Agriculture: une saison mitigée pour les céréales, meilleure pour le reste

Une campagne céréalière moyenne est annoncée. Les dernières pluies permettront-elles de résorber le déficit pluviométrique? Le point sur la campagne agricole au Maroc.

Agriculture: une saison mitigée pour les céréales, meilleure pour le reste

Le 23 avril 2019 à 19:30

Modifié le 26 avril 2019 à 12:05

Après un début de saison "plutôt bon", la pluie a accusé du retard. Le Maroc connaît un bref épisode pluvieux en cette fin du mois d'avril.

Bien qu'elles soient faibles et mal réparties, les dernières précipitations sont bénéfiques aux différentes cultures, nous déclare Abdelmoumen Guennouni, ingénieur agronome.

"Pour les céréales, ces précipitations arrivent à un stade avancé, en fin de la culture. Leur impact reste limité. Toutefois, elles permettent d'allonger le cycle et de renforcer la maturité des grains", explique notre source.

Selon lui, les dernières pluies, accompagnées d'une baisse des températures, permettent d'améliorer le poids spécifique du grain.

Elles permettent, par ailleurs, d'ameublir le sol et préparer le labour profond pour l'année prochaine, ajoute-t-il. Le risque se présente, toutefois, en cas de grêle, pour l'ensemble des cultures.

En raison de la pesanteur du passé, l'opinion publique confond maintenant agriculture et céréales. Mais le poids des cultures non céréalières, telles que l'arboriculture, est en hausse constante dans le PIB agricole, grâce aux actions menées au cours des dernières années. De plus, une campagne moyenne aujourd'hui était considérée comme bonne à très bonne il y a une quinzaine d'années.

Un climat contrasté

Selon les prévisions de la météorologie nationale, la pluie se poursuivra mardi et mercredi sur la moitié nord du Royaume. Des chutes de neige sont également prévues sur les reliefs du Haut Atlas. 

Côté pluviométrie, la situation est variable selon les régions. Elle demeure favorable dans la partie nord.

Selon le ministère de l'Agriculture, le taux des précipitations s'élève à 284 mm, soit un recul d'environ 12% par rapport à une année normale.

Du lundi 22 au mardi 23 avril, les hauteurs de pluie relevées par la météorologie nationale atteignent 20 mm à Chaouen et Ifrane, 7 à Taza et 5 mm à Tanger.

Du côté des barrages, le taux de remplissage atteint 61,4% à ce mardi 23 avril, contre 68,6% à la même date de la campagne 2018. Les dernières précipitations devraient augmenter ce taux. 

Une campagne céréalière "moyenne"

Interpellé lundi 22 avril à la Chambre des représentants sur la campagne céréalière, le ministre de l'Agriculture, Aziz Akhannouch, a affirmé qu'il s'attend à une saison céréalière "moyenne".

"La saison agricole actuelle sera moyenne uniquement pour les trois céréales, alors que la production d'olives devrait atteindre 1,9 million de tonnes, sachant que la plupart des superficies se trouvent en bon état", a-t-il déclaré. Notons qu'en une dizaine d'années, le Maroc est devenu l'un des principaux producteurs d'olives au monde.

Il a également précisé que la production d'agrumes a totalisé 2,6 millions de tonnes en dépit des difficultés qui entravent les activités du secteur et la commercialisation de la production.

Après avoir insisté sur l'impact bénéfique des récentes précipitations sur les cultures printanières et les arbres fruitiers, le ministre a relevé que la saison agricole en cours s'est caractérisée par des conditions climatiques contrastées en termes de régularité des précipitations.

Au 20 avril, la superficie cultivée a atteint environ 5,5 millions d'hectares, dont 9% de superficies irriguées, a souligné le ministre.

La production totale de sucre devrait totaliser près de 600.000 tonnes, soit une hausse de 8% en comparaison avec la saison écoulée. Quant à la superficie dédiée à la culture printanière, elle a atteint 117.000 hectares, dont les cultures des pois chiches, du tournesol et du maïs.

Concernant l'export, le ministre a indiqué que le volume des exportations de divers produits agricoles s'est élevé à environ 1,64 million de tonnes, avec une progression estimée à 9% par rapport à l’année précédente, précisant que le chiffre d'affaires à l'export a atteint 17,4 milliards de DH, en augmentation de 700 MDH par rapport à la saison précédente.

Aziz Akhannouch a ajouté que le volume des exportations d'agrumes a atteint quelque 628.000 tonnes, soit une hausse de 6%, précisant que le volume les exportations des fruits et légumes a dépassé 830.000 T (+11%), dont les exportations des tomates en hausse de 4% en comparaison avec la même période de la saison précédente.

