Une nouvelle stratégie de financement de la santé au Maroc

Une conférence nationale sur le financement de la santé se tiendra sous le patronage du Roi les 18 et 19 juin à Salé. Objectif, identifier les grandes orientations de la nouvelle stratégie de financement de la santé, en lien avec les objectifs du Plan Santé 2025 en termes de couverture sanitaire universelle.

Une nouvelle stratégie de financement de la santé au Maroc

Le 17 juin 2019 à 11:26

Modifié le 17 juin 2019 à 11:26

« Le Plan Santé 2025 vise à concrétiser les Hautes Orientations Royales ainsi que les dispositions constitutionnelles en accordant une place de choix à l’achèvement de la Couverture Sanitaire Universelle (CSU) dans les meilleures conditions d’équité, de qualité et tout en protégeant les citoyens contre les risques financiers liés à l’accès aux soins », rappelle une note conceptuelle de cette conférence nationale, diffusée par le ministère de la santé.

Cette dernière précise que des avancées notables ont été réalisées au cours des dernières années :

-          L’Assurance maladie obligatoire (AMO) profite à 34% de la population.

-          La généralisation du RAMED a porté le taux de couverture sanitaire à 62%.

-          L’AMO des travailleurs non salariés est en cours de mise en œuvre (NDLR, le processus de négociation des forfaits avec les professions connait un blocage).

Mais les défis qui restent à relever sont de taille. Le financement et la gouvernance du RAMED posent notamment problème, et la contribution des ménages à la prise en charge des soins (50,7%) constitue un fardeau économique lourd qui pourrait causer un basculement vers la pauvreté.

« Le développement d’un système de santé donné doit s’appuyer sur un financement durable et soutenable. Une stratégie de financement doit apporter des réponses au niveau des trois fonctions du financement de la santé (à savoir : la mobilisation des ressources, leur mise en commun et l’achat des services de soins). Sans une cohérence entre les choix stratégiques par rapport à chacune des trois fonctions il serait difficile d’assurer un continuum logique desdites fonctions en vue d’atteindre l’impact voulu sur le citoyen », explique le ministère de la santé.

Un schéma de gouvernance pour assurer la pérennité de la stratégie

L’objectif de la conférence nationale, à laquelle participeront le chef du gouvernement et les ministères de la santé et des finances, est donc d’établir une feuille de route pour l’élaboration d’une stratégie de financement de la santé socialement abordable et économiquement soutenable, tout en assurant sa pérennité dans le cadre d’une gouvernance et d’un ancrage institutionnel rénovés et adaptés.

« L’insuffisance des ressources, la fragmentation du financement de la santé et l’inefficience dans la fonction d’achat imposent une réflexion profonde voire même une déconstruction du modèle actuel afin d’aboutir à une stratégie intégrée et pérenne à même d’assurer l’équité de la prise en charge et la protection financière des patients », précise-t-on.

La conférence permettra de :

-        Analyser les expériences internationales en matière de financement de la santé

-        Bénéficier du retour d’expérience au niveau international en vue d’identifier les bonnes pratiques à mettre en œuvre en tenant compte du contexte national. 

-        Analyser le cadre de gouvernance du système de santé.

Les outputs attendus sont :

-        Elaboration de la feuille de route pour le financement de la santé au Maroc à court, moyen et long termes ;

-        Etablir les orientations du schéma de gouvernance du système de santé en vue d’assurer la pérennité et la soutenabilité de la stratégie.

Un rapport général relatant les recommandations tirées des débats et des échanges entres les participants sera élaboré et constituera la feuille de route pour l’élaboration de la stratégie du financement du système de santé au Maroc.

Une nouvelle stratégie de financement de la santé au Maroc

Le 17 juin 2019 à11:26

Modifié le 17 juin 2019 à 11:26

Une conférence nationale sur le financement de la santé se tiendra sous le patronage du Roi les 18 et 19 juin à Salé. Objectif, identifier les grandes orientations de la nouvelle stratégie de financement de la santé, en lien avec les objectifs du Plan Santé 2025 en termes de couverture sanitaire universelle.

« Le Plan Santé 2025 vise à concrétiser les Hautes Orientations Royales ainsi que les dispositions constitutionnelles en accordant une place de choix à l’achèvement de la Couverture Sanitaire Universelle (CSU) dans les meilleures conditions d’équité, de qualité et tout en protégeant les citoyens contre les risques financiers liés à l’accès aux soins », rappelle une note conceptuelle de cette conférence nationale, diffusée par le ministère de la santé.

Cette dernière précise que des avancées notables ont été réalisées au cours des dernières années :

-          L’Assurance maladie obligatoire (AMO) profite à 34% de la population.

-          La généralisation du RAMED a porté le taux de couverture sanitaire à 62%.

-          L’AMO des travailleurs non salariés est en cours de mise en œuvre (NDLR, le processus de négociation des forfaits avec les professions connait un blocage).

Mais les défis qui restent à relever sont de taille. Le financement et la gouvernance du RAMED posent notamment problème, et la contribution des ménages à la prise en charge des soins (50,7%) constitue un fardeau économique lourd qui pourrait causer un basculement vers la pauvreté.

« Le développement d’un système de santé donné doit s’appuyer sur un financement durable et soutenable. Une stratégie de financement doit apporter des réponses au niveau des trois fonctions du financement de la santé (à savoir : la mobilisation des ressources, leur mise en commun et l’achat des services de soins). Sans une cohérence entre les choix stratégiques par rapport à chacune des trois fonctions il serait difficile d’assurer un continuum logique desdites fonctions en vue d’atteindre l’impact voulu sur le citoyen », explique le ministère de la santé.

Un schéma de gouvernance pour assurer la pérennité de la stratégie

L’objectif de la conférence nationale, à laquelle participeront le chef du gouvernement et les ministères de la santé et des finances, est donc d’établir une feuille de route pour l’élaboration d’une stratégie de financement de la santé socialement abordable et économiquement soutenable, tout en assurant sa pérennité dans le cadre d’une gouvernance et d’un ancrage institutionnel rénovés et adaptés.

« L’insuffisance des ressources, la fragmentation du financement de la santé et l’inefficience dans la fonction d’achat imposent une réflexion profonde voire même une déconstruction du modèle actuel afin d’aboutir à une stratégie intégrée et pérenne à même d’assurer l’équité de la prise en charge et la protection financière des patients », précise-t-on.

La conférence permettra de :

-        Analyser les expériences internationales en matière de financement de la santé

-        Bénéficier du retour d’expérience au niveau international en vue d’identifier les bonnes pratiques à mettre en œuvre en tenant compte du contexte national. 

-        Analyser le cadre de gouvernance du système de santé.

Les outputs attendus sont :

-        Elaboration de la feuille de route pour le financement de la santé au Maroc à court, moyen et long termes ;

-        Etablir les orientations du schéma de gouvernance du système de santé en vue d’assurer la pérennité et la soutenabilité de la stratégie.

Un rapport général relatant les recommandations tirées des débats et des échanges entres les participants sera élaboré et constituera la feuille de route pour l’élaboration de la stratégie du financement du système de santé au Maroc.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.