Voici comment l’OCP exploite les eaux usées pour réduire sa consommation

C’est à Benguerir que s’est tenue la visite guidée de l’une des stations d’épuration des eaux usées du groupe OCP, ce jeudi 7 mars. Les eaux épurées en sortie de la station sont utilisées dans les activités minières du groupe et dans l’arrosage des espaces verts de la Ville Verte Mohammed VI. Le biogaz issu du processus couvre 30% des besoins de la station.

Voici comment l’OCP exploite les eaux usées pour réduire sa consommation La STEP de Benguerir, OCP

Le 08 mars 2019 à 10:26

Modifié le 09 mars 2019 à 15:00

Grand consommateur d’eaux souterraines pour le lavage du phosphate, le groupe OCP a mis en place le ‘’Programme Eau’’, qui s’inscrit dans le cadre du programme ‘’Economie Circulaire’’, afin d’allier développement industriel et préservation des ressources hydriques.

L’eau intervient à chaque étape de la chaîne de valeur de l’activité de l’OCP, d’après les chiffres dévoilés par le groupe : de 63 millions de mètres cubes en 2010, ses besoins en ressources hydriques dépasseront à terme les 160 millions de mètres cubes annuellement, soit l’équivalent de la consommation en eau de la région du Grand Casablanca.

C’est dans ce contexte que le ‘’Programme Eau’’ a été mis en place en mobilisant depuis 2008 des investissements de plus de 3,5 milliards de DH, financés en grande partie par des bailleurs de fonds internationaux.

Ce plan repose sur deux principaux leviers :

> Optimisation de l’utilisation de l’eau sur toute la chaîne de valeur (activités minières, transport, valorisation) ;

> Mobilisation des ressources en eau non conventionnelles.

Dans ce cadre, trois stations d’épuration des eaux usées (STEP) ont été réalisées sur les sites miniers de Khouribga, Benguerir et Youssoufia.

Grâce à ce programme, l’OCP a pu réduire sa consommation d’eaux souterraines de plus de 40%.

D’ici 2028, 100% des besoins industriels en eau du groupe seront satisfaits à partir d’eaux non conventionnelles, à savoir les eaux usées traitées et l'eau dessalée.

La valorisation du biogaz issu du processus de traitement des eaux usées permet une production d’électricité qui couvre 30% des besoins énergétiques des stations d’épurations des eaux usées.

80% des eaux épurées sont utilisées à des fins industrielles

Inaugurée en 2015, la station de Benguerir reçoit les eaux usées de la ville avec une capacité nominale de 2,6 millions de m3.

La station vise, en effet, une capacité de traitement de 112.000 équivalents-habitants en 2020 et 165.000 équivalents-habitants en 2030.

La STEP a des fins industrielles. Les eaux épurées en sortie de la station sont utilisées à 80% dans les activités minières du groupe, dans la région.

Le reste est destiné à l’arrosage des espaces verts de la Ville Verte Mohammed VI.

Rajaa Fellah, responsable de la STEP de la ville de Benguerir au sein de l’OCP, explique, dans le Live retransmis par Médias24, les étapes du traitement des eaux usées au sein de la STEP de Benguerir :

Le procédé d’épuration biologique de la station consiste en l’élimination de la pollution carbonée via trois files de traitement : eau et boue (avec traitement, filtration, extraction et séchage), puis gaz avec stockage et valorisation.

Une fois reçue au niveau de la station, l’eau passe par l’étape de prétraitement qui consiste à retirer des eaux les déchets insolubles, les huiles, et le sable, à travers le dégrillage, le dessablage et le déshuilage.

La deuxième étape du traitement consiste en la décantation primaire -permettant aux matières en suspension de se déposer au fond des bacs sous forme de boues-, via deux décanteurs avant de passer au traitement biologique.

Ce traitement biologique se fait à travers un bassin qui contient deux aérateurs de surface qui y ajoutent de l’oxygène afin d’accélérer le développement de la flore bactérienne qui va se nourrir de la pollution organique des eaux usées.

La troisième étape consiste en un traitement sur des filtres à bandes puis un traitement sur des filtres à charbon actifs avant de finaliser l’opération dans un bassin contenant du chlore pour désinfecter l’eau.

Rien ne se perd… tout se transforme

La station de Benguerir comporte une unité de traitement des boues qui permet d’optimiser les déchets qui résultent du traitement de l’eau.

Ces déchets passent par une opération d’épaississement afin de diminuer la teneur en eau de la boue avant de passer vers la digestion anaérobie à l’aide des bactéries qui se nourrissent de la boue biologique, ce qui permet de produire le Biogaz ‘’CH4’’. Celui-ci est ensuite récupéré au niveau du gazomètre qui stocke le gaz produit pour le transporter vers une unité de cogénération pour produire de l’électricité.

Les boues digérées passent par une étape de déshydratation permettant de diminuer encore plus la teneur de l’eau. L’étape suivante consiste en le séchage solaire qui permet d’avoir une boue sous forme de poudre qui peut être utilisée comme engrais. Cette finalité fait l'objet d’un projet mené actuellement par l’OCP et l’Université Mohammed VI de Benguerir.

Enfin, la STEP comporte une unité de désodorisation permettant de ne pas nuire à la population de la ville.

