Types, niveau de protection, utilisation... Tout ce qu'il faut savoir sur les masques

Le port du masque est obligatoire au Maroc pour toute personne se trouvant à l’extérieur de son lieu de résidence, et ce depuis le mois d’avril. Cependant, la manière de l'utiliser n’est pas toujours correcte et le niveau de protection assuré diffère selon le type de masque. Les détails.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/28-09-2020/masque11.jpg-oui
Types, niveau de protection, utilisation... Tout ce qu'il faut savoir sur les masques

Le 28 septembre 2020 à 19:21

Modifié le 29 septembre 2020 à 12:35

Différents types de masques sont vendus aujourd’hui au Maroc. Quelle est leur efficacité ? Comment faut-il les utiliser et les laver ? Leur qualité est-elle contrôlée ? Peut-on les remplacer par des visières ? Pour répondre à ces questions et tant d'autres, Médias24 a joint Dr. Khadija Moussayer, spécialiste en médecine interne, et présidente de l'Alliance des maladies rares au Maroc (AMAIS), ainsi qu'un professionnel des dispositifs médicaux, requérant l’anonymat. 

+ Quels sont les types de masques vendus au Maroc ?

Selon nos deux sources, il y en a quatre :

- Le masque FFP2 "est réservé au corps médical, et en particulier aux médecins qui font des gestes sur la voie ORL, notamment les réanimateurs, les pneumologues amenés à réaliser des bronchoscopies ou endoscopies, et les chirurgiens qui opèrent sur les voies respiratoires hautes. Son prix a beaucoup augmenté depuis l’apparition du virus, en raison de la forte demande. Il peut atteindre les 70 DH/ unité, contre 10 DH/ unité avant la pandémie", selon Dr. Moussayer. 

- Le masque chirurgical, avec pince-nez, est réservé aux médecins lors des consultations, aux malades positifs au covid ou aux cas contacts. "Une boîte de 60 unités coûte actuellement entre 230 et 450 DH, voire moins ou plus, selon les pharmacies, contre 150 DH/ boîte de 60 unités auparavant", ajoute-t-elle. 

- Le masque de protection grand public non tissé subventionné, approuvé par l’Institut Marocain de normalisation (NM/ST 21.5.200). Une boîte de 10 pièces coûte 8 DH.

- Le masque réutilisable en tissu, également approuvé par l’Imanor (NM/ST 21.5.201). Son prix varie entre 10 et 15 DH en pharmacie, selon les fournisseurs.

Notons que dans les commerces, on peut trouver des masques non tissés à des prix plus élevés que le tarif réglementaire de 8 DH la boite, mais dont la qualité de fabrication (et non de protection) peut être relativement meilleure. Les masques tissés peuvent également être achetés dans les commerces, à des prix qui peuvent varier sensiblement.

 + Porter le masque protège-t-il celui qui le porte du covid ou bien empêche-t-il de répandre le virus autour de soi?

Tous les types de masques fabriqués selon les normes marocaines protègent ceux qui les portent et leur entourage du covid, mais à des degrés différents.

Les masques FFP2, avec double filtration de l’air à l’intérieur et à l’extérieur, procurent la meilleure protection, suivis des masques chirurgicaux. 

"Le masque chirurgical permet de filtrer beaucoup de particules", nous explique le professionnel des dispositifs médicaux. Il évite ainsi la projection vers l’entourage des gouttelettes émises par celui qui porte le masque, mais aussi celui qui le porte contre les projections de gouttelettes émises par une personne vis-à-vis. Il empêche ainsi le porteur du masque d’être contaminé, ou de contaminer les autres. "Mais la protection assurée par les FFP2 reste beaucoup plus élevée". 

Lors des consultations, les médecins optent généralement pour ces deux types de masques.

+ Peut-on estimer le pourcentage de protection qu’assurent les différents types de masques ?

Selon nos interlocuteurs, le masque FFP2 peut être porté durant 8h et procure une protection maximale de 95%.

Le masque chirurgical assure quant à lui une protection allant de 60% jusqu’à 93%, selon la qualité du filtre dont il dispose. Il peut être porté durant 4h.

