Le Consul américain à Casablanca : Le Maroc a tout à gagner à investir aux Etats-Unis

Quatre mois avant la tenue du salon SelectUSA 2021 qui accueillera virtuellement du 7 au 11 juin les étrangers désireux d’investir aux Etats-Unis, Médias24 a questionné le nouveau Consul général américain à Casablanca sur les opportunités d’affaires pour les investisseurs marocains. Selon Lawrence Randolph, la compétitivité commerciale des produits et services marocains ainsi que les potentialités offertes par l'accord de libre-échange Maroc-USA sont encore trop largement sous-exploitées.

Le Consul américain à Casablanca : Le Maroc a tout à gagner à investir aux Etats-Unis

Le 27 février 2021 à 14h33

Modifié 11 avril 2021 à 2h50

Quatre mois avant la tenue du salon SelectUSA 2021 qui accueillera virtuellement du 7 au 11 juin les étrangers désireux d’investir aux Etats-Unis, Médias24 a questionné le nouveau Consul général américain à Casablanca sur les opportunités d’affaires pour les investisseurs marocains. Selon Lawrence Randolph, la compétitivité commerciale des produits et services marocains ainsi que les potentialités offertes par l'accord de libre-échange Maroc-USA sont encore trop largement sous-exploitées.

– Médias24 : Pourquoi les Etats-Unis s’intéressent-ils aux investisseurs marocains ?

– Lawrence Randolph : En tant que nouveau consul général américain à Casablanca, je me dois d’abord de dire que je suis fier de me trouver dans une ville qui est un carrefour dynamique pour le commerce, les médias, l’éducation et l’investissement, non seulement au Maroc, mais aussi dans la région.

En effet, avec nos 120 entreprises américaines, déjà présentes au Maroc, qui emploient plus de 100 000 Marocains, nos liens économiques forts offrent forcément des opportunités de prospérer davantage à nos deux pays.

Sachant que nous voulons faire croître et prospérer nos relations économiques et commerciales, nous recherchons donc activement des investisseurs marocains désirant explorer la possibilité d’étendre leurs activités au marché américain lors du prochain sommet SelectUSA 2021.

– Récemment, votre service consulaire commercial et la chambre américaine de commerce ont organisé une table ronde avec des entreprises marocaines pour explorer les opportunités d’investissements aux USA. Qui étaient les participants marocains ?

Il y avait au moins 25 entreprises et organisations marocaines invitées à cette table ronde virtuelle.

Etaient aussi présents M. Azzedine Kettani, qui préside la Chambre américaine de commerce au Maroc (AmCham), et des représentants de la délégation marocaine précédente au sommet SelectUSA 2019.

– A l’issue de cette réunion, avez-vous noté un changement d’attitude chez vos interlocuteurs par rapport aux années précédentes ?

Effectivement, l’année 2021 marque le 15ème anniversaire de l’accord de libre-échange (ALE) entre les États-Unis et le Maroc, qui est le seul accord de ce genre entre notre pays et un pays du continent africain.

Par conséquent, il y avait un enthousiasme naturel évident autour de cette date importante qui doit capitaliser sur les acquis d’un accord unique entre nos deux nations.

C’est d’ailleurs l’occasion de rappeler que les exportations marocaines vers les États-Unis ont connu une augmentation de plus de 200% depuis 2006, à savoir depuis la date d’entrée en vigueur de l’ALE (521 millions USD en 2006, 1,6 milliard USD en 2019).

Il était donc logique que nous souhaitions profiter davantage de cette dynamique positive pour continuer à accroître le commerce entre nos nations à travers des investissements des deux côtés.

– Pourquoi les sociétés marocaines devraient investir aux Etats-Unis d’Amérique ?

Simplement parce que les USA sont le plus grand marché de consommation au monde et parce que les sociétés marocaines sont assez compétitives pour investir dans notre marché dynamique qui permet aux entreprises et industries de la planète de trouver rapidement leur place et de prospérer.

Les raisons pour lesquelles les investisseurs marocains devraient choisir les USA sont nombreuses mais pour résumer, on peut citer un environnement propice aux affaires, une technologie et une infrastructure avancée, une fluidité des chaînes d’approvisionnement, une main-d’œuvre qualifiée …

A ce propos, le rapport Doing Business 2020 de la Banque mondiale, qui mesure les réglementations commerciales des principaux marchés mondiaux nous place en tête de file de son classement.

