Intelligence artificielle : Tout savoir sur Shama, le premier robot humanoïde marocain

Shama est le nom du premier robot humanoïde marocain créé par Hajar Moussanif, Professeur à l’Université Cadi Ayyad, et ses équipes à Marrakech. Voici plus de détails sur ce projet et ses voies d’amélioration.

Intelligence artificielle : Tout savoir sur Shama, le premier robot humanoïde marocain

Le 21 janvier 2021 à 15h38

Modifié 11 avril 2021 à 2h50

Shama est le nom du premier robot humanoïde marocain créé par Hajar Moussanif, Professeur à l’Université Cadi Ayyad, et ses équipes à Marrakech. Voici plus de détails sur ce projet et ses voies d’amélioration.

Contactée par Médias24, Hajar Moussanif nous explique que ce projet a été lancé en mars 2019 à l’Université Cadi Ayyad, avec l’aide d’étudiants et de doctorants. Après 7 mois, la première version de ce robot a été conçue et depuis, a connu plusieurs améliorations.

Jusqu’à maintenant, Shama arrive à répondre à un certain nombre de questions en arabe, reconnaître des dizaines d’objets, identifier des visages et les émotions humaines, lire un texte et même proposer des recettes de cuisine pour un certain nombre d’ingrédients. 

Selon la même source, le côté hardware du robot a nécessité un investissement d’environ 9.000 DH pour l’achat de cartes électroniques, du mannequin, de servomoteurs, de moteurs pas à pas, etc. Le côté Software, quant à lui, est le fruit des travaux de la professeure et d’une équipe d’étudiants et doctorants de l’Université Cadi Ayyad de Marrakech.

Fotahub, une entreprise américaine, a été attirée par ce projet et a décidé de mettre à la disposition de la chercheuse marocaine et ses équipes un budget d’un million de dirhams pour accompagner les travaux de développement nécessaires vers une Shama 2.0.

Voici à quoi va ressembler Shama 2.0

Hajar Moussanif nous explique que la deuxième phase vise d’un côté, l’amélioration du hardware. Actuellement, le robot est fabriqué sur la base d’un mannequin rigide. Il sera remplacé par un matériau plus souple, par exemple du silicone, pour permettre au robot d’avoir les mêmes articulations qu’un être humain (créer des mouvements au niveau du visage, des doigts et retracer des émotions…)

Du côté du software, des algorithmes seront développés pour permettre à Shama d’être connectée et devenir une plateforme de collaboration. Grâce notamment au transfert technologique et la plateforme de Fotahub, plusieurs chercheurs marocains ou étrangers pourront travailler sur ce projet et l’améliorer.

Les fonctionnalités du robot seront également améliorées. “ Le système question/réponse n’est toujours pas très avancé puisque la base de données des connaissances du robot et son niveau de compréhension des phrases sont limités. Ces points seront améliorés pour une meilleure interactivité », explique la professeure.

“On s’est basé sur le concept de Sofia, un robot mis au point par Hanson Robotics, pour élaborer ce robot”, ajoute-t-elle. “J’imagine Shama faire de la promotion de la culture marocaine, être un guide touristique, ou faire de la promotion d’un produit traditionnel. Mais ce robot est multifonctionnel et peut être utilisé au niveau social également”.

“L’intelligence artificielle est un nouveau modèle de développement économique qui peut alimenter différents secteurs et la robotique n’a pas de limites”, déclare la professeure.

Outre le projet du robot humanoïde, Hajar Moussanif travaille sur un robot agricole intelligent, un projet lancé dans le cadre du programme Khawarizmi, parmi 45 projets retenus à l’échelle nationale. Ce robot permettra de réduire la pénibilité des tâches associées aux métiers de l’agriculture et intervenir dans des zones difficiles ainsi qu’améliorer la production agricole et réduire les coûts liés à l’exploitation des champs de culture.

Egalement, en partenariat avec le ministère de l’Education nationale et le Centre national pour la recherche scientifique (CNRST), Hajar Moussanif travaille sur un projet de simulateur qui permettra l’optimisation des mesures sanitaires en se basant sur l’impact de ces dernières depuis le début de la pandémie du Covid-19. Ce projet, toujours en cours, sera prêt en mai prochain.

Par ailleurs, la professeure nous confirme qu’une branche de Fotahub “Afrique MEA” va s’installer dans la cité de l’innovation de Marrakech, au plus tard en juillet 2021, pour promouvoir l’intelligence artificielle et permettre aux étudiants d’avoir accès à de nouvelles technologies.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Wafabail : indicateurs du 3ème trimestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.