Sahara: le mandat de la Minurso pourrait être porté à 12 mois

C'est ce mercredi 30 octobre que la résolution du Conseil de sécurité sur le Sahara sera votée. Toutes les indications en provenance de New York font état d'un retour à un mandat de 12 mois pour la Minurso.

Sahara: le mandat de la Minurso pourrait être porté à 12 mois

Le 30 octobre 2019 à 08:54

Modifié le 31 octobre 2019 à 05:15

La réunion du Conseil de sécurité est programmée pour ce mercredi à 15H, heure de New York. Le mandat actuel expire le 31 octobre.

Le site spécialisé What's in Blue évoque "une ou plusieurs abstentions possibles". La précédente réunion du Conseil de sécurité, le 30 avril 2019, avait vu les abstentions de la Russie et de l'Afrique du sud.

Le rapport du secrétaire général de l'ONU, rendu public 2 octobre, n'apporte pas de changement significatif. Il est factuel, sous la forme d'un compte rendu de ce qui s'est passé depuis avril 2019.

Le 22 mai, Horst Köhler avait démissionné pour raisons de santé, de ses fonctions d'envoyé personnel de M. Guterres. Cette démission, de même que l'absence de remplacement, ont bloqué le processus de dialogue politique qui avait été lancé sous forme de table-rondes à Genève, avec la participation effective de l'Algérie.

"What's in Blue" révèle que les membres du Conseil de sécurité se sont réunis en consultation avec le Représentant spécial et chef de la Minusro, Colin Stewart, le 16 octobre. Le dernier rapport du secrétaire général sur le Sahara, publié le 2 octobre, qualifiait la situation actuelle de "relativement calme, malgré certaines incertitudes". Stewart a souligné "ses préoccupations concernant la situation humanitaire, qui, selon le rapport, reste difficile en raison d'un déficit de financement". "Stewart a décrit la frustration croissante parmi la population des jeunes en raison du manque d'opportunités ou de tout règlement final du problème. En outre, il a noté que la malnutrition et l'anémie augmentaient chez les femmes dans les camps de réfugiés". 

Selon le rapport du secrétaire général, 54 manifestations ont eu lieu près de la ville frontalière de Guerguerat depuis avril 2019, axées en partie sur les griefs socio-économiques. Le rapport mentionne également des manifestations contre le front polisario organisées par des Sahraouis à Tindouf, qui réclamaient une plus grande liberté de circulation.

Les États-Unis, en tant que porte-plume, ont distribué le projet de résolution pour le renouvellement du mandat au Groupe des amis le 23 octobre. Le groupe des amis comprend la France, la Russie, l'Espagne, le Royaume-Uni et les Etats-Unis.

Les Etats-Unis ont choisi de ne pas apporter de modifications significatives au texte, mis à part un retour au mandat de 12 mois à partir du semestre actuel. La France et d'autres pays ont également plaidé pour un retour à un mandat d'un an pendant plusieurs mois.

Un mandat de 12 mois était la norme jusqu'en 2018, lorsque les Etats-Unis ont demandé un mandat de six mois pour renforcer la pression sur les parties pour qu'elles œuvrent en faveur d'une solution pacifique. Il semble que les États-Unis pensent qu’en l’absence de changement dans le processus politique au cours des six derniers mois et sans envoyé personnel, il serait peut-être temps de revenir au mandat d’une année.

Le projet a été distribué à l'ensemble du Conseil le 24 octobre. Le site livre certaines indiscrétions au sujet des échanges:

- Certains membres souhaitaient un appel plus fort pour que le Secrétaire général nomme rapidement un nouvel envoyé personnel, mais certains membres ont estimé que la résolution n'était pas le bon endroit pour cela, et il semblerait qu'il s'agisse simplement d'une nouvelle nomination. 

- Un membre du Conseil a cherché à renforcer la formulation dans le préambule sur les progrès réalisés pendant le mandat de Köhler. 

-Certains membres restent préoccupés par ce qu'ils considèrent comme des restrictions arbitraires aux droits des Sahraouis à la liberté d'expression, de réunion pacifique et d'association. 

- La surveillance des droits de l'homme n'a pas été intégrée dans le mandat de la Minurso, bien que l'ajout de cette tâche ait été discuté à plusieurs reprises. Certains membres peuvent exprimer leurs points de vue sur la nomination d'un nouvel Envoyé personnel et sur l'absence de surveillance des droits de l'homme par la Minurso lors des explications de vote.

Les développements au cours des prochains mois, tels que le prochain Congrès du polisario, les élections en Algérie et la nomination anticipée d'un nouvel envoyé personnel pourraient avoir un impact sur le processus politique.

