Face à Laftit, des partis plaident pour maintenir la liste des jeunes aux élections

Les députés ont démarré l’examen des projets de textes électoraux. Des partis de l’opposition et de la majorité ont plaidé devant le ministre de l'Intérieur pour le maintien des listes des jeunes.

Face à Laftit, des partis plaident pour maintenir la liste des jeunes aux élections

Le 24 février 2021 à 14h07

Modifié 11 avril 2021 à 2h50

Les députés ont démarré l’examen des projets de textes électoraux. Des partis de l’opposition et de la majorité ont plaidé devant le ministre de l'Intérieur pour le maintien des listes des jeunes.

A la Chambre des représentants, la commission de l’Intérieur a entamé ce mercredi la discussion des projets de textes électoraux. Une vingtaine de députés de la majorité et de l’opposition ont demandé la parole, prélude à de longues heures de débat en présence du ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit.

« Nous et le reste des partis d’opposition avons décidé de présenter des propositions communes d’amendements », a annoncé Abdellatif Ouahbi, secrétaire général du PAM. Il se réunira avec les chefs de groupes PI et PPS jeudi 25 février et tenteront de « parvenir à un minimum de concertation », ajoute l’intervenant.

Les négociations devront porter, entre autres, sur la question de la présence des jeunes au sein de l’hémicycle. Le projet de texte organique modifiant la loi sur la Chambre des représentants condamne relativement ce mécanisme, en remplaçant la liste nationale par des listes régionales axées sur la représentativité féminine.  

Le PAM se montre favorable à cette disposition, contrairement au PI qui s’y oppose. « La représentativité des femmes doit être renforcée, mais pas au détriment des jeunes », tance Nourdin Moudian, chef du groupe istiqlalien de l’unité et de l’égalitarisme. M. Moudian cite une « étude » au niveau du Parlement qui plaide pour les jeunes députés et leur « grande valeur ajoutée ». « Rien ne justifie, à ce stade, de renoncer à la liste des jeunes, poursuit le député, clamant ce que son parti a invoqué plus tôt dans un communiqué publié.

La position de l’Istiqlal rejoint celle de formations issues de la majorité. A commencer par le parti de la lampe. « Nous devons garantir une représentativité claire » des jeunes eu égard à « leur apport qualitatif au sein du Parlement », affirme Mustapha Ibrahimi, chef du groupe PJD. Sa formation propose soit le maintien de la liste nationale, soit la répartition des listes régionales en deux parties, l’une réservée aux femmes et l’autre aux jeunes.

Le RNI est sur la même longueur d’onde. Issu lui-même de la liste des jeunes, Mustapha Baitas rappelle que ces parlementaires « ont joué le rôle d’intermédiaires auprès de catégories jeunes dans de nombreux dossiers », citant l’exemple des « enseignants contractuels ». Il appelle à « réfléchir » au maintien de cet outil qui représente « un important acquis ».

>>Lire aussi:

Elections 2021. Le PJD contre le quotient électoral et pour la liste des jeunes

L’Istiqlal attaque frontalement le RNI et la CGEM

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

S2M : Communiqué Financier des Indicateurs du 4e trimestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.