La DGSN sensibilise à diverses escroqueries au Maroc et à l’étranger

Le dernier numéro de la revue de police consacre un dossier spécial aux différents modes opératoires utilisés par les escrocs. En dévoilant les astuces de ces criminels qui rivalisent d’imagination pour dépouiller leurs victimes, la DGSN espère que le grand public ne se laissera plus abuser. Explications.

La DGSN sensibilise à diverses escroqueries au Maroc et à l’étranger

Le 29 octobre 2019 à 16h51

Modifié 10 avril 2021 à 22h00

Le dernier numéro de la revue de police consacre un dossier spécial aux différents modes opératoires utilisés par les escrocs. En dévoilant les astuces de ces criminels qui rivalisent d’imagination pour dépouiller leurs victimes, la DGSN espère que le grand public ne se laissera plus abuser. Explications.

A la lecture de la vingtaine de pages, du numéro 33 d’octobre, de la « Revue de police » consacrées aux escroqueries classiques et en ligne, on réalise que ce type de criminalité est pris très au sérieux par les équipes de la DGSN qui espère sensibiliser le grand public.

Vieilles comme le monde, les affaires d’arnaques qui touchent aussi bien des personnes physiques que morales ne cessent de se développer et de muter depuis l’avènement et l’explosion d’Internet.

Une virtualité permettant d’accrocher plus facilement des victimes qui de plus une fois plumées hésitent le plus souvent à porter plainte pour ne pas paraitre naïve voire stupide et surtout cupides.

Dans la plupart des affaires exposées par la DGSN, il est troublant de constater que des escrocs arrivent à duper et soutirer de l’argent à leurs victimes avec des méthodes incroyablement loufoques.

Escroquerie à la Samaoui, pouvoir divinatoire et naïveté

Dans ce cas de figure, l’escroc se fait passer pour un marabout doté de pouvoirs surnaturels.

Souvent accompagné d’une femme pour gagner la confiance de victimes en grande majorité du sexe féminin, il exploite la superstition de personnes persuadées d’être l’objet d’un sortilège ou d’une malédiction.

A partir de là, il fait croire à sa victime que tous ses biens sont contaminés et qu’il faut les purifier.

Une fois qu’elle lui a remis ses bijoux ou son argent, il fait semblant de les envelopper dans du tissu qu’il remplace habilement par du papier ou des objets sans valeur.

Par la suite, il les remet à sa victime en lui demandant de ne l’ouvrir qu’à son domicile, le temps qu’il s’échappe.

Escroquerie aux sentiments ou arnacoeur

Par le biais d’un faux profil sur les réseaux sociaux, l’escroc approche sa victime souvent de l’étranger.

Pendant un certain temps, il entretient une correspondance régulière avec sa victime pour la mettre en confiance. De plus en plus affectueux, il finit par la demander en mariage.

Quelques jours plus tard, prétextant être un fonctionnaire des douanes, il la prévient qu’elle a reçu un colis d’une grande valeur qu’elle doit dédouaner en payant les frais via un mandat.

Une fois l’argent empoché, il disparait des réseaux sociaux.

Une variante consiste à simuler une urgence médicale (accident, grave maladie …) pour soutirer une aide financière de sa prétendante avant de s’éclipser définitivement de sa vie.

Escroquerie aux fausses annonces

L’escroc qui prétend résider à l’étranger publie une offre de vente d’un véhicule à un prix très attractif.

Une fois en contact avec l’acheteur potentiel, il lui demande de lui envoyer via une agence de transfert de fonds, le montant total du prix de la voiture.

Pour le mettre en confiance, il lui demande de ne lui envoyer le code MTCN qu’après la réception du véhicule.

Après quoi, il demande à la victime de finaliser les formalités de transfert en renseignant un formulaire sur le site de la société de transfert d’argent qui est en réalité un faux site de phishing.

Une fois récupéré le code, l’escroc retire l’argent à l’agence et disparait à tout jamais.

Escroquerie à l’immigration

Généralement en bande organisée, ce type d’escroquerie cible aussi bien les nationaux que les étrangers établis sur le territoire marocain.

Ses promoteurs promettent à leurs « clients » de les aider à rejoindre l’Europe par différents moyens : faux passeports, visas falsifiés, cachette aménagée dans un véhicule, traversée par voie maritime…

Le plus souvent, ils encaissent l’argent à l’avance avant de s’évaporer dans la nature.

Escroqueries aux chèques

Sous couvert d’une fausse identité, l’escroc crée une société fictive et tire des chèques pour régler des commandes.

Certains en font de même en utilisant leur propre identité pour émettre des chèques sans provision.

Escroquerie à la loterie

Après avoir composé des appels ou des SMS au hasard, l’escroc annonce à la victime qu’elle a gagné au tirage au sort d’une loterie organisée par l’opérateur téléphonique auquel elle est abonnée.

