Zones logistiques: refonte des schémas directeurs de Casablanca, Rabat et Tanger

L’Agence marocaine de développement de la logistique va actualiser les schémas directeurs des zones logistiques de trois régions : Casablanca-Settat ; Rabat-Salé-Kénitra ; Tanger-Tétouan-Al Hoceima. L’objectif est de tenir compte du nouveau découpage régional et de réévaluer les besoins.

Zones logistiques: refonte des schémas directeurs de Casablanca, Rabat et Tanger

Le 04 juillet 2019 à 15:51

Modifié le 04 juillet 2019 à 16:22

L’appel d’offres pour le choix du consultant a été lancé ce début juillet et l’ouverture des plis est prévue le 26 de ce mois. La durée de réalisation du marché est d’un peu moins d’une année à partir de la notification de l’ordre de service de la première mission. Le budget est estimé à 5 MDH.

Le marché porte uniquement sur les régions de Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra et Tanger-Tétouan-Al Hoceima compte tenu de l’importance de leur activité économique (présence des plus grands ports du Maroc, concentration des entreprises industrielles, connectivité routière et ferroviaire…). L’actualisation des schémas des autres régions devrait suivre ultérieurement.

Les schémas directeurs de ces trois régions seront actualisés pour tenir compte du nouveau découpage régional entré en vigueur en 2015, mais aussi de l’évolution du secteur de la logistique et de sa demande ainsi que du plan de développement régional adopté pour chaque territoire.

L’actualisation permettra de déterminer les besoins à court moyen et long termes, en termes d’assiettes foncières dédiées aux plateformes d’activités logistiques. Elle permettra aussi de structurer dans le temps et d’une manière cohérente l’implantation d’installations et de zones logistiques régionales multi-services. Elle permettra enfin aux régions de planifier le développement d’une offre d’immobilier logistique moderne à prix compétitif et adaptée aux besoins des opérateurs.

Voici comment se déroulera l’actualisation :

-          Analyse des schémas logistiques de l’ancien découpage administratif.

-          Détermination de l’offre existante et projetée en immobilier et services logistiques.

-          Détermination de la demande actuelle et future.

-          Analyse des flux logistiques intra et extra régionaux et détermination des potentialités économiques et des inducteurs logistiques (distribution, matériaux de construction, conteneurs, céréales, produits agricoles…).

-          Définition des corridors principaux logistiques et nœuds émetteurs / récepteurs des flux régionaux.

-          Détermination des emplacements potentiels pour l’implantation des projets de zones logistiques à vocation régionale / nationale et/ou internationale ainsi que les emplacements secondaires pour l’implantation de projets d’espaces logistiques à vocation urbaine.

-          Planification à court, moyen et long termes du développement de zones logistiques en adéquation avec les besoins et les potentialités déterminées et en croisement avec les emplacements affectés comme activités logistiques dans les documents d’urbanisme et les projets identifiés dans le cadre des plans de développement des territoires.

-          Définition du schéma logistique cible de chaque région à travers :

  • La définition de la vocation de chaque site logistique proposé.
  • La détermination du besoin en foncier logistique de la région et de chaque site logistique proposé.
  • La proposition d’un schéma directeur cible de la région.

-          Accompagnement de l’AMDL dans le processus de validation des nouveaux schémas au niveau de chaque territoire (province, région…).

Retard dans la mise en place des zones logistiques

Pour rappel, la stratégie nationale de développement de la logistique a été initiée en 2010 avec des objectifs à l’horizon 2030. L’un de ces objectifs est le développement de 70 zones logistiques de 3.300 ha. A aujourd’hui, on est encore très loin de l’objectif, ce que les opérateurs déplorent.

Seule la zone logistique de Zenata est sortie de terre (SNTL, 28 hectares pour la 1ère tranche). Pour deux autres (Ait Melloul à Souss-Massa et Ras El Ma à Fès Meknès), le foncier est sécurisé et le montage financier défini.

Selon l’AMDL, 80% du foncier cible (3.300 ha) sont identifiés et réservés. L’agence explique le retard par la mise en œuvre de la régionalisation avancée. Hormis le temps qu’a nécessité l’installation des nouvelles régions, il fallait aussi adapter la stratégie au nouveau découpage. D’où l’actualisation des schémas directeurs régionaux.

“Il faut savoir que le développement de zones d’activité économique est une prérogative qui relève aussi de la région. C’est ce qu’on est en train de voir avec quelques acteurs. Nous allons continuer à décliner le schéma national logistique sur l’ensemble des régions avec le nouveau découpage régional“, avait déclaré à Médias24 Abdelkabir Chajai, directeur des opérateurs et des chaînes logistiques au sein de l’AMDL, dans un précédent article.