La STEP de Benguerir, OCP

Voici comment l’OCP exploite les eaux usées pour réduire sa consommation

Le 08 mars 2019 à10:26

Modifié le 09 mars 2019 à 15:00

C’est à Benguerir que s’est tenue la visite guidée de l’une des stations d’épuration des eaux usées du groupe OCP, ce jeudi 7 mars. Les eaux épurées en sortie de la station sont utilisées dans les activités minières du groupe et dans l’arrosage des espaces verts de la Ville Verte Mohammed VI. Le biogaz issu du processus couvre 30% des besoins de la station.

Grand consommateur d’eaux souterraines pour le lavage du phosphate, le groupe OCP a mis en place le ‘’Programme Eau’’, qui s’inscrit dans le cadre du programme ‘’Economie Circulaire’’, afin d’allier développement industriel et préservation des ressources hydriques.

L’eau intervient à chaque étape de la chaîne de valeur de l’activité de l’OCP, d’après les chiffres dévoilés par le groupe : de 63 millions de mètres cubes en 2010, ses besoins en ressources hydriques dépasseront à terme les 160 millions de mètres cubes annuellement, soit l’équivalent de la consommation en eau de la région du Grand Casablanca.

C’est dans ce contexte que le ‘’Programme Eau’’ a été mis en place en mobilisant depuis 2008 des investissements de plus de 3,5 milliards de DH, financés en grande partie par des bailleurs de fonds internationaux.

Ce plan repose sur deux principaux leviers :

> Optimisation de l’utilisation de l’eau sur toute la chaîne de valeur (activités minières, transport, valorisation) ;

> Mobilisation des ressources en eau non conventionnelles.

Dans ce cadre, trois stations d’épuration des eaux usées (STEP) ont été réalisées sur les sites miniers de Khouribga, Benguerir et Youssoufia.

Grâce à ce programme, l’OCP a pu réduire sa consommation d’eaux souterraines de plus de 40%.

D’ici 2028, 100% des besoins industriels en eau du groupe seront satisfaits à partir d’eaux non conventionnelles, à savoir les eaux usées traitées et l'eau dessalée.

La valorisation du biogaz issu du processus de traitement des eaux usées permet une production d’électricité qui couvre 30% des besoins énergétiques des stations d’épurations des eaux usées.

80% des eaux épurées sont utilisées à des fins industrielles

Inaugurée en 2015, la station de Benguerir reçoit les eaux usées de la ville avec une capacité nominale de 2,6 millions de m3.

La station vise, en effet, une capacité de traitement de 112.000 équivalents-habitants en 2020 et 165.000 équivalents-habitants en 2030.

La STEP a des fins industrielles. Les eaux épurées en sortie de la station sont utilisées à 80% dans les activités minières du groupe, dans la région.

Le reste est destiné à l’arrosage des espaces verts de la Ville Verte Mohammed VI.

Rajaa Fellah, responsable de la STEP de la ville de Benguerir au sein de l’OCP, explique, dans le Live retransmis par Médias24, les étapes du traitement des eaux usées au sein de la STEP de Benguerir :

Le procédé d’épuration biologique de la station consiste en l’élimination de la pollution carbonée via trois files de traitement : eau et boue (avec traitement, filtration, extraction et séchage), puis gaz avec stockage et valorisation.

Une fois reçue au niveau de la station, l’eau passe par l’étape de prétraitement qui consiste à retirer des eaux les déchets insolubles, les huiles, et le sable, à travers le dégrillage, le dessablage et le déshuilage.

La deuxième étape du traitement consiste en la décantation primaire -permettant aux matières en suspension de se déposer au fond des bacs sous forme de boues-, via deux décanteurs avant de passer au traitement biologique.

Ce traitement biologique se fait à travers un bassin qui contient deux aérateurs de surface qui y ajoutent de l’oxygène afin d’accélérer le développement de la flore bactérienne qui va se nourrir de la pollution organique des eaux usées.

La troisième étape consiste en un traitement sur des filtres à bandes puis un traitement sur des filtres à charbon actifs avant de finaliser l’opération dans un bassin contenant du chlore pour désinfecter l’eau.

Rien ne se perd… tout se transforme

La station de Benguerir comporte une unité de traitement des boues qui permet d’optimiser les déchets qui résultent du traitement de l’eau.

Ces déchets passent par une opération d’épaississement afin de diminuer la teneur en eau de la boue avant de passer vers la digestion anaérobie à l’aide des bactéries qui se nourrissent de la boue biologique, ce qui permet de produire le Biogaz ‘’CH4’’. Celui-ci est ensuite récupéré au niveau du gazomètre qui stocke le gaz produit pour le transporter vers une unité de cogénération pour produire de l’électricité.

Les boues digérées passent par une étape de déshydratation permettant de diminuer encore plus la teneur de l’eau. L’étape suivante consiste en le séchage solaire qui permet d’avoir une boue sous forme de poudre qui peut être utilisée comme engrais. Cette finalité fait l'objet d’un projet mené actuellement par l’OCP et l’Université Mohammed VI de Benguerir.

Enfin, la STEP comporte une unité de désodorisation permettant de ne pas nuire à la population de la ville.

A lire aussi


commentaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.