Sport-études: 350 élèves inscrits à la prochaine rentrée

Trois établissements situés à Casablanca, Rabat et Tanger accueilleront dès la prochaine rentrée un effectif global de 350 élèves souhaitant se spécialiser dans les métiers du sport. Co-artisan de cette nouveauté avec Said Amzazi, ministre de l’Education nationale, Rachid Talbi Alami qui dirige le département de la Jeunesse et des Sports nous livre les détails et les perspectives du programme de formation du futur baccalauréat sport.

Sport-études: 350 élèves inscrits à la prochaine rentrée

Le 3 avril 2019 à 18h34

Modifié 11 avril 2021 à 2h41

Trois établissements situés à Casablanca, Rabat et Tanger accueilleront dès la prochaine rentrée un effectif global de 350 élèves souhaitant se spécialiser dans les métiers du sport. Co-artisan de cette nouveauté avec Said Amzazi, ministre de l’Education nationale, Rachid Talbi Alami qui dirige le département de la Jeunesse et des Sports nous livre les détails et les perspectives du programme de formation du futur baccalauréat sport.

Lors d’une réunion qui s’est tenue lundi 1er avril, les deux ministres concernés par le projet sport-études ont fait le point avant son lancement prévu en septembre prochain dans trois villes du Maroc.

Sollicité par Médias24, Rachid Talbi-Alami déclare que la principale nouveauté de ce projet est de créer un cursus réaménagé, permettant aux élèves intéressés et ayant un potentiel sportif de poursuivre leurs études tout en exerçant leur passion pour en faire leur métier ensuite.

Quel enseignement pour les premiers élèves ?

Inexistante jusque-là au Maroc, cette filière destinée à la formation de sportifs de haut-niveau (athlètes, joueurs de football …) démarrera à la rentrée 2019 au niveau de la 1ère année du collège, ce qui veut dire qu’elle concernera des élèves de 12 ans, et se développera progressivement jusqu’au bac sportif.

« Elle va permettre à ces jeunes d’exercer toutes les disciplines sportives dans des conditions scientifiques. En pratique, ils suivront chaque matin jusqu’à midi les cours normaux du programme officiel de l’EN puis pendant l’après-midi, ils étudieront le sport dans sa dimension globale. Soit des heures dédiées à l’apprentissage de la pratique de la discipline sportive choisie (entraînement physique) sans omettre la théorie liée à chaque sport; soit les normes et les règles.

« Sachant que la convention qui a créé ce programme a été signée devant SM le Roi à la rentrée 2018, sa mise en œuvre aura lieu en septembre prochain. Pour le démarrage, mon collègue Amzazi et mon département ont retenu trois sites dans les villes de Casablanca, Rabat et enfin Tanger.

Détails des trois premiers sites opérationnels en septembre prochain

« Le premier établissement retenu sera celui de l’ancienne école des cadres de Ain Sebaa qui est en cours de rénovation et d’aménagement avec notamment la construction d’un internat. Il accueillera 150 élèves dont une bonne partie auront des bourses prises en charge par l’EN et par mon ministère.

« Dans la ville du Détroit, l’effectif sera de 100 élèves dans un lycée dédié qui est en cours de construction. Cette école est située à proximité de la cité sportive où se trouvent tous les grands équipements sportifs (grand stade de foot, piscine olympique, courts de tennis, salles couvertes…).

« Rabat accueillera aussi une centaine d’élèves pour la première année de démarrage du programme. Le modèle d’infrastructures d’accueil sera cependant différent, sachant qu’il y existe déjà des centres de formation gérés par des fédérations sportives (football …) qui formaient jusque-là des jeunes.

« Avant d’être autorisés, ces centres devront être agréés par le ministère de la Jeunesse et des Sports. De son côté, l’Education nationale qui a le monopole de la délivrance des diplômes leur fournira le contenu du cursus éducation-formation qui y sera dispensé.

« Nous allons donc utiliser leurs infrastructures et introduire le nouveau programme pédagogique car ces centres n’offraient pas à leurs étudiants des emplois du temps aménagés.

« En dehors des cours classiques du matin, ils auront quinze heures de cours sportifs par semaine. Avant d’être admis dans ces écoles, ils devront obligatoirement fournir un statut de sportif de haut niveau catégorie minime ou cadet délivré par leur club ou association pour prouver leur potentiel.

« Toutes les disciplines sportives seront enseignées car le centre national olympique marocain et l’ensemble des fédérations ont compris que ce modèle de formation était utile et que l’on ne pouvait pas décrocher de médaille sans formation. Pour être honnête, nous partons de zéro car nos sportifs étaient livrés à eux-mêmes.

Quelles voies s’offrent après l’obtention du bac sportif ?

« A l’issue de cette formation initiale, les élèves décrocheront un baccalauréat qui leur permettra de continuer dans la voie du sport en rejoignant l’institut royal de formation des cadres du sport.

« A l’institut Moulay Rachid qui dépend de mon département, ils pourront devenir sportif senior de très haut niveau ou cadre après l’obtention d’une licence, d’un master ou d’un doctorat.

« Les bacheliers qui ont changé d’avis et ne veulent plus faire une carrière sportive pourront s’inscrire dans l’université de leur choix et démarrer des études scientifiques, littéraires …

« Pour ceux qui ont perdu leur potentiel sportif (accident …), ils pourront suivre des formations professionnelles pour se reconvertir dans des métiers connexes à savoir, préparateur physique, responsable de stade, de salles couvertes, de piscine ….

« Pour la généralisation du système de formation, il faudra attendre de voir quels moyens financiers, humains et matériels seront mobilisés par l’Etat.

« Nous démarrons avec ces trois projets et ce n’est qu’à l’issue de la rentrée prochaine que nous saurons quoi faire pour dupliquer cette expérience au niveau des douze régions du Maroc », conclut Talbi Alami qui affirme ne pas encore connaître le montant total attribué au financement des trois premiers centres par son département.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SALAFIN : Mise à disposition du rapport financier annuel 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.