Lire aussi: Agriculture : risques sur la campagne céréalière 2018-2019

                 >>Une météo douce au Maroc, menace pour la campagne agricole

Agriculture: une saison mitigée pour les céréales, meilleure pour le reste

Le 23 avril 2019 à19:17

Modifié le 26 avril 2019 à 12:05

Une campagne céréalière moyenne est annoncée. Les dernières pluies permettront-elles de résorber le déficit pluviométrique? Le point sur la campagne agricole au Maroc.

Après un début de saison "plutôt bon", la pluie a accusé du retard. Le Maroc connaît un bref épisode pluvieux en cette fin du mois d'avril.

Bien qu'elles soient faibles et mal réparties, les dernières précipitations sont bénéfiques aux différentes cultures, nous déclare Abdelmoumen Guennouni, ingénieur agronome.

"Pour les céréales, ces précipitations arrivent à un stade avancé, en fin de la culture. Leur impact reste limité. Toutefois, elles permettent d'allonger le cycle et de renforcer la maturité des grains", explique notre source.

Selon lui, les dernières pluies, accompagnées d'une baisse des températures, permettent d'améliorer le poids spécifique du grain.

Elles permettent, par ailleurs, d'ameublir le sol et préparer le labour profond pour l'année prochaine, ajoute-t-il. Le risque se présente, toutefois, en cas de grêle, pour l'ensemble des cultures.

En raison de la pesanteur du passé, l'opinion publique confond maintenant agriculture et céréales. Mais le poids des cultures non céréalières, telles que l'arboriculture, est en hausse constante dans le PIB agricole, grâce aux actions menées au cours des dernières années. De plus, une campagne moyenne aujourd'hui était considérée comme bonne à très bonne il y a une quinzaine d'années.

Un climat contrasté

Selon les prévisions de la météorologie nationale, la pluie se poursuivra mardi et mercredi sur la moitié nord du Royaume. Des chutes de neige sont également prévues sur les reliefs du Haut Atlas. 

Côté pluviométrie, la situation est variable selon les régions. Elle demeure favorable dans la partie nord.

Selon le ministère de l'Agriculture, le taux des précipitations s'élève à 284 mm, soit un recul d'environ 12% par rapport à une année normale.

Du lundi 22 au mardi 23 avril, les hauteurs de pluie relevées par la météorologie nationale atteignent 20 mm à Chaouen et Ifrane, 7 à Taza et 5 mm à Tanger.

Du côté des barrages, le taux de remplissage atteint 61,4% à ce mardi 23 avril, contre 68,6% à la même date de la campagne 2018. Les dernières précipitations devraient augmenter ce taux. 

Une campagne céréalière "moyenne"

Interpellé lundi 22 avril à la Chambre des représentants sur la campagne céréalière, le ministre de l'Agriculture, Aziz Akhannouch, a affirmé qu'il s'attend à une saison céréalière "moyenne".

"La saison agricole actuelle sera moyenne uniquement pour les trois céréales, alors que la production d'olives devrait atteindre 1,9 million de tonnes, sachant que la plupart des superficies se trouvent en bon état", a-t-il déclaré. Notons qu'en une dizaine d'années, le Maroc est devenu l'un des principaux producteurs d'olives au monde.

Il a également précisé que la production d'agrumes a totalisé 2,6 millions de tonnes en dépit des difficultés qui entravent les activités du secteur et la commercialisation de la production.

Après avoir insisté sur l'impact bénéfique des récentes précipitations sur les cultures printanières et les arbres fruitiers, le ministre a relevé que la saison agricole en cours s'est caractérisée par des conditions climatiques contrastées en termes de régularité des précipitations.

Au 20 avril, la superficie cultivée a atteint environ 5,5 millions d'hectares, dont 9% de superficies irriguées, a souligné le ministre.

La production totale de sucre devrait totaliser près de 600.000 tonnes, soit une hausse de 8% en comparaison avec la saison écoulée. Quant à la superficie dédiée à la culture printanière, elle a atteint 117.000 hectares, dont les cultures des pois chiches, du tournesol et du maïs.

Concernant l'export, le ministre a indiqué que le volume des exportations de divers produits agricoles s'est élevé à environ 1,64 million de tonnes, avec une progression estimée à 9% par rapport à l’année précédente, précisant que le chiffre d'affaires à l'export a atteint 17,4 milliards de DH, en augmentation de 700 MDH par rapport à la saison précédente.

Aziz Akhannouch a ajouté que le volume des exportations d'agrumes a atteint quelque 628.000 tonnes, soit une hausse de 6%, précisant que le volume les exportations des fruits et légumes a dépassé 830.000 T (+11%), dont les exportations des tomates en hausse de 4% en comparaison avec la même période de la saison précédente.

Lire aussi: Agriculture : risques sur la campagne céréalière 2018-2019

                 >>Une météo douce au Maroc, menace pour la campagne agricole

A lire aussi


commentaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.