrains de conflit à l'étranger dans le cadre de l’ONU, de l'UA et de la Ligue arabe.

En effet, à l’issue d’un référendum populaire qui aura lieu le 1er novembre prochain, la nouvelle Constitution devrait autoriser l’ANP, après approbation à la majorité des deux tiers de chaque chambre du Parlement, à participer à des opérations de maintien de la paix sous les auspices des Nations unies ou à à la restauration de la paix dans la région (?) dans le cadre d’accords bilatéraux avec les pays concernés.

Un bouclier militaire algérien pour le polisario?

Ainsi, si la décision d’envoyer des unités à l’étranger appartient au chef de l'Etat, rien n’interdira à ce dernier de conclure un accord de défense militaire avec la "rasd", "membre" actuel de l’UA, puis de s'impliquer directement dans le conflit du Sahara sous couvert de vouloir restaurer la paix.

Sachant que le président Tebboune n’a pas cessé d’affirmer que la résolution de ce conflit passait par un référendum d’autodétermination et que Ould Salek a averti qu’en cas de blocage persistant de son organisation, un pacte de défense avec l’Algérie permettrait à la "rasd" de bénéficier d’un bouclier militaire et d'élargir son expansion dans les zones situées à l’est du mur de sécurité qu’elle qualifie de territoires qui lui reviennent.

Un amendement troublant pour légitimer une aide militaire algérienne

Se voulant menaçant, le dirigeant a également déclaré que "face à la résistance marocaine et à l'incapacité de la Minurso à imposer au Maroc le respect de ses engagements signés dans le plan de règlement, à savoir organiser un référendum populaire, la rasd pourra recourir à l'usage du droit de légitime défense avec l’aide de pays amis".

Un scénario qu'avait déjà prévu en mai dernier dans nos colonnes l’expert en géopolitique, El Moussaoui El Ajlaoui, pour qui l’amendement constitutionnel en question serait certainement l'occasion pour le polisario de demander une aide militaire au pays qui le protège depuis sa création.

Une intervention montrera que l’Algérie est partie prenante depuis le début du confit

Selon lui, cette révision qui permettra à l’ANP d’aider un Etat voisin qui en fait la demande dans le cadre d'accords bilatéraux, est très troublante car "si le polisario, membre de l’Union africaine, réclame une aide militaire à l'Algérie, il n'est pas exclu de retrouver l'armée algérienne à l’est du mur".

"En effet, si le polisario décidait de s'installer dans le no man's land de Guergarat, présenté comme un territoire libéré, on pourrait avoir des bataillons de l'ANP qui tenteraient de couper la route du Maroc vers la Mauritanie", avait expliqué El Moussaoui qui, au regard des déclarations de plus en plus violentes du régime algérien, n’excluait pas l’éventualité d’une confrontation directe entre les deux voisins.

Quoi qu’il advienne, une éventuelle participation militaire algérienne aux côtés des troupes dépenaillées du polisario pour essayer de s’installer dans les zones du no man’s land ne fera que montrer au reste du monde que l’Algérie est depuis toujours la véritable instigatrice de ce conflit … 

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

INVOLYS: indicateurs d'activité du 3ème trimestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.