Sahara/ table ronde: 2è round à Genève avant fin mars

Horst Köhler “envisage“ de convoquer la deuxième “table-ronde de réunions au cours de la deuxième quinzaine de mars en Suisse“, annonce l’ONU. Comme le précédent, ce second round réunira les quatre parties, Maroc, Algérie, Mauritanie et polisario.

Sahara/ table ronde: 2è round à Genève avant fin mars

Le 06 mars 2019 à 09:19

Modifié le 09 mars 2019 à 10:44

Ce deuxième round a été précédé par des rencontres bilatérales entre Horst Köhler, envoyé personnel du secrétaire général, et les parties. Selon nos sources, une rencontre a eu lieu à Paris avec une délégation marocaine conduite par Nasser Bourita accompagné notamment des deux présidents des régions du Sahara marocain, les 27 et 28 février. Une rencontre a également eu lieu entre Köhler et le polisario à Berlin, les 4 et 5 mars Et une autre avec Abdelkader Messahel, ministre algérien des Affaires étrangères en février à Francfort.

Répondant à une question au cours du briefing quotidien, Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général de l’ONU, a indiqué le 5 mars, que “L’Envoyé personnel, M. [Horst] Köhler, envisage de convoquer une deuxième table ronde de réunions au cours de la deuxième quinzaine de mars en Suisse. En prévision de la deuxième table ronde, en février et début mars, il a tenu des consultations bilatérales“.

La table-ronde de Genève rompt avec l'ancienne pratique qui voyait les représentants algériens assister pour la forme puis tirer les ficelles en coulisses et agir dans les couloirs. Là, il s'agit d'une participation active. Le Maroc a en effet considéré que les anciennes formules avaient été stériles et n'ont pas permis d'avancer vers la résolution du problème.

Le format des table-rondes avec les 4 participants constitue donc une inflexion dans l'évolution du conflit.

La première édition s'était déroulée à Genève début décembre 2018. Le chef de la diplomatie algérienne avait participé activement à toutes les sessions, en particulier celles concernant l'autodétermination et l'intégration régionale.
Le Maroc est sorti conforté de cet exercice qu'il a considéré comme un test. Une source marocaine contactée par Médias24 estimait que ce format enterre définitivement les plans précédents.

La réunion avait associé les 4 parties conformément à la résolution 2440 du Conseil de sécurité, datée du 31 octobre 2018. Cette résolution, tout comme la table-ronde, incluent dans les discussions quatre parties. On ne fait plus de distinction entre Etats voisins et parties au conflit. La résolution souligne d’une part qu’il convient de parvenir à une solution politique réaliste, pragmatique et durable à la question du Sahara, qui repose sur le compromis, et rappelle d’autre part la volonté de l‘ONU de relancer le processus sur la base de la participation effective et sans distinction de statut, du Maroc, de l’Algérie, du polisario et de la Mauritanie, tout au long de la durée du processus.

La présence de participants du Sahara marocain, deux élus et une membre active de la société civile, a été légitimée.

Malgré ce résultat positif, le Maroc espère maintenant des avancées concrètes, car il est inutile de continuer à discuter pour discuter.

"Le Maroc considère que l’atmosphère sereine n’est pas suffisante pour la relance du processus onusien pour aboutir à une solution politique, pragmatique, réaliste et durable. Le Maroc espère que la 2ème table ronde connaîtra l’engagement de toutes les parties [NDLR: allusion claire à l'Algérie] pour une discussion profonde sur la solution politique. Le Maroc n’est pas prêt à s’inscrire dans des discussions stériles et considère que cela constituera une perte de temps pour la communauté internationale et pour parvenir à une solution politique de ce différend", avait déclaré Nasser Bourita à la presse.

Sahara/ table ronde: 2è round à Genève avant fin mars

Le 06 mars 2019 à09:56

Modifié le 09 mars 2019 à 10:44

Horst Köhler “envisage“ de convoquer la deuxième “table-ronde de réunions au cours de la deuxième quinzaine de mars en Suisse“, annonce l’ONU. Comme le précédent, ce second round réunira les quatre parties, Maroc, Algérie, Mauritanie et polisario.

Ce deuxième round a été précédé par des rencontres bilatérales entre Horst Köhler, envoyé personnel du secrétaire général, et les parties. Selon nos sources, une rencontre a eu lieu à Paris avec une délégation marocaine conduite par Nasser Bourita accompagné notamment des deux présidents des régions du Sahara marocain, les 27 et 28 février. Une rencontre a également eu lieu entre Köhler et le polisario à Berlin, les 4 et 5 mars Et une autre avec Abdelkader Messahel, ministre algérien des Affaires étrangères en février à Francfort.

Répondant à une question au cours du briefing quotidien, Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général de l’ONU, a indiqué le 5 mars, que “L’Envoyé personnel, M. [Horst] Köhler, envisage de convoquer une deuxième table ronde de réunions au cours de la deuxième quinzaine de mars en Suisse. En prévision de la deuxième table ronde, en février et début mars, il a tenu des consultations bilatérales“.

La table-ronde de Genève rompt avec l'ancienne pratique qui voyait les représentants algériens assister pour la forme puis tirer les ficelles en coulisses et agir dans les couloirs. Là, il s'agit d'une participation active. Le Maroc a en effet considéré que les anciennes formules avaient été stériles et n'ont pas permis d'avancer vers la résolution du problème.

Le format des table-rondes avec les 4 participants constitue donc une inflexion dans l'évolution du conflit.

La première édition s'était déroulée à Genève début décembre 2018. Le chef de la diplomatie algérienne avait participé activement à toutes les sessions, en particulier celles concernant l'autodétermination et l'intégration régionale.
Le Maroc est sorti conforté de cet exercice qu'il a considéré comme un test. Une source marocaine contactée par Médias24 estimait que ce format enterre définitivement les plans précédents.

La réunion avait associé les 4 parties conformément à la résolution 2440 du Conseil de sécurité, datée du 31 octobre 2018. Cette résolution, tout comme la table-ronde, incluent dans les discussions quatre parties. On ne fait plus de distinction entre Etats voisins et parties au conflit. La résolution souligne d’une part qu’il convient de parvenir à une solution politique réaliste, pragmatique et durable à la question du Sahara, qui repose sur le compromis, et rappelle d’autre part la volonté de l‘ONU de relancer le processus sur la base de la participation effective et sans distinction de statut, du Maroc, de l’Algérie, du polisario et de la Mauritanie, tout au long de la durée du processus.

La présence de participants du Sahara marocain, deux élus et une membre active de la société civile, a été légitimée.

Malgré ce résultat positif, le Maroc espère maintenant des avancées concrètes, car il est inutile de continuer à discuter pour discuter.

"Le Maroc considère que l’atmosphère sereine n’est pas suffisante pour la relance du processus onusien pour aboutir à une solution politique, pragmatique, réaliste et durable. Le Maroc espère que la 2ème table ronde connaîtra l’engagement de toutes les parties [NDLR: allusion claire à l'Algérie] pour une discussion profonde sur la solution politique. Le Maroc n’est pas prêt à s’inscrire dans des discussions stériles et considère que cela constituera une perte de temps pour la communauté internationale et pour parvenir à une solution politique de ce différend", avait déclaré Nasser Bourita à la presse.

A lire aussi


commentaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.