Les masques en tissu et ceux non tissés certifiés par l'Imanor protègent également du virus, à condition qu'ils soient hermétiques, ajustés au visage et qu'ils couvrent bien le nez et la bouche. Or, ce n'est pas le cas avec tous les masques vendus à 0,80 centime.

La filtration peut aller jusqu'à 50%, en fonction de la qualité du non tissé pour les masques non tissés, et de l'épaisseur du tissu et sa capacité à empêcher l'inhalation des particules du virus pour les masques en tissu. Les masques réutilisables doivent toutefois être lavés après chaque utilisation.

Quant à l'efficacité des foulards ou des masques fabriqués à la maison, elle est beaucoup moins élevée, soit entre 15 et 25%. 

+ Les masques fabriqués à la maison et les foulards ne sont-ils donc pas efficaces ? 

Non, pas autant que les masques FFP2, chirurgicaux ou ceux vendus en pharmacie. Notre professionnel des dispositifs médicaux recommande de privilégier les masques jetables. 

+ Quels matériaux sont utilisés pour réaliser les masques grand public?

"Le tissu utilisé pour la production du masque non tissé doit être fabriqué à partir d’un Polypropylène spunbond vierge et ne doit pas se désintégrer, se rompre ni se déchirer lors de l’usage prévu", indique l'Imanor dans le document normatif relatif à ce type de masques.

Liste des entreprises certifiées pour les masques de protection en tissu non tissé.

Pour ce qui est de la fabrication des masques de protection en tissu, "les matériaux utilisés peuvent être constitués d’étoffes tissées ou tricotées en monocouche ou composite multicouches, ou de combinaison d’étoffes avec d’autres matériaux. Ces matériaux doivent pouvoir résister aux manipulations et à l’usure pendant la durée de vie du masque, et résister aux produits et aux méthodes de nettoyage et séchage spécifiés par le fabricant", ajoute l'institut de noramlisation.

 Liste des entreprises certifiées pour les masques de protection en tissu réutilisables.

+ Comment porter correctement le masque ?

"Le masque sous le menton ou qui pend à l’oreille, le temps de discuter avec quelqu’un, puis remis après avoir été manipulé dans tous les sens: voilà ce qu’il ne faut pas faire", d'après la présidente de l'AMAIS. Pour être efficace, un masque doit en effet rester en place, et être touché le moins possible.

- Avant de le mettre, il faut se laver les mains à l’eau et au savon (en frottant pendant 30 secondes, sans oublier les ongles, les pouces, le dos des mains et les poignets), ou avec une solution hydroalcoolique, pour ne pas le contaminer soi-même si on est déjà porteur du virus.

- Une fois le masque en place, on ne doit plus y toucher tant qu’on le porte, car les mains pourraient le contaminer, ou inversement, le masque pourrait contaminer les mains. Le toucher signifie qu'il faut se laver les mains juste après.

- Se couvrir la bouche et le nez avec le masque en s'assurant qu'il n'y a pas d'espace entre le visage et le masque.

- Il ne doit pas être gardé trop longtemps (de 1 h à 4 H au maximum) et en changer plusieurs fois.

- Un masque s’humidifie rapidement sous l’effet de la respiration ou de la transpiration et dès qu’il est mouillé, il n’est plus efficace.

- Pour ôter le masque, il faut l'enlever par l'arrière (ne pas toucher le devant), le jeter dans une poubelle fermée, se laver les mains avec du gel hydroalcoolique ou du savon.

- Il ne faut pas réutiliser les masques à usage unique.

+ Comment laver les masques réutilisables ?

Le masque réutilisable doit être relavé (pendant 30 minutes pour plus de sûreté) avant toute réutilisation. L’eau et le savon suffisent pour le laver, puisque le covid est sensible au savon. 

Notre spécialiste de dispositifs médicaux, lui, est contre ce type de masques, "d’autant plus que les gens ne disposent pas tous des mêmes conditions de séchage. On ne peut pas savoir si quelqu'un l’a touché, et donc contaminé".

+ La visière peut-elle remplacer le masque ?

"Non. Il s’agit d’une protection en plus. La visière doit être portée avec le masque et non seule", selon nos deux interlocuteurs.