Sous couvert de s’assurer de son identité, il collecte un maximum d’informations pour situer son niveau socio-économique et établir la somme du mandat à envoyer pour récupérer son cadeau.

Pour cela, la victime aura le choix entre envoyer le code de cartes de rechargement ou de mandat-cash.

Escroquerie à la charité publique

Comme partout dans le monde, le principe consiste à lancer une campagne de collecte de fonds en exploitant la générosité de donateurs sensibles à certaines causes (maladies, construction d’une mosquée, logements sociaux …). 

La collecte se fait sur la voie publique ou via les réseaux sociaux.

Escroquerie au trésor enfoui

Le chasseur de trésor se fait passer pour un fqih doté de pouvoirs surnaturels lui permettant de repérer des trésors anciens enfouis et de communiquer avec des djins qui les gardent.

Cet escroc particulier demande à ses victimes de lui donner des fonds pour financer les offrandes nécessaires pour organiser le rituel, amadouer les djins et extraire le trésor en dernier lieu.

Après avoir pris l’argent, il s’éclipse.

Escroquerie au trésor de guerre

Souvent originaires d’Afrique de l’Ouest, ces escrocs approchent leurs victimes à partir des réseaux sociaux.

Prétendant être militaire européen ou américain déployé dans une zone de guerre (Libye, Irak, Syrie …), il assure avoir trouvé lors d’une mission une grosse somme d’argent en dollars américains.

Il fait savoir à sa victime qu’il compte s’installer au Maroc dès la fin de sa mission pour y investir le trésor. 

Au fil des échanges, il lui demande si elle peut lui garder l’argent jusqu’à son retour au Maroc moyennant une commission intéressante.

Il lui fait alors croire qu’il a envoyé l’argent par valise diplomatique des Nations Unis vers l’aéroport Mohamed V de Casablanca.

Quelques jours après, son complice appelle la victime en se faisant passer pour un douanier qui l’informe de l’arrivée d’un colis en son nom.

Afin que ce dernier ne soit pas retourné au pays de provenance, il lui demande d’effectuer un versement des frais de transfert.

Escroquerie aux appels de situation de détresse

A partir des réseaux sociaux ou par SMS, l’escroc lance un appel au secours à sa victime.

Pour cela, il usurpe l’identité d’un proche dont il a obtenu les informations sur les réseaux sociaux.

En simulant une situation d’extrême urgence (accident grave, panne sur l’autoroute …), il demande à sa victime d’envoyer l’argent à un tiers qui est proche des lieux du drame. Il prend l’argent et disparait.

Escroquerie à la vente pyramidale

L’escroquerie consiste à inviter des investisseurs à effectuer des dépôts d’argent en promettant des gains importants et faciles.

Attirés par la perspective de rentabilité, ils avancent les fonds.

L’escroc les invite ensuite à recruter de nouveaux entrants qui seront rémunérés par les fonds des futurs investisseurs.

Les versements des nouveaux serviront à rémunérer les premiers déposants.

Escroquerie aux faux ordres de virement

En général, l’escroc agit en bande organisée à partir de l’étranger. Il utilise les techniques d’ingénierie sociale (Facebook, Twitter …) pour collecter des informations sur les entreprises et leurs dirigeants.

Après avoir piraté les boîtes de messagerie électronique, il prend connaissance de la situation des créances et des factures en instance de paiement.

Usurpant l’identité d’un dirigeant, il contacte l’entreprise par GSM ou mail et demande d’effectuer un ordre de virement urgent et confidentiel.

L’argent est alors transféré sur un compte à l’étranger.

Escroquerie à l’emploi

L’aigrefin qui connait l’administration cible des jeunes diplômés à la recherche d’un emploi dans le secteur public.

Il leur promet une embauche rapide dans un secteur qui embauche massivement (police, gendarmerie, FAR …) en contrepartie d’une somme d’argent qu’il empoche avant de disparaitre.

Escroquerie Wash Wash

Prétendant détenir une grande somme de billets en devises malheureusement tâchés d’encre, il affirme avoir besoin d’argent pour acquérir une potion magique (produit chimique) qui permet de les nettoyer.

Pour se donner de la crédibilité, l’escroc réalise l’expérience avec un vrai billet.

Une fois financé l’achat du produit miracle contre la promesse de partager le butin, il prend la poudre d’escampette.

Une pratique qui ne se dément pas

Si ces modes opératoires complètement loufoques n’étaient pas décrits par la DGSN, on pourrait croire qu’ils proviennent de l’imagination d’un réalisateur de séries Z mais c’est bien la réalité à laquelle sont confrontées quotidiennement les policiers qui en 2018 ont traité 2.285 affaires, arrêté 3.136 personnes dont 256 étrangers (25% de hausse entre 2015 et 2018).

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SALAFIN : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DES ACTIONNAIRES TENUE LE 30 JUIN 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.