Vaccin contre le Covid-19 en Afrique : ce qu’en dit l’OMS

L’OMS Afrique a organisé ce jeudi 9 juillet un point de presse en ligne sur le développement d’un vaccin contre le Covid-19 dans le continent. Voici ses principales conclusions.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/09-07-2020/vaccin216.jpg-oui
Vaccin contre le Covid-19 en Afrique : ce qu’en dit l’OMS

Le 09 juillet 2020 à 15:45

Modifié le 09 juillet 2020 à 17:47

Le nombre de cas positifs au coronavirus continue de grimper, notamment en Afrique, où plus de 500.000 personnes sont atteintes, dont plus de 3.300 cas encore actifs au Maroc.

La situation est inquiétante, selon les responsables de l'OMS. En 5 mois, le virus a fait près de 12.000 victimes sur le continent, surpassant les 11.308 vies perdues lors de la pire épidémie d’Ebola, qui a frappé l’Afrique de l’Ouest entre 2014 et 2016.

Les cas ont plus que doublé dans 22 pays africains au cours des derniers mois et près des deux tiers des pays connaissent une transmission communautaire. L'Algérie, l'Égypte, le Ghana, le Nigeria et l'Afrique du Sud représentent environ 71% des cas de Covid-19. L'Afrique du Sud représente à elle seule 43% du nombre total de cas sur le continent.

Les interlocuteurs pointent du doigt le non-respect des gestes barrières et des mesures de prévention lors du déconfinement dans certains pays, et assurent que le virus va continuer à sévir, jusqu’à ce que les chercheurs arrivent à trouver un vaccin.

 "Vérifier l'efficacité en Afrique"

Actuellement, plus de 150 vaccins sont à l'étude dans le monde, et 19 en essai clinique, dont un en Afrique, a déclaré l'un des intervenants, en réponse à une question posée par Médias24.

L’Afrique du Sud est le premier pays africain à avoir sollicité, fin juin, l’Université d’Oxford, pour prendre part à un essai clinique d'un vaccin développé au Royaume-Uni.

Environ 2.000 Sud-africains participeront à cet essai. Le suivi de ces personnes devrait durer 12 mois, mais les premiers résultats pourraient être dévoilés plus tôt, vers le mois de septembre 2020.

Les volontaires doivent être âgés entre 18 et 65 ans et en bonne santé. Ils ne doivent pas être atteints de maladies graves, ou être séropositifs.

Notons que ce vaccin sera également testé sur 4.000 personnes en Grande-Bretagne et 5.000 personnes au Brésil. 

Selon le professeur Shabir Madhi, responsable de l’essai clinique en Afrique du Sud, le but est de vérifier l’efficacité de ce vaccin en Afrique. "Les vaccins n’agissent pas de la même manière sur les différentes populations" a-t-il expliqué. 

"Les réactions immunitaires sont différentes d’une population à une autre, d’où l’importance de mener des essais cliniques en Afrique. Cela nous permettra de déterminer plus précisément quelle est l’efficacité et quels sont les risques de ce produit sur les populations africaines", précise un autre intervenant, en soulignant que "les réactions peuvent être différentes en fonction des différents groupes ethniques". 

Un vaccin accessible à tous

Ce vaccin sera employé à une échelle et avec une célérité sans précédent, et jouera un rôle important dans la gestion de cette pandémie, d’après les responsables de l’OMS Afrique.

"On ne devrait pas se trouver dans le cas de figure où le vaccin est disponible, sans pouvoir y avoir accès, pour différentes raisons, notamment son prix".

"Les pays africains ne doivent pas être à la traine. Il s’agit d’un produit qui peut sauver des vies. Il doit donc être disponible pour toutes les populations, et non seulement pour celles qui peuvent se le payer. Il devra ainsi constituer un bien public mondial".  

"Lorsque le vaccin sera disponible, il devrait être vendu à des prix abordables dans les pays pauvres et à faibles revenus. La tarification doit donc se faire en fonction du contexte de chaque pays", ajoutent-ils.

Par ailleurs, les intervenants estiment que plusieurs institutions privées et publiques en Afrique, notamment au Maroc, en Tunisie, en Algérie et en Afrique du Sud, sont capables de produire des vaccins contre le Covid. Ils encouragent ainsi les scientifiques du continent à mener leurs propres études en Afrique.