De plus, des investissements marocains aux USA se traduiraient par une augmentation de ses exportations vers les États-Unis et par la création de très nombreux emplois supplémentaires au Maroc.

– A ce jour, quels sont les secteurs d’activité marocains qui ont déjà investi aux Etats-Unis ?

Les principaux investissements marocains réalisés au cours des 10 dernières années aux Etats-Unis se sont concentrés dans les secteurs des services financiers et des produits chimiques.

– Sachant que le sommet 2020 a été annulé, quid du bilan 2019 des investisseurs marocains ?

En 2019, le bureau consulaire du commerce extérieur des États-Unis au Maroc a conduit une délégation marocaine de 15 membres à ce sommet, dont des représentants de l’AmCham Maroc.

Il faut préciser que le Maroc était représenté par la plus grande délégation du continent africain et qu’un des délégués marocains a conclu d’importants échanges avec des partenaires américains intéressés qui étudient actuellement la concrétisation de son investissement aux États-Unis.

– Ne pensez-vous pas qu’avec la pandémie actuelle, les hommes d’affaires marocains seront moins disposés à se lancer dans des projets d’investissements sur le sol américain ?

Pas du tout, car le Maroc est le seul pays d’Afrique à jouir d’un accord de libre-échange américain qui vise généralement à donner aux exportateurs des deux parties un meilleur accès à des marchés supplémentaires, avec à la clé des centaines de millions de clients potentiels aux Etats-Unis.

En effet, un succès sur le marché américain peut aboutir à une réussite planétaire et même si l’économie mondiale doit actuellement faire face à des défis d’ordre sanitaire, il est logique que les entrepreneurs s’échinent à trouver des moyens innovants de poursuivre le commerce international.

A partir de là et malgré les challenges en cours, nous continuerons à explorer de nouvelles opportunités et commençons dès maintenant à réunir des entrepreneurs talentueux pour participer en juin prochain au sommet virtuel SelectUSA après celui physique de Las Vegas en 2019.

– Sachant que le marché américain comporte plusieurs difficultés d’accès (normes locales…), pensez-vous que les produits marocains pourront trouver leur place aux Etats-Unis ?

Si le plus grand marché de consommation locale au monde est effectivement sophistiqué, le marché américain est aussi très ouvert aux sociétés marocaines compétitives au niveau mondial.

De plus, sachant que la vision de SM le Roi Mohammed VI pour que le Maroc soit la porte d’entrée du continent reflète son importance géographique pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, nous avons constaté que le niveau d’expertise des entrepreneurs marocains leur permettait de s’engager aisément dans des investissements rentables dans un marché dynamique comme le nôtre.

Pour la 8ème édition de SelectUSA, vous tablez sur la présence virtuelle de 1 200 investisseurs étrangers issus de 70 pays. Quel sera le niveau de participation des Marocains ?

Nous n’avons pas encore de chiffres du nombre de participants marocains mais la raison principale de l’organisation de la dernière table ronde virtuelle était justement de trouver des investisseurs qui soient à la fois les plus performants et qualifiés pour participer à ce sommet de 2021

Sachant que le commerce win-win entre nos nations évolue positivement chaque année et que les États-Unis sont le 5ème plus grand investisseur étranger au Maroc, avec 3 milliards de dollars déjà injectés dans son économie locale, nous continuerons donc, et sans relâche, à encourager la poursuite de ce commerce dans les 2 sens.

Ci-après, l’affiche du prochain sommet SelectUSA 2021 qui se tiendra sous format virtuel du 7 au 11 juin:

A lire aussi


Pour un impôt vert sur la consommation

Désireux de favoriser une reprise post-pandémique verte et inclusive, de nombreux dirigeants politiques à travers le monde veulent "reconstruire en mieux". Jusqu'à présent, ils ont privilégié l'augmentation des dépenses publiques de manière à relever les défis climatiques et environnementaux tout en créant des emplois pour les personnes défavorisées. Mais les conservateurs en matière budgétaire craignent que l'énormité du déficit public ne fasse sombrer les économies dans le surendettement et n'entraîne une réaction brutale des marchés financiers.

Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

LafargeHolcim Maroc : Communication semestrielle 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.