Saaid Amzazi répond aux enseignants des académies régionales

Le ministre de l'Education nationale, Saaid Amzazi, a tenu ce mercredi 27 mars une conférence de presse sur la situation des enseignants des académies régionales, les engagements pris et respectés par le gouvernement et les mesures décidées à l'encontre des enseignants en situation d'arrêt de travail.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/27-03-2019/ConfrenceDePresseSaidAmzazi.jpg-oui

Le 27 mars 2019 à 17:07

Modifié le 27 mars 2019 à 19:10

La grève dans le secteur de l'Education nationale se poursuit. Et ce, malgré les engagements pris et respectés par le département de tutelle et les mesures décidées à l'encontre des enseignants en situation d'arrêt de travail.

>>Lire aussi: Enseignement: un secteur sous haute tension (Roundup)

Dans cette conférence de presse, Saaid Amzazi, accompagné de Mustapha El Khalfi, s'adresse aux enseignants contestataires en prenant l'opinion publique à témoin:

"Les recrutements publics aujourd'hui se font aussi bien aux niveaux central que régional.
 
"Le ministère de l’Education nationale a respecté ses engagements et a révisé le statut des académies régionales d’éducation et de formation.
 
"Les académies ont toutes approuvé le nouveau statut qui ne contient plus le terme contractuel. Les enseignants sont systématiquement intégrés. L'avenant qu’on leur demandait de signer n’est plus en vigueur.
 
"Ces enseignants bénéficient de la stabilité de l’emploi, du recrutement à la retraite.

"Ils sont en situation d'arrêt de travail depuis 4 semaines. Ce n'est pas une grève car la coordination nationale n'est pas un syndicat. Et aucun syndicat ne mène une grève de 4 semaines.

"Je demande à ces enseignants de regagner leurs postes dans l'intérêt des élèves. Les ponctions sur salaires seront opérées et la procédure d'abandon de poste est enclenchée.

"Il y a trois catégories d'enseignants à l'encontre desquels des mesures seront prises : les enseignants en formation, ceux qui n'ont pas rejoint leurs postes et les membres de la coordination. Les premiers seront remplacés par les candidats en liste d'attente, les seconds subiront la procédure d'abandon de poste, les derniers seront licenciés.

"Je tiens à rassurer les parents d'élèves. Notre priorité est le rattrapage des cours. Environ 300 écoles en milieu rural étaient fermées. Maintenant elles sont 200.

"Les prochaines vacances serviront à rattraper le temps scolaire perdu. Chaque académie programmera ses propres rattrapages".

"Je remercie aussi les enseignants qui n'ont pas abandonné les élèves ainsi que les autres cadres des académies".

Mustapha El Khalfi a ajouté, de son côté :

"Notre volonté est d'atteindre la parité entre les enseignants des académies et ceux de la fonction publique. Le choix du recrutement régional est une orientation stratégique ferme du gouvernement pour réaliser l'équité territoriale.

"La révision du statut des académies a été menée rapidement pour garantir la stabilité de l'emploi aux enseignants.

"Les systèmes de retraite seront unifiés (CMR pour les fonctionnaires et RCAC pour les cadres des académies).

"Même pour les fonctionnaires, la mobilité nationale n'est pas systématique. Le droit à la mobilité des enseignants des académies est possible dans le cadre de l'échange à l'instar des employés des collectivités territoriales et des établissements publics.

"L'accès aux concours d'accès aux postes dans l'enseignement supérieur sera facilité.

"Le caractère obligatoire et gratuit de l'enseignement au Maroc est garanti, contrairement à ce que brandissent les enseignants contestataires. La loi-cadre sur l'enseignement renforcera cette garantie.

"Les revendications des enseignants des académies n'ont plus aucune base. Nous demandons à ces cadres de rejoindre leurs postes. Nous voulons éviter de recourir aux mesures disciplinaires qui sont les mêmes prévues pour les fonctionnaires".

Selon le communiqué diffusé par le ministère de l'Education nationale:

- Le statut des académies a été amélioré et garantit désormais la stabilité professionnelle et la sécurité de l'emploi : titularisation avec conservation de l'ancienneté acquise à l'académie, droit à la promotion dans l'échelle et l'échelon tout au long de la carrière, la retraite suite à une maladie grave, l'application des mêmes dispositions juridiques que les fonctionnaires en cas d'invalidité, le droit à la mutation régionale et le droit de passer les différents concours.

- Les académies ont versé les salaires aux enseignants après l'approbation des amendements des statuts et ont organisé l'examen de qualification professionnelle pour ces cadres, passé par 3.000 enseignants sur les 11.000 de la promotion 2016, ce qui a permis leur titularisation.

- Toutes les mesures ont été prises pour assurer le temps scolaire, rattraper les heures perdues et garantir la protection nécessaire pour les enseignants à l'intérieur et à proximité des écoles.

- Le ministère invite les enseignants à rejoindre leurs postes car il n'y a plus aucune raison valable qui justifie l'arrêt collectif du travail. Les académies seront, dans le cas contraire, contraintes d'appliquer les mesures administratives en vigueur.