Vaccin contre le Covid-19 en Afrique : ce qu’en dit l’OMS

Le 09 juillet 2020 à16:16

Modifié le 09 juillet 2020 à 17:47

L’OMS Afrique a organisé ce jeudi 9 juillet un point de presse en ligne sur le développement d’un vaccin contre le Covid-19 dans le continent. Voici ses principales conclusions.

Le nombre de cas positifs au coronavirus continue de grimper, notamment en Afrique, où plus de 500.000 personnes sont atteintes, dont plus de 3.300 cas encore actifs au Maroc.

La situation est inquiétante, selon les responsables de l'OMS. En 5 mois, le virus a fait près de 12.000 victimes sur le continent, surpassant les 11.308 vies perdues lors de la pire épidémie d’Ebola, qui a frappé l’Afrique de l’Ouest entre 2014 et 2016.

Les cas ont plus que doublé dans 22 pays africains au cours des derniers mois et près des deux tiers des pays connaissent une transmission communautaire. L'Algérie, l'Égypte, le Ghana, le Nigeria et l'Afrique du Sud représentent environ 71% des cas de Covid-19. L'Afrique du Sud représente à elle seule 43% du nombre total de cas sur le continent.

Les interlocuteurs pointent du doigt le non-respect des gestes barrières et des mesures de prévention lors du déconfinement dans certains pays, et assurent que le virus va continuer à sévir, jusqu’à ce que les chercheurs arrivent à trouver un vaccin.

 "Vérifier l'efficacité en Afrique"

Actuellement, plus de 150 vaccins sont à l'étude dans le monde, et 19 en essai clinique, dont un en Afrique, a déclaré l'un des intervenants, en réponse à une question posée par Médias24.

L’Afrique du Sud est le premier pays africain à avoir sollicité, fin juin, l’Université d’Oxford, pour prendre part à un essai clinique d'un vaccin développé au Royaume-Uni.

Environ 2.000 Sud-africains participeront à cet essai. Le suivi de ces personnes devrait durer 12 mois, mais les premiers résultats pourraient être dévoilés plus tôt, vers le mois de septembre 2020.

Les volontaires doivent être âgés entre 18 et 65 ans et en bonne santé. Ils ne doivent pas être atteints de maladies graves, ou être séropositifs.

Notons que ce vaccin sera également testé sur 4.000 personnes en Grande-Bretagne et 5.000 personnes au Brésil. 

Selon le professeur Shabir Madhi, responsable de l’essai clinique en Afrique du Sud, le but est de vérifier l’efficacité de ce vaccin en Afrique. "Les vaccins n’agissent pas de la même manière sur les différentes populations" a-t-il expliqué. 

"Les réactions immunitaires sont différentes d’une population à une autre, d’où l’importance de mener des essais cliniques en Afrique. Cela nous permettra de déterminer plus précisément quelle est l’efficacité et quels sont les risques de ce produit sur les populations africaines", précise un autre intervenant, en soulignant que "les réactions peuvent être différentes en fonction des différents groupes ethniques". 

Un vaccin accessible à tous

Ce vaccin sera employé à une échelle et avec une célérité sans précédent, et jouera un rôle important dans la gestion de cette pandémie, d’après les responsables de l’OMS Afrique.

"On ne devrait pas se trouver dans le cas de figure où le vaccin est disponible, sans pouvoir y avoir accès, pour différentes raisons, notamment son prix".

"Les pays africains ne doivent pas être à la traine. Il s’agit d’un produit qui peut sauver des vies. Il doit donc être disponible pour toutes les populations, et non seulement pour celles qui peuvent se le payer. Il devra ainsi constituer un bien public mondial".  

"Lorsque le vaccin sera disponible, il devrait être vendu à des prix abordables dans les pays pauvres et à faibles revenus. La tarification doit donc se faire en fonction du contexte de chaque pays", ajoutent-ils.

Par ailleurs, les intervenants estiment que plusieurs institutions privées et publiques en Afrique, notamment au Maroc, en Tunisie, en Algérie et en Afrique du Sud, sont capables de produire des vaccins contre le Covid. Ils encouragent ainsi les scientifiques du continent à mener leurs propres études en Afrique.

A lire aussi


Communication financière

CFG Bank - Enregistrement note d’information CD

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.