Tourisme: l'été 2019 devrait connaître une hausse de 6% des arrivées

Les hôteliers sont optimistes pour la saison estivale 2019 et s'attendent à faire le plein de visiteurs. Selon le président de l’Observatoire du tourisme, Said Mouhid, les arrivées croîtront de 6% par rapport à l'été 2018, ce qui correspond au taux de croissance de la capacité litière.

Tourisme: l'été 2019 devrait connaître une hausse de 6% des arrivées

Le 12 juin 2019 à 17:13

Modifié le 12 juin 2019 à 20:37

Comme chaque année, les hôteliers attendent avec impatience l’été qui constitue la (très) haute saison qui draine le gros leur chiffre d’affaires annuel. D’autant plus que le Ramadan n’impacte plus cette période de l'année.

Contacté par Médias24, Said Mouhid se veut optimiste en affirmant que l’été est une période de pointe qui ne peut qu’engendrer des résultats positifs avec une progression attendue des arrivées de 5 à 6%, entre touristes étrangers de séjour (TES), nationaux et MRE.

Retour massif des MRE et nationaux

"La progression va continuer après les bons scores de l'année dernière, grâce au retour massif des nationaux et des MRE dont l’afflux sera plus important que celui de l’été dernier.

"Avec les festivals et moussems, les destinations balnéaires comme Tanger, Lixus, Saidia, Essaouira, El Jadida connaitront une grande fréquentation tandis que Oualidia devrait faire le plein.

"La ville de Casablanca vivra certainement un retour d’affluence en bénéficiant de l’ouverture d’infrastructures neuves ou rénovées comme la plage de la corniche, la promenade balnéaire, le parc de la ligue arabe sans compter l’activité shopping qui sera boostée avec le Marina Mall.

Pas assez de nouveaux hôtels

"Lors des 2 derniers étés, la destination Maroc a réalisé un taux de croissance moyen des arrivées compris entre 10 et 12% mais comme les capacités hôtelières nationales n’ont pas augmenté au-delà de 5 à 6%, il sera donc difficile de faire plus qu’un taux de croissance des arrivées de 5 à 6%", explique Mouhid qui regrette, entre les lignes, la faible croissance des infrastructures hôtelières.

"On ne peut pas faire 12 ou 13% de croissance des arrivées tous les étés si le nombre de chambres et donc de lits n’augmente pas en parallèle. En termes de capacité hôtelière, l’occupation pour cet été sera donc déjà optimale.

"Jusqu’en août, la saison sera satisfaisante avec un retour remarquable des MRE et des nationaux qui réaliseront une croissance autour de 10% et pour septembre, nous verrons en temps voulu", conclut le président de l’observatoire qui dirige aussi le Centre régional du tourisme de Casablanca.

Tout aussi optimiste, Abdellatif Abouricha, chargé de la communication du CRT de Marrakech affirme que l’après-ramadan a bien démarré avec plusieurs séminaires et congrès ainsi que de nombreux touristes seniors ou en couple qui font déjà le bonheur des hôteliers pour le mois de juin.

Marrakech fait le plein en été depuis quelques années

 "Chez nous, la haute saison commencera véritablement à partir du 5 juillet prochain qui coïncide avec l'annonce des résultats du baccalauréat dans le monde entier.

"C’est à partir de là que les familles vont commencer à débarquer en nombre à Marrakech. Comme chaque été, il y aura beaucoup de nationaux qui constituent le 2ème marché après celui de la France.

"Cette nouvelle fréquentation massive en été depuis quelques années s’explique par le fait que la ville ocre est devenue la plus grande station balnéaire du Maroc. En effet, malgré l'absence de côtes et de mer, Marrakech possède 250 hôtels pourvus de piscines sans parler des aquaparcs.

"Ainsi, malgré ses températures élevées en été depuis moins de 10 ans, la ville ocre est devenue une véritable destination estivale sans compter qu’elle est aussi un passage obligé pour ceux qui vont passer leurs vacances en voiture à Agadir voire Dakhla.

