Sahara: le Conseil de sécurité renouvelle pour 12 mois le mandat de la Minurso

Nations-Unies (New York). (MAP) - Le Conseil de sécurité des Nations-Unies a décidé, mercredi à une écrasante majorité, de proroger pour une année le mandat de la MINURSO, tout en consacrant, une fois de plus, la prééminence de l'initiative marocaine d’autonomie pour résoudre le conflit artificiel autour du Sahara marocain.

Sahara : le Conseil de sécurité renouvelle pour 12 mois le mandat de la MINURSO

Le 30 octobre 2019 à 19:19

Modifié le 02 novembre 2019 à 10:07

Le Conseil de sécurité "décide de proroger le mandat de la Minurso jusqu’au 31 octobre 2020", lit-on dans le texte de la résolution 2494 présentée par les Etats-Unis. 13 membres du Conseil de sécurité ont voté en faveur de la résolution, la Russie et l'Afrique du sud se sont abstenus comme en avril dernier.

Dans ce texte, l’instance exécutive des Nations-Unies a consacré, encore une fois, la prééminence de l’initiative d’autonomie, présentée par le Royaume le 11 avril 2007, en se félicitant des efforts "sérieux et crédibles" du Maroc, incarnés par l’initiative d’autonomie.

De même, la résolution consacre, à nouveau, l’Algérie en tant que partie principale au processus politique sur le Sahara, tout en soulignant la nécessité de "parvenir à une solution politique réaliste, pragmatique et durable" à la question du Sahara "qui repose sur le compromis".

Ainsi, le Conseil de sécurité encourage "la reprise des concertations entre le prochain Envoyé personnel" du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara et les parties prenantes à ce différend régional, à savoir le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le polisario.

Dans ce sens, l’instance exécutive de l’ONU souligne l’importance que les parties prenantes s’engagent à nouveau à faire avancer le processus politique sous les auspices du Secrétaire général de l’ONU, tout en affirmant qu’il est "indispensable que les parties fassent preuve de réalisme et d’un esprit de compromis pour aller de l’avant".

Le Conseil appelle également à tenir compte "des efforts faits depuis 2006 et des faits nouveaux survenus depuis, en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable".

La résolution appelle aussi à faire montre de volonté politique et à travailler dans une atmosphère propice au dialogue, assurant ainsi la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007, qui est l’année de la présentation par le Maroc de son initiative d’autonomie.

Le Conseil de sécurité reconnait, à cet égard, que "la concrétisation d’une solution politique à ce différend de longue date et le renforcement de la coopération entre les Etats membres de l’Union du Maghreb arabe contribueraient à la stabilité et à la sécurité, induisant à son tour la création d’emplois, de croissance et d’opportunités pour l’ensemble des peuples de la région du Sahel”.

Les explications de vote

Voici le texte intégral du communiqué des Nations Unies:

"Le Conseil de sécurité proroge le mandat de la Mission des Nations Unies au Sahara occidental en adoptant la résolution 2494 (2019) par 13 voix pour, 2 abstentions
"L'Afrique du Sud compromet le principe d'autodétermination, soulignant l'exclusion des États africains du groupe d'amis
Le Conseil de sécurité a décidé aujourd'hui de prolonger le mandat de la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) pour une période de 12 mois, jusqu'au 31 octobre 2020.

"Adoptant la résolution 2494 (2019) par 13 voix contre zéro, avec 2 abstentions (Afrique du Sud, Fédération de Russie), le Conseil a souligné la nécessité d'une solution politique à la question du Sahara occidental réaliste, réalisable et durable. Il a également insisté sur l'importance d'aligner l'orientation stratégique de la Minurso et d'orienter les ressources de l'ONU vers cette fin.

"Exprimant son soutien total aux efforts constants déployés par le Secrétaire général pour soutenir le processus de négociation renouvelé, le Conseil a pris acte de l'intention de son ancien Envoyé personnel d'inviter le Maroc, le Front populaire de libération de la Sakia Hamra et le Rio de Oro (Front polisario), Algérie et la Mauritanie à se revoir, se félicitant de leur volonté de rester engagée tout au long du processus dans un esprit de réalisme et de compromis.