Dr. Moussayer nous explique que "la visière protège plus la personne qui la porte que les autres", puisqu’elle ne filtre pas les gouttelettes émises en parlant.

En effet, les visières ne permettent pas de protéger des particules restant en suspension.

+ Dans quels lieux faut-il porter le masque ?

Le port des masques de protection est obligatoire depuis le 7 avril dernier pour toute personne se trouvant à l'extérieur de son lieu de résidence, selon un communiqué conjoint des ministères de la Santé, de l'Intérieur, des Finances et du Commerce et de l'industrie. Tout contrevenant est passible des sanctions prévues par l'article 4 du décret-loi 2.20.292, qui prévoit une peine de prison allant d'un à trois mois et d'une amende entre 300 et 1.300 DH, ou l'une des deux en respectant le principe de la peine la plus lourde.

Selon Dr. Moussayer, "le masque doit être porté dans tous les endroits clos, et non aérés, tels que les transports en commun par exemple". Il est également préférable de le porter à l'extérieur puisqu’il réduit le risque de transmission du virus.

Pour ce qui est des masques artisanaux, il faut toujours garder une distance d'un mètre ou deux avec les autres, et éviter d’être dans des endroits clos et non aérés.

Notre deuxième source recommande pour sa part de le porter "partout, dans le contexte actuel". En effet, le nombre de cas a explosé depuis quelques semaines. 

+ La qualité des masques est-elle contrôlée ?

"La qualité marocaine est excellente", confirme le spécialiste des dispositifs médicaux. "Elle est un peu plus chère parce que le filtre coûte cher. La tonne du filtre utilisé dans la fabrication des masques coutait 13.000 dollars avant la pandémie, contre 67.000 dollars actuellement. C’est le filtre qui est cher". 

Notre source nous confie par ailleurs qu'"il y a des prémisses pour la fabrication de ce filtre au Maroc, ce qui contribuera à la baisse des prix des masques".  

Rappelons que le Maroc fabrique actuellement environ 17 millions de masques par jour. Le Royaume a atteint l'autosuffisance. 

Types, niveau de protection, utilisation... Tout ce qu'il faut savoir sur les masques

Le 28 septembre 2020 à19:26

Modifié le 29 septembre 2020 à 12:35

Le port du masque est obligatoire au Maroc pour toute personne se trouvant à l’extérieur de son lieu de résidence, et ce depuis le mois d’avril. Cependant, la manière de l'utiliser n’est pas toujours correcte et le niveau de protection assuré diffère selon le type de masque. Les détails.

com_redaction-31

Différents types de masques sont vendus aujourd’hui au Maroc. Quelle est leur efficacité ? Comment faut-il les utiliser et les laver ? Leur qualité est-elle contrôlée ? Peut-on les remplacer par des visières ? Pour répondre à ces questions et tant d'autres, Médias24 a joint Dr. Khadija Moussayer, spécialiste en médecine interne, et présidente de l'Alliance des maladies rares au Maroc (AMAIS), ainsi qu'un professionnel des dispositifs médicaux, requérant l’anonymat. 

+ Quels sont les types de masques vendus au Maroc ?

Selon nos deux sources, il y en a quatre :

- Le masque FFP2 "est réservé au corps médical, et en particulier aux médecins qui font des gestes sur la voie ORL, notamment les réanimateurs, les pneumologues amenés à réaliser des bronchoscopies ou endoscopies, et les chirurgiens qui opèrent sur les voies respiratoires hautes. Son prix a beaucoup augmenté depuis l’apparition du virus, en raison de la forte demande. Il peut atteindre les 70 DH/ unité, contre 10 DH/ unité avant la pandémie", selon Dr. Moussayer. 

- Le masque chirurgical, avec pince-nez, est réservé aux médecins lors des consultations, aux malades positifs au covid ou aux cas contacts. "Une boîte de 60 unités coûte actuellement entre 230 et 450 DH, voire moins ou plus, selon les pharmacies, contre 150 DH/ boîte de 60 unités auparavant", ajoute-t-elle. 

- Le masque de protection grand public non tissé subventionné, approuvé par l’Institut Marocain de normalisation (NM/ST 21.5.200). Une boîte de 10 pièces coûte 8 DH.