"Pour juillet et août, la grande majorité des établissements 3 à 5 étoiles affichent d’ores et déjà complet. Seuls les palaces comme La Mamounia, le Palais Saadi ou le Royal Mansour tournent au ralenti car leur clientèle de luxe préfère venir en automne, hiver et printemps.

"Sachant que l’essentiel des ventes de séjour se fait par des grandes plateformes digitales, nous n’avons pas de visibilité mais il est plus que probable que la croissance des arrivées sera de 5 à 6%", espère Abouricha qui n’exclut pas un meilleur chiffre grâce aux récentes ouvertures de lignes entre l’aéroport de Marrakech et des hubs internationaux (Turkish Airlines, Saudia Airlines, Air France …)

Les nationaux représentent 60% des arrivées estivales à Agadir

Si le président du CRT d’Agadir, Rachid Dahmaz, table sur le même taux de croissance des arrivées que ses confrères et néanmoins concurrents Mouhid et Abouricha, il affirme que plusieurs marchés étrangers comme ceux de Pologne ou de Russie sont en chute libre.

"La haute saison va démarrer début juillet pour certains marchés internationaux comme le français. Les Allemands, Autrichiens ou Scandinaves ne seront pas de la partie car ils viennent plutôt en hiver.

"Juillet et août sont plutôt des mois du marché national et sud-méditerranéen (France, Portugal, Espagne).

"Le mois d’août a toujours été positif grâce aux nationaux qui viennent en masse à Agadir. On s’attend donc à un taux de remplissage important car ce marché représente 60% des arrivées en été et 34% de la totalité des arrivées pendant toute l’année.

"Au final, nous n’aurons pas une progression des arrivées de 17% comme en 2018 ou de 13% comme en 2017 mais plutôt un taux de 5 à 6% qui sera déjà très honorable", conclut Dahmaz.

Tags : Tourisme

Tourisme: l'été 2019 devrait connaître une hausse de 6% des arrivées

Le 12 juin 2019 à18:01

Modifié le 12 juin 2019 à 20:37

Les hôteliers sont optimistes pour la saison estivale 2019 et s'attendent à faire le plein de visiteurs. Selon le président de l’Observatoire du tourisme, Said Mouhid, les arrivées croîtront de 6% par rapport à l'été 2018, ce qui correspond au taux de croissance de la capacité litière.

Comme chaque année, les hôteliers attendent avec impatience l’été qui constitue la (très) haute saison qui draine le gros leur chiffre d’affaires annuel. D’autant plus que le Ramadan n’impacte plus cette période de l'année.

Contacté par Médias24, Said Mouhid se veut optimiste en affirmant que l’été est une période de pointe qui ne peut qu’engendrer des résultats positifs avec une progression attendue des arrivées de 5 à 6%, entre touristes étrangers de séjour (TES), nationaux et MRE.

Retour massif des MRE et nationaux

"La progression va continuer après les bons scores de l'année dernière, grâce au retour massif des nationaux et des MRE dont l’afflux sera plus important que celui de l’été dernier.

"Avec les festivals et moussems, les destinations balnéaires comme Tanger, Lixus, Saidia, Essaouira, El Jadida connaitront une grande fréquentation tandis que Oualidia devrait faire le plein.

"La ville de Casablanca vivra certainement un retour d’affluence en bénéficiant de l’ouverture d’infrastructures neuves ou rénovées comme la plage de la corniche, la promenade balnéaire, le parc de la ligue arabe sans compter l’activité shopping qui sera boostée avec le Marina Mall.

Pas assez de nouveaux hôtels

"Lors des 2 derniers étés, la destination Maroc a réalisé un taux de croissance moyen des arrivées compris entre 10 et 12% mais comme les capacités hôtelières nationales n’ont pas augmenté au-delà de 5 à 6%, il sera donc difficile de faire plus qu’un taux de croissance des arrivées de 5 à 6%", explique Mouhid qui regrette, entre les lignes, la faible croissance des infrastructures hôtelières.