"Le Conseil a appelé les parties à reprendre les négociations sans conditions préalables et de bonne foi, et à toutes les parties de coopérer pleinement avec la Minurso, notamment par le biais de la libre interaction de la mission avec tous ses interlocuteurs. Il a également appelé les parties à assurer la sécurité, la libre circulation des personnes et le contact immédiat du personnel des Nations Unies et du personnel associé dans l'exécution de leur mandat, conformément aux accords en vigueur.

"Après l'adoption du texte, les membres du Conseil ont affirmé leur soutien à la Minurso et à une paix juste, durable et mutuellement acceptable au Sahara occidental, sur la base des principes de la Charte des Nations Unies, tout en exprimant les priorités nationales.

"M. Barkin (Etats-Unis) s'est félicité de la déclaration de soutien ferme de la résolution à la Minurso, mais a déclaré qu'il aurait préféré un texte de consensus unifié. Toutefois, il est de la plus haute importance que le processus politique se poursuive sans délai, a-t-il souligné, tout en rappelant que le renouvellement du mandat ne signifiait pas un retour à la normale. Le processus doit avancer, a-t-il souligné.

"Jonathan Guy Allen (Royaume-Uni) a déclaré qu'une solution juste, durable et mutuellement acceptable, qui prévoirait l'autodétermination du peuple du Sahara occidental, devait être trouvée dès que possible. Il a appelé les parties à s'engager de nouveau à progresser vers cet objectif.

"Tiemoko Moriko (Côte d'Ivoire) a réaffirmé le soutien de sa délégation à la dynamique suscitée par les deux tables rondes, tout en soulignant l'importance du référendum d'autodétermination. Saluant également l'interaction du Maroc avec les procédures des droits de l'homme des Nations Unies, il a exhorté toutes les parties prenantes à unir leurs efforts pour résoudre la question du Sahara Occidental.

"José Manuel Trullols Yabra (République dominicaine) s'est félicité de l'adoption d'un texte équilibré qui souligne le rôle important de la Minurso. Il soutient une solution basée sur un compromis, a-t-il ajouté, notant que l'initiative proposée par le Maroc constituait un moyen viable de parvenir à une solution juste et mutuellement acceptable.

"Fawaz ASM Bourisly (Koweït) a déclaré que, bien qu'il aurait préféré l'adoption à l'unanimité, la résolution laisse espérer une solution mutuellement acceptable. Il a également souligné l'importance de l'initiative proposée par le Maroc, ainsi que la nécessité de préserver la souveraineté de ce pays.

"Vladimir K. Safronkov (Fédération de Russie), se déclarant favorable aux pourparlers directs entre le Maroc et le Front Polisario, a souligné l'importance des activités de la MINURSO, soulignant que des observateurs militaires russes étaient déployés à la Mission. Il a mis en garde contre le fait de ne pas prédéterminer l'issue des négociations ou de modifier les accords précédents, soulignant qu'il est inacceptable de diluer les paramètres précédemment convenus et de saper ainsi les principes fondamentaux qui pourraient ouvrir la voie à un règlement mutuellement acceptable. Les parties elles-mêmes doivent concevoir la meilleure formule, a-t-il souligné, avertissant qu'un vide de pouvoir serait dangereux.

"Wu Haitao (Chine) a exprimé l'espoir que des consultations plus adéquates sur le texte se tiendraient à l'avenir afin de parvenir à un consensus entre les membres du Conseil. La Chine continuera à défendre une position impartiale et à encourager les parties à parvenir à une solution juste et durable par le biais de négociations, a-t-il ajouté.

"Paul Duclos (Pérou) a souligné qu'il importait de reprendre les négociations le plus rapidement possible sur la base des principes de la Charte et des décisions antérieures du Conseil de sécurité.

"Dian Triansyah Djani (Indonésie) a déclaré qu'il était important que le Conseil et toutes les parties prenantes maintiennent l'élan créé. Notant les contributions de son pays à la MINURSO, il a appelé toutes les parties prenantes à rester engagées dans le processus et à œuvrer pour une solution juste et mutuellement acceptable.

