Vers un accord entre les étudiants en médecine et la tutelle?

Les ministères de la Santé et de l'Enseignement supérieur veulent sauver l'année universitaire des facultés de médecine, médecine dentaire et de pharmacie. Une nouvelle proposition a été présentée aux étudiants.

Vers un accord entre les étudiants en médecine et la tutelle?

Le 17 mai 2019 à 10:47

Modifié le 17 mai 2019 à 15:48

Les étudiants en médecine doivent statuer sur la proposition des ministères de tutelle lors des assemblées générales de leur coordination nationale, prévues ce samedi 18 mai. La proposition est gardée confidentielle jusqu'au vote prévu dimanche 19 mai.

Ce que l'on sait, c'est que lors d'une réunion tenue mardi 14 mai, entre le secrétaire général du département de l'Enseignement supérieur, le directeur des ressources humaines du ministère de la Santé et des représentants des étudiants en médecine, un accord préliminaire a été trouvé portant sur deux points: le concours d'internat et la 6e année du cycle d'étude en médecine dentaire.

En effet, les deux départements devraient s'engager à garantir les équipements et les conditions nécessaires aux travaux pratiques et aux stages hospitaliers des étudiants en médecine dentaire durant la 6e année ajoutée récemment à leur cursus.

Pour ce qui est du concours d'internat, le point de discorde concerne la volonté des étudiants de maintenir le statut juridique actuel de ce concours, qui "ne permet pas aux étudiants inscrits aux facultés de médecine privées de participer aux concours d’internat organisés par les facultés publiques".

En grève depuis le 25 mars dernier, les étudiants en médecine avaient menacé de boycotter les examens semestriels. Ils insistent sur l'impératif de signer un PV avec toutes les parties concernées.

Prévus initialement à partir du 29 avril dernier, les examens ont été reportés à la période allant du 8 au 15 juin. 

Vers un accord entre les étudiants en médecine et la tutelle?

Le 17 mai 2019 à11:17

Modifié le 17 mai 2019 à 15:48

Les ministères de la Santé et de l'Enseignement supérieur veulent sauver l'année universitaire des facultés de médecine, médecine dentaire et de pharmacie. Une nouvelle proposition a été présentée aux étudiants.

Les étudiants en médecine doivent statuer sur la proposition des ministères de tutelle lors des assemblées générales de leur coordination nationale, prévues ce samedi 18 mai. La proposition est gardée confidentielle jusqu'au vote prévu dimanche 19 mai.

Ce que l'on sait, c'est que lors d'une réunion tenue mardi 14 mai, entre le secrétaire général du département de l'Enseignement supérieur, le directeur des ressources humaines du ministère de la Santé et des représentants des étudiants en médecine, un accord préliminaire a été trouvé portant sur deux points: le concours d'internat et la 6e année du cycle d'étude en médecine dentaire.

En effet, les deux départements devraient s'engager à garantir les équipements et les conditions nécessaires aux travaux pratiques et aux stages hospitaliers des étudiants en médecine dentaire durant la 6e année ajoutée récemment à leur cursus.

Pour ce qui est du concours d'internat, le point de discorde concerne la volonté des étudiants de maintenir le statut juridique actuel de ce concours, qui "ne permet pas aux étudiants inscrits aux facultés de médecine privées de participer aux concours d’internat organisés par les facultés publiques".

En grève depuis le 25 mars dernier, les étudiants en médecine avaient menacé de boycotter les examens semestriels. Ils insistent sur l'impératif de signer un PV avec toutes les parties concernées.

Prévus initialement à partir du 29 avril dernier, les examens ont été reportés à la période allant du 8 au 15 juin. 

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.