Saaid Amzazi répond aux enseignants des académies régionales

Le 27 mars 2019 à17:07

Modifié le 27 mars 2019 à 19:10

Le ministre de l'Education nationale, Saaid Amzazi, a tenu ce mercredi 27 mars une conférence de presse sur la situation des enseignants des académies régionales, les engagements pris et respectés par le gouvernement et les mesures décidées à l'encontre des enseignants en situation d'arrêt de travail.

La grève dans le secteur de l'Education nationale se poursuit. Et ce, malgré les engagements pris et respectés par le département de tutelle et les mesures décidées à l'encontre des enseignants en situation d'arrêt de travail.

>>Lire aussi: Enseignement: un secteur sous haute tension (Roundup)

Dans cette conférence de presse, Saaid Amzazi, accompagné de Mustapha El Khalfi, s'adresse aux enseignants contestataires en prenant l'opinion publique à témoin:

"Les recrutements publics aujourd'hui se font aussi bien aux niveaux central que régional.
 
"Le ministère de l’Education nationale a respecté ses engagements et a révisé le statut des académies régionales d’éducation et de formation.
 
"Les académies ont toutes approuvé le nouveau statut qui ne contient plus le terme contractuel. Les enseignants sont systématiquement intégrés. L'avenant qu’on leur demandait de signer n’est plus en vigueur.
 
"Ces enseignants bénéficient de la stabilité de l’emploi, du recrutement à la retraite.

"Ils sont en situation d'arrêt de travail depuis 4 semaines. Ce n'est pas une grève car la coordination nationale n'est pas un syndicat. Et aucun syndicat ne mène une grève de 4 semaines.

"Je demande à ces enseignants de regagner leurs postes dans l'intérêt des élèves. Les ponctions sur salaires seront opérées et la procédure d'abandon de poste est enclenchée.

"Il y a trois catégories d'enseignants à l'encontre desquels des mesures seront prises : les enseignants en formation, ceux qui n'ont pas rejoint leurs postes et les membres de la coordination. Les premiers seront remplacés par les candidats en liste d'attente, les seconds subiront la procédure d'abandon de poste, les derniers seront licenciés.

"Je tiens à rassurer les parents d'élèves. Notre priorité est le rattrapage des cours. Environ 300 écoles en milieu rural étaient fermées. Maintenant elles sont 200.

"Les prochaines vacances serviront à rattraper le temps scolaire perdu. Chaque académie programmera ses propres rattrapages".

"Je remercie aussi les enseignants qui n'ont pas abandonné les élèves ainsi que les autres cadres des académies".

Mustapha El Khalfi a ajouté, de son côté :

"Notre volonté est d'atteindre la parité entre les enseignants des académies et ceux de la fonction publique. Le choix du recrutement régional est une orientation stratégique ferme du gouvernement pour réaliser l'équité territoriale.

"La révision du statut des académies a été menée rapidement pour garantir la stabilité de l'emploi aux enseignants.

"Les systèmes de retraite seront unifiés (CMR pour les fonctionnaires et RCAC pour les cadres des académies).

"Même pour les fonctionnaires, la mobilité nationale n'est pas systématique. Le droit à la mobilité des enseignants des académies est possible dans le cadre de l'échange à l'instar des employés des collectivités territoriales et des établissements publics.

"L'accès aux concours d'accès aux postes dans l'enseignement supérieur sera facilité.

"Le caractère obligatoire et gratuit de l'enseignement au Maroc est garanti, contrairement à ce que brandissent les enseignants contestataires. La loi-cadre sur l'enseignement renforcera cette garantie.

"Les revendications des enseignants des académies n'ont plus aucune base. Nous demandons à ces cadres de rejoindre leurs postes. Nous voulons éviter de recourir aux mesures disciplinaires qui sont les mêmes prévues pour les fonctionnaires".

Selon le communiqué diffusé par le ministère de l'Education nationale:

- Le statut des académies a été amélioré et garantit désormais la stabilité professionnelle et la sécurité de l'emploi : titularisation avec conservation de l'ancienneté acquise à l'académie, droit à la promotion dans l'échelle et l'échelon tout au long de la carrière, la retraite suite à une maladie grave, l'application des mêmes dispositions juridiques que les fonctionnaires en cas d'invalidité, le droit à la mutation régionale et le droit de passer les différents concours.

- Les académies ont versé les salaires aux enseignants après l'approbation des amendements des statuts et ont organisé l'examen de qualification professionnelle pour ces cadres, passé par 3.000 enseignants sur les 11.000 de la promotion 2016, ce qui a permis leur titularisation.

- Toutes les mesures ont été prises pour assurer le temps scolaire, rattraper les heures perdues et garantir la protection nécessaire pour les enseignants à l'intérieur et à proximité des écoles.

- Le ministère invite les enseignants à rejoindre leurs postes car il n'y a plus aucune raison valable qui justifie l'arrêt collectif du travail. Les académies seront, dans le cas contraire, contraintes d'appliquer les mesures administratives en vigueur.

A lire aussi


Communication financière

Communiqué de presse post Assemblée Générale Ordinaire de la société Aluminium du Maroc, réuni le 29 Juin 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.