"On ne peut pas faire 12 ou 13% de croissance des arrivées tous les étés si le nombre de chambres et donc de lits n’augmente pas en parallèle. En termes de capacité hôtelière, l’occupation pour cet été sera donc déjà optimale.

"Jusqu’en août, la saison sera satisfaisante avec un retour remarquable des MRE et des nationaux qui réaliseront une croissance autour de 10% et pour septembre, nous verrons en temps voulu", conclut le président de l’observatoire qui dirige aussi le Centre régional du tourisme de Casablanca.

Tout aussi optimiste, Abdellatif Abouricha, chargé de la communication du CRT de Marrakech affirme que l’après-ramadan a bien démarré avec plusieurs séminaires et congrès ainsi que de nombreux touristes seniors ou en couple qui font déjà le bonheur des hôteliers pour le mois de juin.

Marrakech fait le plein en été depuis quelques années

 "Chez nous, la haute saison commencera véritablement à partir du 5 juillet prochain qui coïncide avec l'annonce des résultats du baccalauréat dans le monde entier.

"C’est à partir de là que les familles vont commencer à débarquer en nombre à Marrakech. Comme chaque été, il y aura beaucoup de nationaux qui constituent le 2ème marché après celui de la France.

"Cette nouvelle fréquentation massive en été depuis quelques années s’explique par le fait que la ville ocre est devenue la plus grande station balnéaire du Maroc. En effet, malgré l'absence de côtes et de mer, Marrakech possède 250 hôtels pourvus de piscines sans parler des aquaparcs.

"Ainsi, malgré ses températures élevées en été depuis moins de 10 ans, la ville ocre est devenue une véritable destination estivale sans compter qu’elle est aussi un passage obligé pour ceux qui vont passer leurs vacances en voiture à Agadir voire Dakhla.

"Pour juillet et août, la grande majorité des établissements 3 à 5 étoiles affichent d’ores et déjà complet. Seuls les palaces comme La Mamounia, le Palais Saadi ou le Royal Mansour tournent au ralenti car leur clientèle de luxe préfère venir en automne, hiver et printemps.

"Sachant que l’essentiel des ventes de séjour se fait par des grandes plateformes digitales, nous n’avons pas de visibilité mais il est plus que probable que la croissance des arrivées sera de 5 à 6%", espère Abouricha qui n’exclut pas un meilleur chiffre grâce aux récentes ouvertures de lignes entre l’aéroport de Marrakech et des hubs internationaux (Turkish Airlines, Saudia Airlines, Air France …)

Les nationaux représentent 60% des arrivées estivales à Agadir

Si le président du CRT d’Agadir, Rachid Dahmaz, table sur le même taux de croissance des arrivées que ses confrères et néanmoins concurrents Mouhid et Abouricha, il affirme que plusieurs marchés étrangers comme ceux de Pologne ou de Russie sont en chute libre.

"La haute saison va démarrer début juillet pour certains marchés internationaux comme le français. Les Allemands, Autrichiens ou Scandinaves ne seront pas de la partie car ils viennent plutôt en hiver.

"Juillet et août sont plutôt des mois du marché national et sud-méditerranéen (France, Portugal, Espagne).

"Le mois d’août a toujours été positif grâce aux nationaux qui viennent en masse à Agadir. On s’attend donc à un taux de remplissage important car ce marché représente 60% des arrivées en été et 34% de la totalité des arrivées pendant toute l’année.

"Au final, nous n’aurons pas une progression des arrivées de 17% comme en 2018 ou de 13% comme en 2017 mais plutôt un taux de 5 à 6% qui sera déjà très honorable", conclut Dahmaz.

A lire aussi


commentaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.