- Le masque réutilisable en tissu, également approuvé par l’Imanor (NM/ST 21.5.201). Son prix varie entre 10 et 15 DH en pharmacie, selon les fournisseurs.

Notons que dans les commerces, on peut trouver des masques non tissés à des prix plus élevés que le tarif réglementaire de 8 DH la boite, mais dont la qualité de fabrication (et non de protection) peut être relativement meilleure. Les masques tissés peuvent également être achetés dans les commerces, à des prix qui peuvent varier sensiblement.

 + Porter le masque protège-t-il celui qui le porte du covid ou bien empêche-t-il de répandre le virus autour de soi?

Tous les types de masques fabriqués selon les normes marocaines protègent ceux qui les portent et leur entourage du covid, mais à des degrés différents.

Les masques FFP2, avec double filtration de l’air à l’intérieur et à l’extérieur, procurent la meilleure protection, suivis des masques chirurgicaux. 

"Le masque chirurgical permet de filtrer beaucoup de particules", nous explique le professionnel des dispositifs médicaux. Il évite ainsi la projection vers l’entourage des gouttelettes émises par celui qui porte le masque, mais aussi celui qui le porte contre les projections de gouttelettes émises par une personne vis-à-vis. Il empêche ainsi le porteur du masque d’être contaminé, ou de contaminer les autres. "Mais la protection assurée par les FFP2 reste beaucoup plus élevée". 

Lors des consultations, les médecins optent généralement pour ces deux types de masques.

+ Peut-on estimer le pourcentage de protection qu’assurent les différents types de masques ?

Selon nos interlocuteurs, le masque FFP2 peut être porté durant 8h et procure une protection maximale de 95%.

Le masque chirurgical assure quant à lui une protection allant de 60% jusqu’à 93%, selon la qualité du filtre dont il dispose. Il peut être porté durant 4h.

Les masques en tissu et ceux non tissés certifiés par l'Imanor protègent également du virus, à condition qu'ils soient hermétiques, ajustés au visage et qu'ils couvrent bien le nez et la bouche. Or, ce n'est pas le cas avec tous les masques vendus à 0,80 centime.

La filtration peut aller jusqu'à 50%, en fonction de la qualité du non tissé pour les masques non tissés, et de l'épaisseur du tissu et sa capacité à empêcher l'inhalation des particules du virus pour les masques en tissu. Les masques réutilisables doivent toutefois être lavés après chaque utilisation.

Quant à l'efficacité des foulards ou des masques fabriqués à la maison, elle est beaucoup moins élevée, soit entre 15 et 25%. 

+ Les masques fabriqués à la maison et les foulards ne sont-ils donc pas efficaces ? 

Non, pas autant que les masques FFP2, chirurgicaux ou ceux vendus en pharmacie. Notre professionnel des dispositifs médicaux recommande de privilégier les masques jetables. 

+ Quels matériaux sont utilisés pour réaliser les masques grand public?

"Le tissu utilisé pour la production du masque non tissé doit être fabriqué à partir d’un Polypropylène spunbond vierge et ne doit pas se désintégrer, se rompre ni se déchirer lors de l’usage prévu", indique l'Imanor dans le document normatif relatif à ce type de masques.

Liste des entreprises certifiées pour les masques de protection en tissu non tissé.

Pour ce qui est de la fabrication des masques de protection en tissu, "les matériaux utilisés peuvent être constitués d’étoffes tissées ou tricotées en monocouche ou composite multicouches, ou de combinaison d’étoffes avec d’autres matériaux. Ces matériaux doivent pouvoir résister aux manipulations et à l’usure pendant la durée de vie du masque, et résister aux produits et aux méthodes de nettoyage et séchage spécifiés par le fabricant", ajoute l'institut de noramlisation.

 Liste des entreprises certifiées pour les masques de protection en tissu réutilisables.

+ Comment porter correctement le masque ?

"Le masque sous le menton ou qui pend à l’oreille, le temps de discuter avec quelqu’un, puis remis après avoir été manipulé dans tous les sens: voilà ce qu’il ne faut pas faire", d'après la présidente de l'AMAIS. Pour être efficace, un masque doit en effet rester en place, et être touché le moins possible.