Sahara: le mandat de la Minurso pourrait être porté à 12 mois

Le 30 octobre 2019 à09:07

Modifié le 31 octobre 2019 à 05:15

C'est ce mercredi 30 octobre que la résolution du Conseil de sécurité sur le Sahara sera votée. Toutes les indications en provenance de New York font état d'un retour à un mandat de 12 mois pour la Minurso.

La réunion du Conseil de sécurité est programmée pour ce mercredi à 15H, heure de New York. Le mandat actuel expire le 31 octobre.

Le site spécialisé What's in Blue évoque "une ou plusieurs abstentions possibles". La précédente réunion du Conseil de sécurité, le 30 avril 2019, avait vu les abstentions de la Russie et de l'Afrique du sud.

Le rapport du secrétaire général de l'ONU, rendu public 2 octobre, n'apporte pas de changement significatif. Il est factuel, sous la forme d'un compte rendu de ce qui s'est passé depuis avril 2019.

Le 22 mai, Horst Köhler avait démissionné pour raisons de santé, de ses fonctions d'envoyé personnel de M. Guterres. Cette démission, de même que l'absence de remplacement, ont bloqué le processus de dialogue politique qui avait été lancé sous forme de table-rondes à Genève, avec la participation effective de l'Algérie.

"What's in Blue" révèle que les membres du Conseil de sécurité se sont réunis en consultation avec le Représentant spécial et chef de la Minusro, Colin Stewart, le 16 octobre. Le dernier rapport du secrétaire général sur le Sahara, publié le 2 octobre, qualifiait la situation actuelle de "relativement calme, malgré certaines incertitudes". Stewart a souligné "ses préoccupations concernant la situation humanitaire, qui, selon le rapport, reste difficile en raison d'un déficit de financement". "Stewart a décrit la frustration croissante parmi la population des jeunes en raison du manque d'opportunités ou de tout règlement final du problème. En outre, il a noté que la malnutrition et l'anémie augmentaient chez les femmes dans les camps de réfugiés". 

Selon le rapport du secrétaire général, 54 manifestations ont eu lieu près de la ville frontalière de Guerguerat depuis avril 2019, axées en partie sur les griefs socio-économiques. Le rapport mentionne également des manifestations contre le front polisario organisées par des Sahraouis à Tindouf, qui réclamaient une plus grande liberté de circulation.

Les États-Unis, en tant que porte-plume, ont distribué le projet de résolution pour le renouvellement du mandat au Groupe des amis le 23 octobre. Le groupe des amis comprend la France, la Russie, l'Espagne, le Royaume-Uni et les Etats-Unis.

Les Etats-Unis ont choisi de ne pas apporter de modifications significatives au texte, mis à part un retour au mandat de 12 mois à partir du semestre actuel. La France et d'autres pays ont également plaidé pour un retour à un mandat d'un an pendant plusieurs mois.

Un mandat de 12 mois était la norme jusqu'en 2018, lorsque les Etats-Unis ont demandé un mandat de six mois pour renforcer la pression sur les parties pour qu'elles œuvrent en faveur d'une solution pacifique. Il semble que les États-Unis pensent qu’en l’absence de changement dans le processus politique au cours des six derniers mois et sans envoyé personnel, il serait peut-être temps de revenir au mandat d’une année.

Le projet a été distribué à l'ensemble du Conseil le 24 octobre. Le site livre certaines indiscrétions au sujet des échanges:

- Certains membres souhaitaient un appel plus fort pour que le Secrétaire général nomme rapidement un nouvel envoyé personnel, mais certains membres ont estimé que la résolution n'était pas le bon endroit pour cela, et il semblerait qu'il s'agisse simplement d'une nouvelle nomination. 

- Un membre du Conseil a cherché à renforcer la formulation dans le préambule sur les progrès réalisés pendant le mandat de Köhler. 

-Certains membres restent préoccupés par ce qu'ils considèrent comme des restrictions arbitraires aux droits des Sahraouis à la liberté d'expression, de réunion pacifique et d'association. 

- La surveillance des droits de l'homme n'a pas été intégrée dans le mandat de la Minurso, bien que l'ajout de cette tâche ait été discuté à plusieurs reprises. Certains membres peuvent exprimer leurs points de vue sur la nomination d'un nouvel Envoyé personnel et sur l'absence de surveillance des droits de l'homme par la Minurso lors des explications de vote.

Les développements au cours des prochains mois, tels que le prochain Congrès du polisario, les élections en Algérie et la nomination anticipée d'un nouvel envoyé personnel pourraient avoir un impact sur le processus politique.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.