TIR: La dématérialisation totale au niveau du port Tanger Med bien accueillie

Toutes les déclarations des marchandises et des camions de transport doivent se faire en ligne par le biais du système Badr.

TIR: La dématérialisation totale au niveau du port Tanger Med bien accueillie

Le 07 novembre 2019 à 16:23

Modifié le 08 novembre 2019 à 09:11

Le 1er octobre, les sociétés de Transport international (TIR) ont été invitées au niveau du port Tanger Med à abandonner le système manuel de déclaration de leurs véhicules et des marchandises transportées, qui avait cours jusque-là. Elles ont l’obligation, désormais, d’accomplir toute leurs démarches en ligne, y compris la signature électronique, par le biais du système Badr.

Cette mutation, qui entre dans le cadre de la dématérialisation progressive des procédures au niveau de ce port, outre qu’elle permet une meilleure fluidification des flux de transport par camions, vise aussi un contrôle plus strict de la chaîne et une identification plus précise des entreprises et des agents impliqués dans chaque opération, notamment en cas de problème.

Avant de disposer d’une clé d’accès et d’un mot de passe pour accomplir leur démarches, ces entreprises de transport international opérant sur cet axe ont été tenues de fournir aux autorités douanières, une documentation complète en l’occurrence un dossier juridique (statuts, autorisation de transport, CIN du gérant, etc). De même que des informations relatives au parc de l’entreprise (camions et remorques), c’est-à-dire la plaque minéralogique, mais aussi le numéro de châssis du véhicule.

Le transporteur est obligé aussi au moment de faire sa déclaration, d’y mentionner l’identité du (ou des) conducteurs du camion.

La somme exigée des transporteurs pour bénéficier de ce service a été fixée à 1.500 DH payables au niveau de Barid Al Maghrib. La décision a été plutôt bien accueillie par les professionnels.

La suppression définitive du fameux cahier de triptyques destiné à faire les déclarations manuelles en quatre exemplaires, autrefois géré par l’AMTRI (Association marocaine des transports routiers intercontinentaux) a été précédée par un séminaire de sensibilisation des transporteurs et leur transitaires. Selon la plupart des transporteurs, l’opération a été bien accueillie par la quasi-totalité des transporteurs qui opèrent au niveau du port Tanger Med.

Il y a toujours quelques mécontents, explique l’un d’eux, mais il s’agit surtout de petits transporteurs non organisés qui ne sachant pas comment procéder, sous-traitent leurs opérations à des intermédiaires. Ils ont pourtant l’autorisation de donner une procuration à leur transitaire pour accomplir toutes les démarches. Les choses devraient rapidement rentrer dans l’ordre, conclut-il.

TIR: La dématérialisation totale au niveau du port Tanger Med bien accueillie

Le 07 novembre 2019 à17:37

Modifié le 08 novembre 2019 à 09:11

Toutes les déclarations des marchandises et des camions de transport doivent se faire en ligne par le biais du système Badr.

Le 1er octobre, les sociétés de Transport international (TIR) ont été invitées au niveau du port Tanger Med à abandonner le système manuel de déclaration de leurs véhicules et des marchandises transportées, qui avait cours jusque-là. Elles ont l’obligation, désormais, d’accomplir toute leurs démarches en ligne, y compris la signature électronique, par le biais du système Badr.

Cette mutation, qui entre dans le cadre de la dématérialisation progressive des procédures au niveau de ce port, outre qu’elle permet une meilleure fluidification des flux de transport par camions, vise aussi un contrôle plus strict de la chaîne et une identification plus précise des entreprises et des agents impliqués dans chaque opération, notamment en cas de problème.

Avant de disposer d’une clé d’accès et d’un mot de passe pour accomplir leur démarches, ces entreprises de transport international opérant sur cet axe ont été tenues de fournir aux autorités douanières, une documentation complète en l’occurrence un dossier juridique (statuts, autorisation de transport, CIN du gérant, etc). De même que des informations relatives au parc de l’entreprise (camions et remorques), c’est-à-dire la plaque minéralogique, mais aussi le numéro de châssis du véhicule.

Le transporteur est obligé aussi au moment de faire sa déclaration, d’y mentionner l’identité du (ou des) conducteurs du camion.

La somme exigée des transporteurs pour bénéficier de ce service a été fixée à 1.500 DH payables au niveau de Barid Al Maghrib. La décision a été plutôt bien accueillie par les professionnels.

La suppression définitive du fameux cahier de triptyques destiné à faire les déclarations manuelles en quatre exemplaires, autrefois géré par l’AMTRI (Association marocaine des transports routiers intercontinentaux) a été précédée par un séminaire de sensibilisation des transporteurs et leur transitaires. Selon la plupart des transporteurs, l’opération a été bien accueillie par la quasi-totalité des transporteurs qui opèrent au niveau du port Tanger Med.

Il y a toujours quelques mécontents, explique l’un d’eux, mais il s’agit surtout de petits transporteurs non organisés qui ne sachant pas comment procéder, sous-traitent leurs opérations à des intermédiaires. Ils ont pourtant l’autorisation de donner une procuration à leur transitaire pour accomplir toutes les démarches. Les choses devraient rapidement rentrer dans l’ordre, conclut-il.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.