"Nicolas de Rivière (France) s'est félicité du retour à un mandat d'un an pour la Minurso, estimant qu'il devrait être standard pour le maintien de la paix. Il a souligné la nécessité pour toutes les parties de continuer à respecter le cessez-le-feu.

"Mathias Licharz (Allemagne) a souligné la nécessité cruciale de nommer un nouvel envoyé personnel du secrétaire général et a exhorté toutes les parties prenantes à soutenir la poursuite d'un processus politique.

"Remos Ondo Angue (Guinée équatoriale) a exprimé son soutien total à la Minurso et aux efforts de l'ancien snvoyé personnel. Il a exprimé l'espoir que son remplaçant serait en mesure de tenir une troisième table ronde le plus rapidement possible. Il a également salué les efforts du Maroc pour faire respecter les droits de l'homme.

"Maciej Maria Jamróz (Pologne) a décrit la résolution comme une étape importante dans l'avancement du processus, citant la période de 12 mois nécessaire à cette fin.

"Jerry Matthews Matjila (Afrique du sud), président du Conseil pour octobre, a pris la parole à titre de représentant national, expliquant qu'il s'était abstenu d'appuyer la résolution parce qu'elle n'était pas équilibrée et ne reflétait pas pleinement la perspective des États membres de l'Union africaine. Le texte, dans sa forme actuelle, porte atteinte au principe de l'autodétermination, a-t-il ajouté, soulignant que le principe devait être affirmé de manière non qualifiée. En outre, la résolution ne prévoit pas l'attention suffisante du Conseil sur la question, a-t-il déclaré, soulignant également la nécessité de mettre en place un mécanisme formel des droits de l'homme permettant de surveiller intégralement les activités du Maroc et du front polisario. Il a conclu en décrivant le processus de travail du Conseil comme problématique, soulignant que le groupe des amis sur la question du Sahara occidental ne comprend aucun membre de l'Afrique."

Tags : Sahara

Sahara: le Conseil de sécurité renouvelle pour 12 mois le mandat de la Minurso

Le 30 octobre 2019 à20:27

Modifié le 02 novembre 2019 à 10:07

Nations-Unies (New York). (MAP) - Le Conseil de sécurité des Nations-Unies a décidé, mercredi à une écrasante majorité, de proroger pour une année le mandat de la MINURSO, tout en consacrant, une fois de plus, la prééminence de l'initiative marocaine d’autonomie pour résoudre le conflit artificiel autour du Sahara marocain.

Le Conseil de sécurité "décide de proroger le mandat de la Minurso jusqu’au 31 octobre 2020", lit-on dans le texte de la résolution 2494 présentée par les Etats-Unis. 13 membres du Conseil de sécurité ont voté en faveur de la résolution, la Russie et l'Afrique du sud se sont abstenus comme en avril dernier.

Dans ce texte, l’instance exécutive des Nations-Unies a consacré, encore une fois, la prééminence de l’initiative d’autonomie, présentée par le Royaume le 11 avril 2007, en se félicitant des efforts "sérieux et crédibles" du Maroc, incarnés par l’initiative d’autonomie.

De même, la résolution consacre, à nouveau, l’Algérie en tant que partie principale au processus politique sur le Sahara, tout en soulignant la nécessité de "parvenir à une solution politique réaliste, pragmatique et durable" à la question du Sahara "qui repose sur le compromis".

Ainsi, le Conseil de sécurité encourage "la reprise des concertations entre le prochain Envoyé personnel" du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara et les parties prenantes à ce différend régional, à savoir le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le polisario.

Dans ce sens, l’instance exécutive de l’ONU souligne l’importance que les parties prenantes s’engagent à nouveau à faire avancer le processus politique sous les auspices du Secrétaire général de l’ONU, tout en affirmant qu’il est "indispensable que les parties fassent preuve de réalisme et d’un esprit de compromis pour aller de l’avant".

