Bitcoin: L’Autorité française des marchés met en garde les épargnants

Compte tenu de la forte appréciation du Bitcoin ces dernières semaines et de sa volatilité, l’Autorité française des marchés financiers (AMF) et l’Autorité française de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) rappellent les risques associés à un investissement sur ces actifs spéculatifs.  

Bitcoin: L’Autorité française des marchés met en garde les épargnants

Le 5 décembre 2017 à 12h46

Modifié 11 avril 2021 à 2h44

Compte tenu de la forte appréciation du Bitcoin ces dernières semaines et de sa volatilité, l’Autorité française des marchés financiers (AMF) et l’Autorité française de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) rappellent les risques associés à un investissement sur ces actifs spéculatifs.  

"Le Bitcoin est l’un des actifs spéculatifs, parfois qualifiés à tort de 'monnaies' virtuelles ou 'crypto-monnaies', qui existent actuellement dans le monde", selon un communiqué conjoint. "Il s’échange en ligne et n’est matérialisé par aucune pièce ou billet".

"Le Bitcoin, comme les autres actifs de ce type, repose sur un protocole informatique de transactions cryptées et décentralisées, communément appelé la 'Blockchain'. Son fonctionnement s’appuie sur un réseau sans intermédiaire et il ne bénéficie pas d’un cours légal contrairement aux monnaies émises par les banques centrales".

Le bitcoin bondit au-dessus de 11.000 dollars, risque de bulle

Depuis plusieurs semaines, le Bitcoin a vu sa valorisation croître brutalement. Cette valorisation peut aussi bien s’effondrer de la même manière. L’achat/vente et l’investissement en Bitcoins s’effectuent à ce jour en dehors de tout marché réglementé.

Les investisseurs s’exposent par conséquent à des risques de perte très élevés en cas de correction à la baisse et ne bénéficient d’aucune garantie ni protection du capital investi.

"Parce qu’ils ne sont pas considérés en l’état actuel du droit comme des instruments financiers, le Bitcoin et les autres 'crypto' actifs n’entrent pas dans le périmètre de supervision directe de l’AMF. Ils ne peuvent pas non plus être qualifiés de monnaies ni être considérés comme des moyens de paiement au sens juridique du terme. Par conséquent, ils ne sont donc pas non plus assujettis au cadre réglementaire relatif aux moyens de paiement", indique le communiqué.

Lire aussi: Bitcoin: Mises en garde de la Banque de France et de la FED

Bitcoins: les utiliser est une infraction (Office des changes)

 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Résultat Mutandis au 30 septembre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.