Révolte au Mouvement populaire: Hassad, Laenser et Moubdii réagissent

Depuis quelques jours, la presse reçoit des mails anonymes faisant état d’un mouvement de contestation au sein du Mouvement Populaire qui serait organisé par Mohamed Hassad pour démettre le secrétaire général, Mohand Laenser. Après les avoir interrogés, il s’avère qu’il s’agit d’une instrumentalisation du nom de Hassad pour essayer de légitimer l’action d’initiateurs masqués se présentant comme le courant du changement.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/24-10-2019/Laenser-archive.jpg-oui
Révolte au sein du Mouvement Populaire: Hassad, Laenser et Moubdii réagissent (Photo MAP)

Le 24 octobre 2019 à 16:55

Modifié le 25 octobre 2019 à 09:53

Quinze jours après les incidents ayant émaillé l’élection des membres du conseil de la jeunesse du MP, un groupe intitulé "le courant du changement" affirme aux médias que la majorité des parlementaires du parti n’obéit plus à Mohand Laenser qu’ils veulent démettre pour organiser un congrès extraordinaire qui élirait une nouvelle direction.

Tout en qualifiant le secrétaire général de "dinosaure" qui contredit les directives royales de rajeunir les élites, ce groupe qui se prévaut du soutien de 14 députés est à l’origine de plusieurs mails anonymes adressés à la presse pour se donner une visibilité.

D’ordinaire peu réceptif à ce genre de courriers, Médias24 a cette fois-ci contacté plusieurs dirigeants du MP pour vérifier si, comme le prétend ce courant, le membre du bureau politique et ancien ministre Mohamed Hassad faisait partie de ce groupe et était bien à la manœuvre.

Moubdii: "Aucune scission au sein du groupe parlementaire"

Mohamed Moubdii, chef du groupe parlementaire du MP à la Chambre basse, nous a affirmé ne pas être au courant d’un boycott de ses réunions de 14 députés sur 25.

"Etant toujours président en exercice du groupe du MP, je n’ai aucune information sur la constitution d’un groupe désireux de faire scission avec la direction officielle.

"Les réunions parlementaires n’ont connu aucun incident et contrairement à ce qui est dit, il n’est pas anormal que l’équipe ne soit pas au complet lors des séances de travail sachant que la moyenne du taux de présence est comprise entre 50 et 70%.

"A ce propos, aucun des 25 députés de notre groupe n’a fait de déclaration sur un boycott ou un gel de ses activités au sein du groupe officiel. A partir de là, la prétendue absence de 14 députés sur 25 n’a donc rien à voir avec un mouvement de contestation ;

"De plus, prétendre que Hassad est à la manœuvre n’a aucun sens, sachant qu’il n’est pas député et n’a aucun lien avec notre groupe", précise l’ancien ministre de la fonction publique.

Interrogé sur une éventuelle lassitude de militants par rapport à l’inamovibilité du secrétaire général, réélu récemment, Moubdii préfère botter en touche en affirmant que dans tous les partis du monde, existent des avis divergents sur un leadership.

Hassad : "Je ne suis pas à la manœuvre"

Contacté à son tour pour savoir s’il adhérait et assumait la paternité des propos du "courant du changement", Mohamed Hassad nous a retourné la question en nous demandant notre avis.

"Me croyez-vous sérieusement capable d’être à la manœuvre au regard de mon parcours politique et de mes anciennes responsabilités d’homme d’Etat ?

"Pensez-vous que je sois le genre de personne à diriger un groupe de contestataires tout en me cachant ?

"Malgré les nombreuses sollicitations de vos confrères, je n’ai pas souhaité réagir mais cela va beaucoup trop loin et je me dois de clarifier ma position à ce sujet.

"Dès le départ, il était évident que je n’ai pas rejoint les rangs du Mouvement populaire pour créer des problèmes mais plutôt pour en résoudre le cas échéant.