Le Conseil appelle également à tenir compte "des efforts faits depuis 2006 et des faits nouveaux survenus depuis, en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable".

La résolution appelle aussi à faire montre de volonté politique et à travailler dans une atmosphère propice au dialogue, assurant ainsi la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007, qui est l’année de la présentation par le Maroc de son initiative d’autonomie.

Le Conseil de sécurité reconnait, à cet égard, que "la concrétisation d’une solution politique à ce différend de longue date et le renforcement de la coopération entre les Etats membres de l’Union du Maghreb arabe contribueraient à la stabilité et à la sécurité, induisant à son tour la création d’emplois, de croissance et d’opportunités pour l’ensemble des peuples de la région du Sahel”.

Les explications de vote

Voici le texte intégral du communiqué des Nations Unies:

"Le Conseil de sécurité proroge le mandat de la Mission des Nations Unies au Sahara occidental en adoptant la résolution 2494 (2019) par 13 voix pour, 2 abstentions
"L'Afrique du Sud compromet le principe d'autodétermination, soulignant l'exclusion des États africains du groupe d'amis
Le Conseil de sécurité a décidé aujourd'hui de prolonger le mandat de la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) pour une période de 12 mois, jusqu'au 31 octobre 2020.

"Adoptant la résolution 2494 (2019) par 13 voix contre zéro, avec 2 abstentions (Afrique du Sud, Fédération de Russie), le Conseil a souligné la nécessité d'une solution politique à la question du Sahara occidental réaliste, réalisable et durable. Il a également insisté sur l'importance d'aligner l'orientation stratégique de la Minurso et d'orienter les ressources de l'ONU vers cette fin.

"Exprimant son soutien total aux efforts constants déployés par le Secrétaire général pour soutenir le processus de négociation renouvelé, le Conseil a pris acte de l'intention de son ancien Envoyé personnel d'inviter le Maroc, le Front populaire de libération de la Sakia Hamra et le Rio de Oro (Front polisario), Algérie et la Mauritanie à se revoir, se félicitant de leur volonté de rester engagée tout au long du processus dans un esprit de réalisme et de compromis.

"Le Conseil a appelé les parties à reprendre les négociations sans conditions préalables et de bonne foi, et à toutes les parties de coopérer pleinement avec la Minurso, notamment par le biais de la libre interaction de la mission avec tous ses interlocuteurs. Il a également appelé les parties à assurer la sécurité, la libre circulation des personnes et le contact immédiat du personnel des Nations Unies et du personnel associé dans l'exécution de leur mandat, conformément aux accords en vigueur.

"Après l'adoption du texte, les membres du Conseil ont affirmé leur soutien à la Minurso et à une paix juste, durable et mutuellement acceptable au Sahara occidental, sur la base des principes de la Charte des Nations Unies, tout en exprimant les priorités nationales.

"M. Barkin (Etats-Unis) s'est félicité de la déclaration de soutien ferme de la résolution à la Minurso, mais a déclaré qu'il aurait préféré un texte de consensus unifié. Toutefois, il est de la plus haute importance que le processus politique se poursuive sans délai, a-t-il souligné, tout en rappelant que le renouvellement du mandat ne signifiait pas un retour à la normale. Le processus doit avancer, a-t-il souligné.

"Jonathan Guy Allen (Royaume-Uni) a déclaré qu'une solution juste, durable et mutuellement acceptable, qui prévoirait l'autodétermination du peuple du Sahara occidental, devait être trouvée dès que possible. Il a appelé les parties à s'engager de nouveau à progresser vers cet objectif.

"Tiemoko Moriko (Côte d'Ivoire) a réaffirmé le soutien de sa délégation à la dynamique suscitée par les deux tables rondes, tout en soulignant l'importance du référendum d'autodétermination. Saluant également l'interaction du Maroc avec les procédures des droits de l'homme des Nations Unies, il a exhorté toutes les parties prenantes à unir leurs efforts pour résoudre la question du Sahara Occidental.