- Avant de le mettre, il faut se laver les mains à l’eau et au savon (en frottant pendant 30 secondes, sans oublier les ongles, les pouces, le dos des mains et les poignets), ou avec une solution hydroalcoolique, pour ne pas le contaminer soi-même si on est déjà porteur du virus.

- Une fois le masque en place, on ne doit plus y toucher tant qu’on le porte, car les mains pourraient le contaminer, ou inversement, le masque pourrait contaminer les mains. Le toucher signifie qu'il faut se laver les mains juste après.

- Se couvrir la bouche et le nez avec le masque en s'assurant qu'il n'y a pas d'espace entre le visage et le masque.

- Il ne doit pas être gardé trop longtemps (de 1 h à 4 H au maximum) et en changer plusieurs fois.

- Un masque s’humidifie rapidement sous l’effet de la respiration ou de la transpiration et dès qu’il est mouillé, il n’est plus efficace.

- Pour ôter le masque, il faut l'enlever par l'arrière (ne pas toucher le devant), le jeter dans une poubelle fermée, se laver les mains avec du gel hydroalcoolique ou du savon.

- Il ne faut pas réutiliser les masques à usage unique.

+ Comment laver les masques réutilisables ?

Le masque réutilisable doit être relavé (pendant 30 minutes pour plus de sûreté) avant toute réutilisation. L’eau et le savon suffisent pour le laver, puisque le covid est sensible au savon. 

Notre spécialiste de dispositifs médicaux, lui, est contre ce type de masques, "d’autant plus que les gens ne disposent pas tous des mêmes conditions de séchage. On ne peut pas savoir si quelqu'un l’a touché, et donc contaminé".

+ La visière peut-elle remplacer le masque ?

"Non. Il s’agit d’une protection en plus. La visière doit être portée avec le masque et non seule", selon nos deux interlocuteurs.

Dr. Moussayer nous explique que "la visière protège plus la personne qui la porte que les autres", puisqu’elle ne filtre pas les gouttelettes émises en parlant.

En effet, les visières ne permettent pas de protéger des particules restant en suspension.

+ Dans quels lieux faut-il porter le masque ?

Le port des masques de protection est obligatoire depuis le 7 avril dernier pour toute personne se trouvant à l'extérieur de son lieu de résidence, selon un communiqué conjoint des ministères de la Santé, de l'Intérieur, des Finances et du Commerce et de l'industrie. Tout contrevenant est passible des sanctions prévues par l'article 4 du décret-loi 2.20.292, qui prévoit une peine de prison allant d'un à trois mois et d'une amende entre 300 et 1.300 DH, ou l'une des deux en respectant le principe de la peine la plus lourde.

Selon Dr. Moussayer, "le masque doit être porté dans tous les endroits clos, et non aérés, tels que les transports en commun par exemple". Il est également préférable de le porter à l'extérieur puisqu’il réduit le risque de transmission du virus.

Pour ce qui est des masques artisanaux, il faut toujours garder une distance d'un mètre ou deux avec les autres, et éviter d’être dans des endroits clos et non aérés.

Notre deuxième source recommande pour sa part de le porter "partout, dans le contexte actuel". En effet, le nombre de cas a explosé depuis quelques semaines. 

+ La qualité des masques est-elle contrôlée ?

"La qualité marocaine est excellente", confirme le spécialiste des dispositifs médicaux. "Elle est un peu plus chère parce que le filtre coûte cher. La tonne du filtre utilisé dans la fabrication des masques coutait 13.000 dollars avant la pandémie, contre 67.000 dollars actuellement. C’est le filtre qui est cher". 

Notre source nous confie par ailleurs qu'"il y a des prémisses pour la fabrication de ce filtre au Maroc, ce qui contribuera à la baisse des prix des masques".  

Rappelons que le Maroc fabrique actuellement environ 17 millions de masques par jour. Le Royaume a atteint l'autosuffisance. 

A lire aussi


Communication financière

LafargeHolcim Maroc : Nomination de deux administrateurs indépendants

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.