Le Maroc doit-il acheter le tableau « La Tour de la Koutoubia » de Winston Churchill ?

Le tableau "La tour de la mosquée de la Koutoubia" de Winston Churchill, peint à Marrakech en 1943, sera mis aux enchères le 1er mars prochain à Londres par la maison de vente aux enchères Christie’s. Si le DG de la CMOOA, Hicham Daoudi pense que son prix est surestimé et que le Maroc doit acheter en priorité des œuvres de peintres marocains, le président de la FNMM, Mehdi Qotbi, tout en confirmant que ce n’est pas une œuvre majeure, estime que son caractère historique devrait pousser des mécènes nationaux à l’offrir au futur musée Jamaa El Fna de la ville ocre.

Le Maroc doit-il acheter le tableau « La Tour de la Koutoubia » de Winston Churchill ?

Le 3 février 2021 à 18h53

Modifié 11 avril 2021 à 2h50

Le tableau "La tour de la mosquée de la Koutoubia" de Winston Churchill, peint à Marrakech en 1943, sera mis aux enchères le 1er mars prochain à Londres par la maison de vente aux enchères Christie’s. Si le DG de la CMOOA, Hicham Daoudi pense que son prix est surestimé et que le Maroc doit acheter en priorité des œuvres de peintres marocains, le président de la FNMM, Mehdi Qotbi, tout en confirmant que ce n’est pas une œuvre majeure, estime que son caractère historique devrait pousser des mécènes nationaux à l’offrir au futur musée Jamaa El Fna de la ville ocre.

La prochaine mise en vente à Londres de « La tour de la mosquée de la Koutoubia », réalisée par l’ancien Premier ministre britannique Winston Churchill pose la question de savoir si cette œuvre peinte à Marrakech durant la 2ème Guerre mondiale ne fait pas partie du patrimoine national qui devrait rentrer au Maroc.

Une genèse dans un contexte historique unique

En effet, il faut rappeler que la genèse de cette œuvre s’est inscrite dans un contexte historique particulier après la conférence d’Anfa à Casablanca (14/01/1943) où étaient présents le Premier ministre anglais, Winston Churchill, le président américain Franklin D. Roosevelt et le général Charles de Gaulle.

A l’issue de ce sommet censé préparer la stratégie des alliés pour vaincre l’Allemagne, le politicien britannique avait alors invité son homologue américain à le suivre à Marrakech pour lui faire découvrir la luminosité exceptionnelle et les vues panoramiques de cette ville sur les montagnes environnantes.

Le président Roosevelt époustouflé par le cadeau de son allié anglais

Voyant que Roosevelt était très impressionné par la mosquée de la Koutoubia, datant du 12ème siècle, se profilant contre les monts de l’Atlas, Churchill a donc peint ce paysage pour l’offrir à son invité, qui, selon le chef du département d’art moderne de la maison Christie’s, aurait été époustouflé par le résultat.

En effet, Nick Orchard a récemment déclaré que ce peintre amateur, qui n’avait commencé à peindre qu’à l’âge de 41 ans, avait réussi à capter et retranscrire parfaitement la lumière propre à Marrakech ainsi que les ombres et les couleurs des montagnes d’arrière-plan.

Depuis 1943, la tour de la Koutoubia a appartenu à plusieurs célébrités

Après la mort de son père en 1945, Elliot Roosevelt s’était séparé du cadeau de Churchill, revendu ensuite plusieurs fois, avant d’être acquis en 2011 par l’ancien couple d’acteurs Angélina Jolie et Brad Pitt à la non moins célèbre maison de vente aux enchères américaine M.S. RAU basée à la Nouvelle Orléans.

Avec leur divorce en 2019 qui avait abouti au partage de leur énorme collection d’art (Banksy…), l’actrice s’était vue octroyer ce tableau qu’elle a décidé de vendre aux enchères via la maison Christie’s.

L’œuvre de Churchill risque d’exploser les compteurs 

Prévue pour le 1er mars prochain, la vente aux enchères de la tour de la mosquée Koutoubia qui est estimée à un prix plancher de 1,5 million de livres ou 2,1 M$ pourrait s’envoler à 2,5 M£ soit 3,4 M$, voire même beaucoup plus.

En effet, sachant qu’un précédent tableau intitulé « The Goldfish Pond à Chartwell » (1932) avait été adjugé à 1,8 M£ (2,8 M$), Nick Orchard n’exclut pas que la maison Christie’s arrive à établir un nouveau record car, selon lui, le tableau peint à Marrakech en 1943 est le fruit d’un travail bien plus important et remarquable que celui du précédent record.

