Digitalisation : 52 entités publiques ont déjà adopté le parapheur électronique

Selon Atexo, société qui a développé le parapheur électronique, cette solution a été lancée bien avant la pandémie. Elle est en cours de déploiement au niveau d'autres Administrations.

Digitalisation : 52 entités publiques ont déjà adopté le parapheur électronique

Le 3 avril 2020 à 17h11

Modifié 11 avril 2021 à 2h45

Selon Atexo, société qui a développé le parapheur électronique, cette solution a été lancée bien avant la pandémie. Elle est en cours de déploiement au niveau d'autres Administrations.

A l’ère du coronavirus, l’adoption de solutions numériques s’avère indispensable pour faciliter le travail à distance au sein des administrations marocaines afin d’assurer la continuité du service, et réduire l’échange de courriers et documents en papier pour limiter les risques de contagion.

Une série de services digitaux ont donc été développés en faveur des administrations publiques. Dans une circulaire datée du 1er avril, le ministre de l’Economie a incité ces dernières à adopter les différentes solutions numériques disponibles, dont notamment le parapheur électronique.

Développée par la société Atexo, filiale du groupe Intelcia, en partenariat avec l’Agence de développement digital, cette solution assure une dématérialisation totale des documents, la signature électronique ainsi que la gestion des workflows.

« Cette solution a été lancée bien avant la pandémie, en partenariat avec le ministère de l’Industrie, dans le cadre du projet de réforme digitale de l’administration, dans une démarche volontariste au profit des administrations qui le souhaitaient. L’objectif étant d’alléger la charge des échanges de correspondances entre les administrations », nous explique Omar Tantaoui El Aaraki, directeur général d’Atexo.

Une meilleure traçabilité 

Eviter les déplacements, gérer le suivi des courriers, réduire la pression sur les fonctionnaires, assurer la fluidité des correspondances, autant d’avantages fournis désormais par le parapheur électronique.

Plus que jamais plébiscité en cette période de pandémie, l’e-parapheur permet une dématérialisation complète de flux documentaires nécessitant une valeur probatoire, tout en assurant une meilleure flexibilité dans les process de signature.

Il intègre pour cela de nouvelles fonctionnalités notamment la gestion des workflows métiers (gestion des ressources humaines, achat et logistique, communication interne, …) et la signature électronique des documents administratifs.

« Cette solution numérique permet de gérer les différentes actions possibles pour chaque étape, permettant de suivre le cycle de vie des documents », explique le DG d’Atexo. Résultat: gain de temps de traitement des documents, meilleure traçabilité et suivi des documents.

A ce jour, 52 ministères, collectivités territoriales et établissements et entreprises publics ont adhéré au parapheur électronique, affirme M. Tantaoui, soulignant qu’elle sera déployée dans plusieurs autres Administrations.

Atexo, une filiale du groupe Intelcia

« Aujourd’hui, on se retrouve face à une urgence imposée par la pandémie du coronavirus, d’où la circulaire du ministre incitant les administrations à accélérer la transition digitale », souligne M. Tantaoui.

Outre le parapheur électronique, l’Agence de développement du digital a lancé, rappelons le, d’autres solutions digitales dont le bureau d’ordre digital et le guichet électronique des courriers.

Acquise en janvier 2020 par le groupe d’outsourcing Intelcia, Atexo est une entreprise de services en ingénierie informatique et éditeur de progiciels métiers pour le secteur public. 

Créée en 2002, Atexo est intervenue auprès de plusieurs administrations, à travers plusieurs solutions numériques dont le service de réclamations en ligne « Chikaya », la plateforme de dématérialisation des marchés publics, le portail de demandes de documents administratifs « Watiqa »…

A lire aussi


Les messages de Nasser Bourita à l’AIPAC, le puissant lobby américain pro-israélien

Invité mercredi 5 mai à une conversation avec le lobby "American Israel Public Affairs Committee" (AIPAC), Nasser Bourita est revenu sur l’évolution des relations du Maroc avec sa population juive puis avec Israël et les Etats-Unis. Dans un deuxième temps, il a expliqué que la remise en cause de l’intégrité territoriale du Maroc par le polisario, aidé par l’Iran, pourrait menacer toute la stabilité régionale.

Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Sonasid : Indicateurs du deuxième trimestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.