Sahara/ Table-ronde de Genève: L’Algérie participe-t-elle à reculons?

La table-ronde onusienne sur le Sahara a démarré ce mercredi 5 décembre à Genève, sous la présidence de Hörst Kohler, envoyé personnel du secrétaire général des Nations Unies. Quatre parties sont présentes et pour la première fois l’Algérie est invitée officiellement à participer activement en tant que membre à part entière de cette table-ronde.

Sahara/ Table-ronde de Genève: L’Algérie participe-t-elle à reculons?

Le 5 décembre 2018 à 14h31

Modifié 5 décembre 2018 à 14h31

La table-ronde onusienne sur le Sahara a démarré ce mercredi 5 décembre à Genève, sous la présidence de Hörst Kohler, envoyé personnel du secrétaire général des Nations Unies. Quatre parties sont présentes et pour la première fois l’Algérie est invitée officiellement à participer activement en tant que membre à part entière de cette table-ronde.

Le conflit du Sahara dure depuis le milieu des années 70. Depuis 42 ans donc, ce conflit a provoqué des affrontements militaires, a bloqué la construction régionale et mobilisé l’ONU.

Depuis le début, l’Algérie a eu un seul discours : selon elle, s’agit d’un conflit entre le Maroc et le polisario. De 2007 à 2012, l’ONU a lancé un processus, dit de Manhasset, au cours duquel des négociations indirectes ont eu lieu sous l’égide de l’ONU, l’Algérie étant invitée en tant que pays voisin seulement. Alors que le Maroc et le polisario étaient invités en tant que "parties au conflit".

Pendant ces cinq années, la délégation algérienne arrivait, assistait à l’ouverture et s’éclipsait en coulisses jusqu’à la clôture, sans oublier de tirer les ficelles, dans le sens que l’on devine.

“L’expérience de Manhasset prouve que sans la présence de l’Algérie, les rencontres ne serviront à rien“: telle est la position communiquée par le Maroc au nouveau secrétaire général et à son envoyé personnel.

En d’autres termes, il n’y aura pas de Manhasset bis et il n’y aura pas de nouvelles rencontres sans la présence algérienne autour de la table, en tant que membre à part entière. Le Maroc dit une évidence : c’est l’Algérie qui abrite, qui arme et qui fait la promotion de la sécession.

Le conseil de sécurité a donné raison au Maroc, dans sa résolution du 31 octobre. L’Algérie et les pays qui la soutiennent avaient livré bataille au conseil pour que la résolution fasse la distinction entre pays voisins et les “deux parties“, Maroc et polisario. En vain. Le Maroc a obtenu gain de cause.

La résolution ne cite que les quatre parties, sans aucune distinction.

L'Algérie à contre-courant de la résolution onusienne

L’Algérie est sur la défensive. Comme peut-elle “vendre“ ces décisions onusiennes à son opinion publique ?

Mardi 4 décembre dans l’après-midi, l’ONU enfonce le clou : le porte-parole du secrétaire général annonce l’ouverture de la table-ronde pour ce mercredi, cite les quatre parties (Maroc, polisario, Algérie et Mauritanie) et les invite à s’impliquer de bonne foi dans la recherche d’une solution.

Ce mercredi 5 décembre, les délégations étaient à pied d’œuvre à Genève. A Alger, la presse locale est unanime ou presque dans le choix des mots, utilisant les mêmes éléments de langage:

El Moujahid

Rencontres aujourd’hui à Genève entre le Maroc et le Front Polisario : La fin du blocage ?

L’Expression

Le Maroc et le Front Polisario se réunissent aujourd’hui à Genève : La glace sera-t-elle rompue?

Le Temps

Négociations entre le Maroc et le Front Polisario à Genève : Un Round décisif !

El Watan

Reprise à Genève des pourparlers entre le Front Polisario et le Maroc : Mohammed VI veut-il vraiment régler le conflit au Sahara occidental ?

Algérie1

Ils vont se retrouver demain à Genève autour de la même table : Maroc-Polisario, le face-à-face

Algérie Patriotique

Le Makhzen négocie avec le Polisario et joue à quitte ou double à Genève

L’Algérie veut donc vendre à son opinion publique l’idée que la table-ronde de Genève est une négociation bilatérale entre le Maroc et le polisario.

On ne peut pas aller à une réunion censée être importante, voire historique, pour impulser une nouvelle dynamique selon les souhaits de l’ONU; on ne peut pas aller à une table-ronde sur un conflit qui dure depuis 42 ans, en rasant les murs et en faisant mine d’être transparent.

Pour le Maroc, cette table-ronde est un test. A en juger par la communication algérienne, ça commence mal. Mais il faudra attendre le déroulement des réunions pour en juger définitivement.

Le programme

Ce mercredi, la matinée a été entièrement consacrée à des rencontres bilatérales entre Kohler et les quatre délégations, une par une, à l’hôtel Royal de Genève. La délégation marocaine est conduite par Nasser Bourita. La délégation algérienne est conduite par le ministre des AE, Abdelkader Messahel. Et la délégation mauritanienne par Ismail Oued Cheikh, minsitre des AE.

A 14H30, la première réunion plénière a commencé au Palais des Nations. Le thème de cette plénière consistera à “faire le point sur les récents développements“, comme l’indique le programme officiel.

Cette première séance est prévue pour durer deux heures. Elle est introduite par l’envoyé personnel du secrétaire général auquel succèderont les répliques de chaque délégation. Ce mercredi soir, les délégations seront les hôtes d’un dîner offert par le ministre suisse des Affaires étrangères.

Jeudi, les réunions reprendront à 10H par une plénière autour du thème “opportunités et défis de l'intégration régionale“.

La réunion finale aura lieu à partir de 15H jeudi 6 décembre et durera 1 heure trente. Elle sera consacrée aux “prochaines étapes du processus politique au Sahara occidental“ et sera achevée par l’adoption de la déclaration finale.

(Source: 2M)

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CFG Bank – indicateurs financiers trimestriels à fin décembre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.