Un ambassadeur du Maroc mais certainement pas un artiste majeur reconnu par ses pairs

Si l’expert affirme que « cette œuvre est sans aucun doute le meilleur des 500 tableaux réalisés par Churchill », Mehdi Qotbi qui préside la Fédération nationale des musées du Maroc assure que ce tableau n’est pas le fruit d’un artiste majeur qui se contentait de peindre pour le plaisir.

« S’il faut préciser que Churchill n’a jamais été un artiste reconnu par ses pairs, il faut cependant lui rendre hommage car il a été un des ambassadeurs des couleurs du Maroc à l’instar d’Eugène Delacroix », tient à préciser celui qui est également un grand peintre au Maroc et à l’international.

Les musées marocains ne feront pas partie des enchérisseurs

Sur l’éventuel intérêt de la Fondation nationale des musées (FNMM) pour l’acquérir le 1er mars prochain à Londres, Qotbi affirme que son institution n’a absolument pas les moyens de payer un prix aussi élevé pour une œuvre qu’il qualifie d’intéressante mais mineure.

« Si la FNMM n’a pas le budget nécessaire pour ce genre d’achat, nous serions toutefois ravis qu’une souscription médiatique soit lancée ou que des mécènes offrent à un musée marocain cette œuvre qui a une grande valeur historique et sentimentale.

La place de ce tableau est à Marrakech

« Selon moi, la place de ce tableau qui a été peint par un illustre ambassadeur des couleurs du Maroc n’est pas à l’étranger mais dans la ville de Marrakech où il a été réalisé.

« Tout naturellement, il devrait se trouver au musée du patrimoine immatériel qui ouvrira bientôt ses portes sur la place mondialement connue de Jamaa El Fna dans l’ancien édifice de Bank Al-Maghrib », conclut Qotbi qui ne désespère pas que des fondations privées en fassent don à un musée comme cela se fait en Occident.

Une valeur qualitative et pécuniaire largement surestimée ?

Sollicité à son tour, le propriétaire de la maison de vente CMOOA, pense que l’œuvre en question ne mérite pas du tout d’être mise aux enchères à ce prix, qui, selon lui, ne devrait pas dépasser les 10.000 $.

A la question de savoir si ce morceau d’histoire ne devait pas être racheté par un musée ou un collectionneur privé marocain qui pourrait l’offrir à une institution muséale nationale, Hicham Daoudi affirme ne pas avoir les compétences pour donner des conseils au Maroc en politique d’achat muséal.

« En réalité, la vraie valeur de ce tableau ne réside que dans la personne de son auteur et pas dans la qualité intrinsèque de cette œuvre, car ce politicien n’a jamais été reconnu comme un grand peintre.

« En effet, si Churchill a laissé une trace de vainqueur de la 2ème Guerre mondiale dans l’histoire de l’humanité, le tableau qu’il a peint à Marrakech n’est en réalité qu’un prétexte pour saluer cet auteur, car si sa canne ou son chapeau avaient été mis en vente, on atteindrait les mêmes montants vertigineux.

Le Maroc a d’autres priorités en termes d’achat muséal

« Il faut également préciser qu’à la date où a été réalisé ce tableau (1943), il y avait déjà de bien meilleurs artistes que lui, qui avaient peint le Maroc et qui n’ont jamais atteint un tel niveau de prix », déplore le directeur général de la Compagnie marocaine des œuvres et objets d’art (CMOOA).

Devant notre insistance à vouloir savoir si ce tableau devait rejoindre le Maroc, il déclare que la vraie priorité en politique d’achat d’œuvres est d’abord de doter les musées du travail des artistes marocains.

« Sachant que son prix de départ est plus que faramineux (1,5 M£), ce montant permettrait d’acquérir de nombreuses œuvres marocaines et d’effectuer un énorme travail de reconnaissance de nos artistes qui manque encore .

« En fait, la question de l’acheter ou pas ne se pose pas, car c’est un budget bien trop élevé pour nos institutions muséales », conclut Daoudi qui trouve malheureux que le travail artistique des étrangers soit toujours plus valorisé que celui des Marocains qui n’est jamais arrivé à dépasser le million de dollars…

A lire aussi


Elections 2021: les différents scénarios de coalition gouvernementale (expert)

Sachant que la rentrée parlementaire de la future onzième législature aura lieu le deuxième vendredi d’octobre, soit le 8, le gouvernement aura donc un mois pour être constitué après le scrutin législatif du 8 septembre. Si personne n’est en mesure d’assurer quel sera le parti qui arrivera en tête pour diriger le futur gouvernement, le chercheur David Goeury, membre de Tafra et du laboratoire Médiations de Sorbonne Université présente ses scénarios de coalition gouvernementale.

Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Centrale Danone : annonce légale

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.