>>Lire aussi: Zones logistiques. Les opérateurs déplorent le retard de la stratégie nationale

Zones logistiques: refonte des schémas directeurs de Casablanca, Rabat et Tanger

Le 04 juillet 2019 à15:51

Modifié le 04 juillet 2019 à 16:22

L’Agence marocaine de développement de la logistique va actualiser les schémas directeurs des zones logistiques de trois régions : Casablanca-Settat ; Rabat-Salé-Kénitra ; Tanger-Tétouan-Al Hoceima. L’objectif est de tenir compte du nouveau découpage régional et de réévaluer les besoins.

L’appel d’offres pour le choix du consultant a été lancé ce début juillet et l’ouverture des plis est prévue le 26 de ce mois. La durée de réalisation du marché est d’un peu moins d’une année à partir de la notification de l’ordre de service de la première mission. Le budget est estimé à 5 MDH.

Le marché porte uniquement sur les régions de Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra et Tanger-Tétouan-Al Hoceima compte tenu de l’importance de leur activité économique (présence des plus grands ports du Maroc, concentration des entreprises industrielles, connectivité routière et ferroviaire…). L’actualisation des schémas des autres régions devrait suivre ultérieurement.

Les schémas directeurs de ces trois régions seront actualisés pour tenir compte du nouveau découpage régional entré en vigueur en 2015, mais aussi de l’évolution du secteur de la logistique et de sa demande ainsi que du plan de développement régional adopté pour chaque territoire.

L’actualisation permettra de déterminer les besoins à court moyen et long termes, en termes d’assiettes foncières dédiées aux plateformes d’activités logistiques. Elle permettra aussi de structurer dans le temps et d’une manière cohérente l’implantation d’installations et de zones logistiques régionales multi-services. Elle permettra enfin aux régions de planifier le développement d’une offre d’immobilier logistique moderne à prix compétitif et adaptée aux besoins des opérateurs.

Voici comment se déroulera l’actualisation :

-          Analyse des schémas logistiques de l’ancien découpage administratif.

-          Détermination de l’offre existante et projetée en immobilier et services logistiques.

-          Détermination de la demande actuelle et future.

-          Analyse des flux logistiques intra et extra régionaux et détermination des potentialités économiques et des inducteurs logistiques (distribution, matériaux de construction, conteneurs, céréales, produits agricoles…).

-          Définition des corridors principaux logistiques et nœuds émetteurs / récepteurs des flux régionaux.

-          Détermination des emplacements potentiels pour l’implantation des projets de zones logistiques à vocation régionale / nationale et/ou internationale ainsi que les emplacements secondaires pour l’implantation de projets d’espaces logistiques à vocation urbaine.

-          Planification à court, moyen et long termes du développement de zones logistiques en adéquation avec les besoins et les potentialités déterminées et en croisement avec les emplacements affectés comme activités logistiques dans les documents d’urbanisme et les projets identifiés dans le cadre des plans de développement des territoires.

-          Définition du schéma logistique cible de chaque région à travers :

  • La définition de la vocation de chaque site logistique proposé.
  • La détermination du besoin en foncier logistique de la région et de chaque site logistique proposé.
  • La proposition d’un schéma directeur cible de la région.

-          Accompagnement de l’AMDL dans le processus de validation des nouveaux schémas au niveau de chaque territoire (province, région…).

Retard dans la mise en place des zones logistiques

Pour rappel, la stratégie nationale de développement de la logistique a été initiée en 2010 avec des objectifs à l’horizon 2030. L’un de ces objectifs est le développement de 70 zones logistiques de 3.300 ha. A aujourd’hui, on est encore très loin de l’objectif, ce que les opérateurs déplorent.

Seule la zone logistique de Zenata est sortie de terre (SNTL, 28 hectares pour la 1ère tranche). Pour deux autres (Ait Melloul à Souss-Massa et Ras El Ma à Fès Meknès), le foncier est sécurisé et le montage financier défini.

Selon l’AMDL, 80% du foncier cible (3.300 ha) sont identifiés et réservés. L’agence explique le retard par la mise en œuvre de la régionalisation avancée. Hormis le temps qu’a nécessité l’installation des nouvelles régions, il fallait aussi adapter la stratégie au nouveau découpage. D’où l’actualisation des schémas directeurs régionaux.

“Il faut savoir que le développement de zones d’activité économique est une prérogative qui relève aussi de la région. C’est ce qu’on est en train de voir avec quelques acteurs. Nous allons continuer à décliner le schéma national logistique sur l’ensemble des régions avec le nouveau découpage régional“, avait déclaré à Médias24 Abdelkabir Chajai, directeur des opérateurs et des chaînes logistiques au sein de l’AMDL, dans un précédent article.

>>Lire aussi: Zones logistiques. Les opérateurs déplorent le retard de la stratégie nationale

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.