"En règle générale, je ne m’engage que de manière positive dans la mesure où je peux être utile, mais certainement pas pour organiser une sédition ou un coup de force.

"Sachant qu’on utilise et instrumentalise mon nom pour se donner une légitimité, je tiens donc à me démarquer officiellement de ces personnes que je ne connais ni de près ni de loin.

"A partir de là, je préfère donc crever l’abcès car ce dont on m’accuse à savoir créer des conflits n’est ni dans mon caractère ni dans mon style", conclut Hassad qui se dit volontaire pour résoudre des problèmes mais pas pour en créer. 

Laenser: "Les responsables sont certains jeunes et des personnes exclues du MP"

A l’instar du chef du groupe parlementaire, Mohand Laenser nous a déclaré qu’il n’y avait aucun boycott de l’activité partisane du parti qu’il dirige depuis plusieurs décennies.

"La réaction de Si Hassad prouve s’il en était besoin que ces personnes n’ont aucune légitimité et qu’elles cherchent simplement à se donner une importance infondée.

"Concernant leurs affirmations de boycott d’une majorité de députés, il faut savoir que hormis de rares occasions, le groupe n’est jamais présent en totalité à la chambre.

"Lors de la dernière réunion parlementaire dont ils font état, 17 députés étaient présents, 5 se sont excusés car ils étaient à l’étranger et 3 étaient en effet absents même s’ils ont assisté juste avant au traditionnel déjeuner de groupe qui a lieu au Parlement.

"En fait, derrière ce mouvement, il y a quelques jeunes à l’origine des récents incidents lors des élections du Conseil de la jeunesse mais surtout des personnes récemment exclues du MP. Cela les arrange de faire circuler ce genre d’informations mais je peux vous garantir qu’il n’y a aucune contestation interne dans notre formation politique.

"Les réunions du bureau politique se passent normalement avec l’ensemble de ses membres même si je dois reconnaître que certains ont été déçus de ne pas être devenus ministres mais rien de vraiment méchant", conclut Laenser qui tient donc à minimiser la situation en lui déniant toute gravité.

(Photo MAP)

Révolte au Mouvement populaire: Hassad, Laenser et Moubdii réagissent

Le 24 octobre 2019 à16:55

Modifié le 25 octobre 2019 à 09:53

Depuis quelques jours, la presse reçoit des mails anonymes faisant état d’un mouvement de contestation au sein du Mouvement Populaire qui serait organisé par Mohamed Hassad pour démettre le secrétaire général, Mohand Laenser. Après les avoir interrogés, il s’avère qu’il s’agit d’une instrumentalisation du nom de Hassad pour essayer de légitimer l’action d’initiateurs masqués se présentant comme le courant du changement.

Quinze jours après les incidents ayant émaillé l’élection des membres du conseil de la jeunesse du MP, un groupe intitulé "le courant du changement" affirme aux médias que la majorité des parlementaires du parti n’obéit plus à Mohand Laenser qu’ils veulent démettre pour organiser un congrès extraordinaire qui élirait une nouvelle direction.

Tout en qualifiant le secrétaire général de "dinosaure" qui contredit les directives royales de rajeunir les élites, ce groupe qui se prévaut du soutien de 14 députés est à l’origine de plusieurs mails anonymes adressés à la presse pour se donner une visibilité.

D’ordinaire peu réceptif à ce genre de courriers, Médias24 a cette fois-ci contacté plusieurs dirigeants du MP pour vérifier si, comme le prétend ce courant, le membre du bureau politique et ancien ministre Mohamed Hassad faisait partie de ce groupe et était bien à la manœuvre.

Moubdii: "Aucune scission au sein du groupe parlementaire"

Mohamed Moubdii, chef du groupe parlementaire du MP à la Chambre basse, nous a affirmé ne pas être au courant d’un boycott de ses réunions de 14 députés sur 25.

"Etant toujours président en exercice du groupe du MP, je n’ai aucune information sur la constitution d’un groupe désireux de faire scission avec la direction officielle.

