Voici le nouveau Cadre de partenariat Maroc-Banque mondiale 2019-2024

Ce nouveau Cadre de partenariat Maroc - Banque mondiale vise à favoriser la création d’emplois dans le secteur privé, renforcer le capital humain et promouvoir un aménagement du territoire résilient et profitant à tous. Il couvre la période 2019-2024 et son élaboration s’est faite après consultation du gouvernement, du secteur privé et de la société civile.

Voici le nouveau Cadre de partenariat Maroc-Banque mondiale 2019-2024

Le 20 février 2019 à 11h49

Modifié 11 avril 2021 à 2h39

Ce nouveau Cadre de partenariat Maroc - Banque mondiale vise à favoriser la création d’emplois dans le secteur privé, renforcer le capital humain et promouvoir un aménagement du territoire résilient et profitant à tous. Il couvre la période 2019-2024 et son élaboration s’est faite après consultation du gouvernement, du secteur privé et de la société civile.

Le financement à l’appui des politiques développement de 6,6 milliards de DH, obtenu par le Maroc pour favoriser l’inclusion financière et l’économie numérique, fait partie du nouveau Cadre de partenariat de la Banque mondiale avec le Maroc, approuvé le 19 février et couvrant la période 2019-2014.
 
Ce nouveau cadre vise à soutenir l’ambition du Maroc de renforcer son avantage concurrentiel dans l’économie mondiale tout en promouvant une prospérité partagée au sein de sa population, précise la Banque mondiale dans un communiqué.
 
« Le Maroc a enregistré d’importantes avancées économiques et sociales, ce qui a fait grandir les aspirations de la population, en particulier chez les jeunes », souligne Marie Françoise Marie-Nelly, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb.
 
« Les autorités marocaines ont lancé des plans ambitieux pour répondre à ces aspirations, et leurs initiatives bénéficieront du soutien total du Groupe de la Banque mondiale. Le Maroc possède un potentiel formidable. Pour le réaliser, il doit investir dans les jeunes afin de leur donner les compétences dont ils auront besoin pour être le moteur de la transformation économique. Et il doit promouvoir le dynamisme du secteur privé, clé de la création d’emplois », poursuit-elle.
 
Ce nouveau cadre de partenariat a été élaboré après des consultations menées auprès du gouvernement, du secteur privé et de la société civile. Il tient compte également des enseignements tirés de la précédente stratégie de partenariat de la Banque avec le Maroc pour la période 2014-2017.
 
Le cadre de partenariat fixe les axes d’intervention stratégiques de la Banque mondiale et trace les contours de son soutien aux objectifs de développement à long terme du Maroc. Il se base sur les priorités du gouvernement pour les années 2017-2018 et une analyse approfondie et actualisée des défis et atouts du pays.
 
Trois axes d’action ont été définis :

–      Favoriser la création d’emplois dans le secteur privé à travers :

  • La promotion d’un environnement plus porteur pour les entreprises et la compétitivité.
  • Le soutien à la croissance du secteur privé, en mettant l’accent sur les TPME et l’employabilité des jeunes.
  • L’amélioration de l’accès aux financements.

Pour ce premier axe d’action, la Banque mondiale agira avec toutes ses institutions, à savoir la BIRD, l’IFC et la MIGA, pour optimiser les ressources du Maroc en faisant appel aux privés pour financer le développement dans des secteurs clés comme l’infrastructure, le développement régional, l’éducation, le marché des capitaux et la finance numérique.
 
Elle poussera également le gouvernement à réserver des financements publics limités aux domaines où la participation du secteur privé ne constitue pas une option optimale ou disponible.
 
–      Renforcer le capital humain à travers :

  • L’amélioration de l’accès à des services de qualité pour assurer le développement du jeune enfant.
  • L’amélioration de la qualité et de l’efficacité des systèmes éducatifs.
  • L’amélioration de la qualité et de l’efficacité des systèmes de santé.
  • Le renforcement de la protection sociale des populations pauvres et vulnérables.

–      Promouvoir un aménagement du territoire résilient et profitant à tous à travers :

  • L’amélioration des performances des principaux services d’infrastructure dans les villes et agglomérations.
  • L’élargissement de l’accès à des ressources en eau durables.
  • L’amélioration de l’adaptation au changement climatique et de la résilience aux catastrophes naturelles.

Le pilier de la mise en œuvre de ces trois axes d’intervention est la bonne gouvernance. « Toutes les activités menées au titre du nouveau cadre de partenariat devront promouvoir une utilisation transparente, responsable et efficace des ressources publiques ainsi que la participation des citoyens. Elles seront également passées au crible de l’égalité des sexes, avec le souci de favoriser l’autonomie des femmes et des filles pour une prospérité partagée », précise la Banque mondiale.
 
La mise en œuvre reposera également sur l’exploitation du potentiel des nouvelles technologies pour stimuler la croissance et l’innovation, d’où le prêt de 6,6 milliards de DH en faveur de l’inclusion financière et de l’économie numérique.
 
 
 
 
 
 
 
 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Microdata, avis modificatif de la convocation à l’AGO

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.