Condamnés à mort: les chiffres officiels de la présidence du ministère public

Dans son dernier rapport annuel, la présidence du ministère public a dévoilé des informations et chiffres inédits au sujet des crimes commis sur les 152 victimes des 72 détenus du couloir de la mort, dont 23 ont été condamnés en 2019.

Condamnés à mort: les chiffres officiels de la présidence du ministère public

Le 5 janvier 2021 à 18h17

Modifié 11 avril 2021 à 2h49

Dans son dernier rapport annuel, la présidence du ministère public a dévoilé des informations et chiffres inédits au sujet des crimes commis sur les 152 victimes des 72 détenus du couloir de la mort, dont 23 ont été condamnés en 2019.

Au Maroc, la peine de mort fait l’objet d’interminables débats entre ceux qui appellent à son abolition de droit et ceux qui préfèrent la maintenir « avec sursis ».

La dernière exécution au Maroc remonte à 1993, même si les condamnations continuent d’être prononcées (23 en 2019) et que le nombre de condamnés continue de baisser en raison des grâces royales accordées et du faible recours de la justice marocaine à cette sanction.

Selon le rapport annuel du ministère public de 2019, 197 personnes étaient condamnées à mort en 1993, contre 72 à fin 2019. La population du couloir de la mort a donc baissé de 63,4% en 26 ans. 

Années durant lesquelles le Maroc a modifié son arsenal juridique en la matière puisque, comme le souligne le ministère public dans son rapport, il y a désormais 36 articles dans le Droit Marocain qui punissent des actes graves par la peine capitale. L’un d’entre eux se trouve dans le Dahir relatif à la répression des crimes contre la santé de la Nation, 5 sont prévus dans la loi relative à la justice militaire et les 30 autres dans le code pénal

Cela dit, le projet de nouveau code pénal (bloqué au Parlement depuis 2016) prévoit de réduire ces 30 articles à une dizaine avec de nouvelles infractions punissables de la peine de mort. Il s’agit notamment des crimes contre l’humanité, des crimes de guerre ou encore des génocides.

Peine de mort : Explosion des condamnations en 2019

Selon le rapport annuel du ministère public, 23 hommes ont été condamnés à mort en 2019 sachant qu’en 2003 ainsi qu’en 2017 ont été enregistrés 11 condamnations par an, les plus élevées avant ce record. 

En 2019, ces individus ont donné la mort à 25 victimes, dont 8 ont également subi des agressions sexuelles (5 adultes et 3 enfants). Tandis que 4 ont trouvé la mort des mains de membres de leurs familles (il s’agit parfois de parricides) et qu’une seule personne a été tuée à l’aide d’une arme pour motif de vengeance. 

A fin 2019, le nombre de détenus du couloir de la mort s’élevait à 72, dont une seule femme. Âgés entre 21 et 60 ans, 20 d’entre eux ont commis des actes terroristes et 30 ont toujours la possibilité de contester leurs condamnations via des voies de recours judiciaires. Autrement dit, 42 sont condamnés de manière définitive.

152 victimes pour 72 détenus

Les 72 condamnés à la peine capitale ont fait 152 victimes dont 15 mineurs, sachant que 13 d’entre eux ont également subi des agressions sexuelles (viol, attentats à la pudeur). 9 de ces mineurs sont des filles. Alors que la gent féminine parmi les victimes adultes est au nombre de 23.

Selon le ministère public, la majorité d’entre elles (adultes et mineures) avaient un lien avec les auteurs des crimes. Des liens parentaux, amicaux, de voisinage ou de mariage. 

Parmi les victimes adultes, 51 hommes ont été enregistrés sans compter ceux emportés par des actes terroristes. Ces derniers sont au nombre de 63 (hommes et femmes), y compris les victimes d’Imlil (2) dont les coupables (4) font partie des 23 condamnés à mort en 2019.

Ces 23 détenus sont âgés entre 21 et 45 ans sachant que 12 d’entre eux ont moins de 30 ans. 

11 des 72 condamnés à mort ont commis des homicides avant de décapiter leurs victimes qui sont au nombre de 9. Tandis qu’un tueur en série a causé la mort à 20 personnes et qu’un seul homme a été condamné à mort pour avoir tué son épouse à l’aide d’une arme à feu. 

>> Lire aussi:

 Peine capitale : Aucune exécution en 27 ans, 74 condamnés dans le couloir de la mort 

Prescription de la peine de mort : La libération est inconcevable (Benabdelkader)

Des condamnés à mort détenus malgré la prescription de leur peine

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Les comptes consolidés et sociaux de TAQA Morocco au 30 juin 2021.

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.