"Les réunions parlementaires n’ont connu aucun incident et contrairement à ce qui est dit, il n’est pas anormal que l’équipe ne soit pas au complet lors des séances de travail sachant que la moyenne du taux de présence est comprise entre 50 et 70%.

"A ce propos, aucun des 25 députés de notre groupe n’a fait de déclaration sur un boycott ou un gel de ses activités au sein du groupe officiel. A partir de là, la prétendue absence de 14 députés sur 25 n’a donc rien à voir avec un mouvement de contestation ;

"De plus, prétendre que Hassad est à la manœuvre n’a aucun sens, sachant qu’il n’est pas député et n’a aucun lien avec notre groupe", précise l’ancien ministre de la fonction publique.

Interrogé sur une éventuelle lassitude de militants par rapport à l’inamovibilité du secrétaire général, réélu récemment, Moubdii préfère botter en touche en affirmant que dans tous les partis du monde, existent des avis divergents sur un leadership.

Hassad : "Je ne suis pas à la manœuvre"

Contacté à son tour pour savoir s’il adhérait et assumait la paternité des propos du "courant du changement", Mohamed Hassad nous a retourné la question en nous demandant notre avis.

"Me croyez-vous sérieusement capable d’être à la manœuvre au regard de mon parcours politique et de mes anciennes responsabilités d’homme d’Etat ?

"Pensez-vous que je sois le genre de personne à diriger un groupe de contestataires tout en me cachant ?

"Malgré les nombreuses sollicitations de vos confrères, je n’ai pas souhaité réagir mais cela va beaucoup trop loin et je me dois de clarifier ma position à ce sujet.

"Dès le départ, il était évident que je n’ai pas rejoint les rangs du Mouvement populaire pour créer des problèmes mais plutôt pour en résoudre le cas échéant.

"En règle générale, je ne m’engage que de manière positive dans la mesure où je peux être utile, mais certainement pas pour organiser une sédition ou un coup de force.

"Sachant qu’on utilise et instrumentalise mon nom pour se donner une légitimité, je tiens donc à me démarquer officiellement de ces personnes que je ne connais ni de près ni de loin.

"A partir de là, je préfère donc crever l’abcès car ce dont on m’accuse à savoir créer des conflits n’est ni dans mon caractère ni dans mon style", conclut Hassad qui se dit volontaire pour résoudre des problèmes mais pas pour en créer. 

Laenser: "Les responsables sont certains jeunes et des personnes exclues du MP"

A l’instar du chef du groupe parlementaire, Mohand Laenser nous a déclaré qu’il n’y avait aucun boycott de l’activité partisane du parti qu’il dirige depuis plusieurs décennies.

"La réaction de Si Hassad prouve s’il en était besoin que ces personnes n’ont aucune légitimité et qu’elles cherchent simplement à se donner une importance infondée.

"Concernant leurs affirmations de boycott d’une majorité de députés, il faut savoir que hormis de rares occasions, le groupe n’est jamais présent en totalité à la chambre.

"Lors de la dernière réunion parlementaire dont ils font état, 17 députés étaient présents, 5 se sont excusés car ils étaient à l’étranger et 3 étaient en effet absents même s’ils ont assisté juste avant au traditionnel déjeuner de groupe qui a lieu au Parlement.

"En fait, derrière ce mouvement, il y a quelques jeunes à l’origine des récents incidents lors des élections du Conseil de la jeunesse mais surtout des personnes récemment exclues du MP. Cela les arrange de faire circuler ce genre d’informations mais je peux vous garantir qu’il n’y a aucune contestation interne dans notre formation politique.

"Les réunions du bureau politique se passent normalement avec l’ensemble de ses membres même si je dois reconnaître que certains ont été déçus de ne pas être devenus ministres mais rien de vraiment méchant", conclut Laenser qui tient donc à minimiser la situation en lui déniant toute gravité.

A lire aussi


Communication financière

INVOLYS: Activité du Premier Semestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.