Ecoles étrangères au Maroc: suivez le guide

Une cinquantaine d’établissements et 45.000 élèves, marocains pour plus de la moitié. Les écoles étrangères sont très recherchées, elles ne répondent pas uniquement à l'objectif de base qui est la scolarisation des élèves des diplomates et des étrangers.

Ecoles étrangères au Maroc: suivez le guide

Le 16 juin 2017 à 15h33

Modifié 11 avril 2021 à 2h42

Une cinquantaine d’établissements et 45.000 élèves, marocains pour plus de la moitié. Les écoles étrangères sont très recherchées, elles ne répondent pas uniquement à l'objectif de base qui est la scolarisation des élèves des diplomates et des étrangers.

Au Maroc, il existe trois types d’enseignement:

-l’enseignement public.

-l’enseignement privé régi par la loi 06-00 formant statut de l’enseignement scolaire privé au Maroc, promulguée par le Dahir N° 1-00-202 du 19 mai 2000. Cette loi ne prévoit pas le cas des écoles étrangères. La liste de tous les établissements scolaires privés au Maroc peut être consultée ici (en arabe, en français).

-l’enseignement étranger, qui s’inscrit exclusivement dans le cadre des accords de partenariat d’Etat à Etat.

Coopération d‘Etat à Etat et réciprocité

A l’origine, l’enseignement scolaire étranger au Maroc s’inscrit dans le cadre de la coopération bilatérale du Royaume avec les pays amis. Selon une source proche du ministère marocain des Affaires étrangères et de la coopération, cet enseignement vise d’abord à “répondre à une demande des parents étrangers, notamment le personnel diplomatique accrédité au Maroc“, les résidents étrangers ou les binationaux.

Toutes les écoles étrangères ouvrent dans le cadre de la coopération bilatérale après négociation entre le MAEC et l’ambassade du pays concerné. Ce fut le cas pour la France, l’Espagne, les Etats-Unis et la Fédération de la Wallonie-Bruxelles (Belgique). Il y a également une école saoudienne. Pour ce qui concerne l’école italienne, elle n’est pas inscrite selon nos sources dans le cadre d’une convention bilatérale. Elle est considérée comme “non-statutaire“. Les écoles qui dispensaient un enseignement turc ont été fermées. Il s’agit d’écoles marocaines privées, dispensant un enseignement turc considérées comme proches du réseau Gülen.  

Une source marocaine nous explique que “le Maroc après l’indépendance a toujours accepté l’existence d’écoles dispensant un enseignement autre que marocain, à condition que ces établissements constituent une extension du gouvernement avec lequel notre pays a conclu un accord qui réglemente cette présence: l’esprit d’un tel accord, qui couvre la coopération institutionnelle, n’implique pas les ONG et les initiatives privées“.

Mais les choses sont parfois floues. Les écoles de l’OSUI sont-elles publiques? Sont-elles "une extension du gouvernement français"? Et que signifie un enseignement de la Mission, ou de type Mission?

L’enseignement étranger au Maroc s’inscrit en principe dans la coopération diplomatique culturelle. Dans ce cas, l’établissement doit avoir un statut public et la procédure d’ouverture ne nécessite pas une autorisation de l’Education nationale marocaine, mais elle se fait par la voie diplomatique. L’Education nationale constate ensuite et valide.

La loi 06-00 relative à l’enseignement scolaire privé au Maroc, ne prévoit pas le cas d’écoles étrangères. Cependant, il faut noter que 8 écoles privées marocaines (liste à la fin de l’article) ont obtenu le droit de dispenser un enseignement différent de l’enseignement officiel, certaines évoquant un enseignement de type mission et d’autres une homologation dont nous n’avons pas pu vérifier l’existence.

Les établissements scolaires étrangers dispensent le programme d'enseignement public de l'Etat partenaire, mais restent soumis à un contrôle limité de Ministère de l'Education Nationale marocain, concernant notamment l'inspection de l'enseignement de la langue arabe et de l'histoire-géographie.

Plus de la moitié des établissements scolaires étrangers sont implantés à Casablanca ou Rabat.