"José Manuel Trullols Yabra (République dominicaine) s'est félicité de l'adoption d'un texte équilibré qui souligne le rôle important de la Minurso. Il soutient une solution basée sur un compromis, a-t-il ajouté, notant que l'initiative proposée par le Maroc constituait un moyen viable de parvenir à une solution juste et mutuellement acceptable.

"Fawaz ASM Bourisly (Koweït) a déclaré que, bien qu'il aurait préféré l'adoption à l'unanimité, la résolution laisse espérer une solution mutuellement acceptable. Il a également souligné l'importance de l'initiative proposée par le Maroc, ainsi que la nécessité de préserver la souveraineté de ce pays.

"Vladimir K. Safronkov (Fédération de Russie), se déclarant favorable aux pourparlers directs entre le Maroc et le Front Polisario, a souligné l'importance des activités de la MINURSO, soulignant que des observateurs militaires russes étaient déployés à la Mission. Il a mis en garde contre le fait de ne pas prédéterminer l'issue des négociations ou de modifier les accords précédents, soulignant qu'il est inacceptable de diluer les paramètres précédemment convenus et de saper ainsi les principes fondamentaux qui pourraient ouvrir la voie à un règlement mutuellement acceptable. Les parties elles-mêmes doivent concevoir la meilleure formule, a-t-il souligné, avertissant qu'un vide de pouvoir serait dangereux.

"Wu Haitao (Chine) a exprimé l'espoir que des consultations plus adéquates sur le texte se tiendraient à l'avenir afin de parvenir à un consensus entre les membres du Conseil. La Chine continuera à défendre une position impartiale et à encourager les parties à parvenir à une solution juste et durable par le biais de négociations, a-t-il ajouté.

"Paul Duclos (Pérou) a souligné qu'il importait de reprendre les négociations le plus rapidement possible sur la base des principes de la Charte et des décisions antérieures du Conseil de sécurité.

"Dian Triansyah Djani (Indonésie) a déclaré qu'il était important que le Conseil et toutes les parties prenantes maintiennent l'élan créé. Notant les contributions de son pays à la MINURSO, il a appelé toutes les parties prenantes à rester engagées dans le processus et à œuvrer pour une solution juste et mutuellement acceptable.

"Nicolas de Rivière (France) s'est félicité du retour à un mandat d'un an pour la Minurso, estimant qu'il devrait être standard pour le maintien de la paix. Il a souligné la nécessité pour toutes les parties de continuer à respecter le cessez-le-feu.

"Mathias Licharz (Allemagne) a souligné la nécessité cruciale de nommer un nouvel envoyé personnel du secrétaire général et a exhorté toutes les parties prenantes à soutenir la poursuite d'un processus politique.

"Remos Ondo Angue (Guinée équatoriale) a exprimé son soutien total à la Minurso et aux efforts de l'ancien snvoyé personnel. Il a exprimé l'espoir que son remplaçant serait en mesure de tenir une troisième table ronde le plus rapidement possible. Il a également salué les efforts du Maroc pour faire respecter les droits de l'homme.

"Maciej Maria Jamróz (Pologne) a décrit la résolution comme une étape importante dans l'avancement du processus, citant la période de 12 mois nécessaire à cette fin.

"Jerry Matthews Matjila (Afrique du sud), président du Conseil pour octobre, a pris la parole à titre de représentant national, expliquant qu'il s'était abstenu d'appuyer la résolution parce qu'elle n'était pas équilibrée et ne reflétait pas pleinement la perspective des États membres de l'Union africaine. Le texte, dans sa forme actuelle, porte atteinte au principe de l'autodétermination, a-t-il ajouté, soulignant que le principe devait être affirmé de manière non qualifiée. En outre, la résolution ne prévoit pas l'attention suffisante du Conseil sur la question, a-t-il déclaré, soulignant également la nécessité de mettre en place un mécanisme formel des droits de l'homme permettant de surveiller intégralement les activités du Maroc et du front polisario. Il a conclu en décrivant le processus de travail du Conseil comme problématique, soulignant que le groupe des amis sur la question du Sahara occidental ne comprend aucun membre de l'Afrique."

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.