Un remaniement ministériel et du sang neuf dans l'administration

Le discours du Trône prononcé le lundi 29 juillet par le Roi Mohammed VI, laisse présager des changements au niveau du gouvernement et de l’administration publique dans son sens le plus large. Lecture.

Un remaniement ministériel et du sang neuf dans l'administration

Le 30 juillet 2019 à 14:36

Modifié le 31 juillet 2019 à 15:27

Le Roi a annoncé une nouvelle étape. Une étape qui sera marquée par plusieurs objectifs dont les plus importants sont le développement inclusif, la réduction des disparités sociales et spatiales ainsi que des services publics plus efficaces et répondant mieux aux attentes des citoyens. Et enfin, un meilleur niveau de vie pour tous les Marocains.

Pour cela, le Roi a mis en avant des critères tels que le mérite individuel, l’expertise et l’efficacité chez ceux qui devront conduire cette nouvelle phase.

Une commission sera créée pour l’élaboration d’un nouveau modèle de développement qui devra notamment être plus inclusif. Mais l’on n’attendra pas les travaux de cette commission pour commencer à appliquer les critères cités ci-dessus, ni pour cibler les objectifs indiqués. Il n’y aura pas de rupture, mais une continuité et une adaptation. Le Roi a validé les précédentes stratégies sectorielles, en appelant au lancement d’une “nouvelle génération de projets“.

Aucune indication n’a été donnée à la nature de ces projets. S’agit-il de projets concernant le social ou l’inclusion ? L’on peut au moins penser à des secteurs économiques comme l’agriculture ou le tourisme où les stratégies ont été consommées et ont besoin de lancer leurs phases suivantes.

C’est pour cela que le Roi a invité le Chef du gouvernement à proposer du sang neuf pour le gouvernement et l’administration :

"Cette nouvelle étape sera marquée par le lancement d’une nouvelle génération de projets. Elle nécessite par conséquent de nouvelles compétences aux différents postes et niveaux de responsabilité. Du sang neuf doit, donc, être apporté au sein des institutions et des instances politiques, économiques et administratives, y compris le gouvernement.

"A cette fin, à l’horizon de la rentrée prochaine, nous chargeons le chef du gouvernement de soumettre à notre appréciation, des propositions visant à renouveler et enrichir les postes de responsabilité, tant au sein du gouvernement que dans l’Administration, en les pourvoyant de profils de haut niveau, choisis selon les critères de compétence et de mérite“.

Le terme “remaniement“ n’est pas utilisé. Il a une connotation davantage politique que ne le veut la tonalité du discours du Roi. Mais c’est un remaniement qui ne dit pas son nom. Qui ira plus loin que le gouvernement et touchera la haute administration publique.

Les nouveaux venus seront-ils, en partie ou en totalité, des technocrates ? A ce stade, la question ne se pose pas. La composition politique du gouvernement ne devrait pas être bouleversée et on a vu au cours des dernières années, des partis adouber des experts connus pour leur expérience ou leur expertise et les placer au sein du gouvernement.

Médias24 évitera de se lancer dans la course aux pronostics concernant les ministres qui doivent céder la place. Chacun se fera sa petite idée à la lumière  de ce qu'il sait des performances ou contre-performances des uns et des autres et à l’aune des critères définis par le Roi et les objectifs qu’il a tracés.

Le Roi a enfin appelé à libérer les investissements étrangers "dans des filières et professions libérales“. Il n’a donné aucune précision sur les secteurs concernés. Il est trop tôt pour se livrer à des pronostics. Mais là aussi, Elotmani et le gouvernement passeront un été studieux.

Un remaniement ministériel et du sang neuf dans l'administration

Le 30 juillet 2019 à14:44

Modifié le 31 juillet 2019 à 15:27

Le discours du Trône prononcé le lundi 29 juillet par le Roi Mohammed VI, laisse présager des changements au niveau du gouvernement et de l’administration publique dans son sens le plus large. Lecture.

Le Roi a annoncé une nouvelle étape. Une étape qui sera marquée par plusieurs objectifs dont les plus importants sont le développement inclusif, la réduction des disparités sociales et spatiales ainsi que des services publics plus efficaces et répondant mieux aux attentes des citoyens. Et enfin, un meilleur niveau de vie pour tous les Marocains.

Pour cela, le Roi a mis en avant des critères tels que le mérite individuel, l’expertise et l’efficacité chez ceux qui devront conduire cette nouvelle phase.

Une commission sera créée pour l’élaboration d’un nouveau modèle de développement qui devra notamment être plus inclusif. Mais l’on n’attendra pas les travaux de cette commission pour commencer à appliquer les critères cités ci-dessus, ni pour cibler les objectifs indiqués. Il n’y aura pas de rupture, mais une continuité et une adaptation. Le Roi a validé les précédentes stratégies sectorielles, en appelant au lancement d’une “nouvelle génération de projets“.

Aucune indication n’a été donnée à la nature de ces projets. S’agit-il de projets concernant le social ou l’inclusion ? L’on peut au moins penser à des secteurs économiques comme l’agriculture ou le tourisme où les stratégies ont été consommées et ont besoin de lancer leurs phases suivantes.

C’est pour cela que le Roi a invité le Chef du gouvernement à proposer du sang neuf pour le gouvernement et l’administration :

"Cette nouvelle étape sera marquée par le lancement d’une nouvelle génération de projets. Elle nécessite par conséquent de nouvelles compétences aux différents postes et niveaux de responsabilité. Du sang neuf doit, donc, être apporté au sein des institutions et des instances politiques, économiques et administratives, y compris le gouvernement.

"A cette fin, à l’horizon de la rentrée prochaine, nous chargeons le chef du gouvernement de soumettre à notre appréciation, des propositions visant à renouveler et enrichir les postes de responsabilité, tant au sein du gouvernement que dans l’Administration, en les pourvoyant de profils de haut niveau, choisis selon les critères de compétence et de mérite“.

Le terme “remaniement“ n’est pas utilisé. Il a une connotation davantage politique que ne le veut la tonalité du discours du Roi. Mais c’est un remaniement qui ne dit pas son nom. Qui ira plus loin que le gouvernement et touchera la haute administration publique.

Les nouveaux venus seront-ils, en partie ou en totalité, des technocrates ? A ce stade, la question ne se pose pas. La composition politique du gouvernement ne devrait pas être bouleversée et on a vu au cours des dernières années, des partis adouber des experts connus pour leur expérience ou leur expertise et les placer au sein du gouvernement.

Médias24 évitera de se lancer dans la course aux pronostics concernant les ministres qui doivent céder la place. Chacun se fera sa petite idée à la lumière  de ce qu'il sait des performances ou contre-performances des uns et des autres et à l’aune des critères définis par le Roi et les objectifs qu’il a tracés.

Le Roi a enfin appelé à libérer les investissements étrangers "dans des filières et professions libérales“. Il n’a donné aucune précision sur les secteurs concernés. Il est trop tôt pour se livrer à des pronostics. Mais là aussi, Elotmani et le gouvernement passeront un été studieux.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.