Le Maroc compte une cinquantaine d’établissements étrangers, accueillant 45.000 élèves de différentes nationalités:

– 32 établissements d'enseignement français;

– 11 établissements d'enseignement espagnol;

– 5 établissements d'enseignement américain;

– 1 établissement de la Fédération de la Wallonie-Bruxelles;

– 1 établissement d’enseignement saoudien.

 

L’enseignement français au Maroc: 32 écoles

32 établissements accueillaient plus de 34.000 élèves, dont 60% sont des Marocains à la rentrée scolaire 2016.

 

Les écoles espagnoles au Maroc

11 établissements publics, contrôlés et gérés par le Ministère de tutelle espagnol en vertu de la convention culturelle de 1980. Ils scolarisent près de 4.800 élèves majoritairement marocains.

Ces établissements (dont 1 de formation professionnelle) sont répartis dans les principales villes du nord (Tétouan, Tanger, Nador, Al-Hoceima et Larache) en plus de Rabat et Casablanca.

Les écoles américaines au Maroc

5 écoles implantées à Tanger, Rabat, Casablanca et Marrakech. Elles ont été créées par des associations à but non lucratif s’inscrivant dans le cadre de l'accord culturel signé en 1967 entre le Maroc et les Etats-Unis.

Cet accord reconnaît ces établissements et les autorise à dispenser des programmes éducatifs spécifiques.

L’école belge au Maroc

L’Ecole belge de Casablanca couvre un périmètre allant de la maternelle à la deuxième année du secondaire. Cet établissement accueillait début 2017, plus de 900 élèves de 3 à 18 ans.

L’école belge a ouvert ses portes à Dar Bouazza (Casablanca) suite à la signature, en 2014, d’un accord entre le gouvernement marocain et le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur le statut juridique des écoles belges à programme de la Fédération Wallonie Bruxelles.

Un second établissement belge à programme de la Fédération de la Wallonie-Bruxelles est programmé à Rabat. La pose de la première pierre s’est déroulée le 19 janvier 2017.

L’école saoudienne

L’école saoudienne a ouvert ses portes Rabat en novembre 1994. Cette ouverture a été officialisée entre les deux pays suite à la signature d’un accord de partenariat entre le Maroc et l’Arabie Saoudite en 1998.

L’école italienne

L'école italienne à Casablanca demeure dans une situation “non statutaire“. Selon nos sources, la convention de coopération culturelle entre la Maroc et l’Italie ne prévoit pas l’ouverture d’établissements scolaires.

 

 

Les écoles marocaines d’enseignement français

Il s’agit des établissements privés marocains qui ont été autorisés sous le dahir du 1959. L’obligation a été faite à ces établissements, dés l’entrée en vigueur de la loi 15/86, pour dispenser les programmes en vigueur dans l’enseignement public, en raison de la présence dans ces établissements d’un contingent d’élèves inscrits dans le système d’enseignement français, et en vue de régulariser leur situation, ces établissements ont été autorisés, à titre dérogatoire, à dispenser un enseignement des programmes français exclusivement aux 3 catégories d’élèves suivantes :

–   Enfants des ressortissants marocains à l’étranger ;

–   Elèves issus des établissements scolaires français installés au Maroc ;

–   Enfants des étrangers résidents au Maroc.

Ces Ecoles privées dispensent un enseignement à programme français et présentent leurs candidats sous le régime "candidats scolarisés".

Actuellement, il y a 8 établissements autorisés par le Ministère de l’Education Nationale marocain qui dispensent un enseignement à programme français et présentent leurs candidats sous le régime "candidats scolarisés":

–   Ecole Al Jabr.

–   Le Petit Collège.

–   Les cours El Bilia.

–   Les cours Rameau.

–   Institut Agdal.

–   La Résidence.

–   Al Badil Atarbaoui.

–   L’Ecole Internationale de Casablanca (ORT)

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CFG Bank – indicateurs financiers trimestriels au 31 mars 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Déclaration du nouveau Maire de Tanger

Déclaration de Mehdi Bensaid suite à l’annonce de la coalition gouvernementale