Bilan de la gestion de Marrakech : lectures contradictoires du PJD et du PAM

A l’approche des élections communales, Médias24 a sollicité un membre de la majorité menée par le PJD et un autre de l’opposition PAM pour s’exprimer sur leurs 6 années de mandat à la tête de la commune de Marrakech. Comme il se doit, le président de l’arrondissement de Guéliz Abdeslam Sigouri a défendu le bilan du PJD, en le qualifiant de très bénéfique alors que le Pamiste Mohamed Nakil évoque plutôt un non-bilan. 

Bilan de la gestion de Marrakech : lectures contradictoires du PJD et du PAM

Le 10 mars 2021 à 9h23

Modifié 11 avril 2021 à 2h50

A l’approche des élections communales, Médias24 a sollicité un membre de la majorité menée par le PJD et un autre de l’opposition PAM pour s’exprimer sur leurs 6 années de mandat à la tête de la commune de Marrakech. Comme il se doit, le président de l’arrondissement de Guéliz Abdeslam Sigouri a défendu le bilan du PJD, en le qualifiant de très bénéfique alors que le Pamiste Mohamed Nakil évoque plutôt un non-bilan. 

Après avoir donné la parole aux élus du PJD et de la FGD de Rabat, Médias24 a invité deux membres de la majorité PJD et de l’opposition PAM à revenir sur leur bilan à la tête de la commune de Marrakech. A l’image de leurs confrères qui gèrent la capitale, ils nous livrent des lectures totalement contradictoires sur les résultats de leur mandat.

« Le PJD a littéralement transfiguré la ville »

Sans surprise, Abdeslam Sigouri qui préside l’arrondissement du quartier Guéliz nous a déclaré que de grands efforts avaient été accomplis pour la commune depuis que le PJD a pris sa tête en 2015.

« Que ce soit au niveau financier ou de nos promesses de campagne, la ville a connu une transformation radicale avec de nombreux projets et programmes d’infrastructure qui ont presque tous été menés à leur terme.

Culture et tourisme ont été les priorités de l’équipe communale

« Il y a notamment lieu de citer la création d’un grand complexe culturel intitulé « le pôle citoyen » au quartier M’hamid proche de l’aéroport.

« Ce projet fonctionnel offre une vingtaine de services dont un théâtre, une salle de cinéma, des espaces de jeux et de sports pour les jeunes.

« La vieille ville a également fait l’objet de plusieurs travaux de valorisation qui ont largement profité au secteur du tourisme ainsi qu’aux foundouks de l’ancienne médina qui ont bénéficié d’un soutien financier du programme royal de rénovation mais aussi de la commune.

Une nouvelle décharge extra-muros

« De plus, nous sommes très fiers d’avoir délocalisé vers l’extérieur de la ville l’ancienne grande décharge de déchets urbains ménagers qui occasionnait une grande pollution environnementale.

« En effet, la nouvelle décharge située dans la commune d’El Mnabha possède des normes internationales qui ont totalement changé l’environnement », se félicite le président de l’arrondissement du quartier Gueliz en ajoutant que les habitants de la ville ocre attendaient depuis longtemps d’être débarrassée de la vue et des nuisances olfactives occasionnées par les amas d’ordures à l’intérieur de la ville.

Seul Mea Culpa, l’absence de désengorgement de la circulation

« Si nous avons réalisé la plupart de nos promesses de campagne, il faut toutefois préciser que nous n’avons pas pu finaliser le dossier du transport urbain pour fluidifier la circulation croissante.

« En effet, notre équipe n’a pas encore construit les trémies nécessaires au désengorgement des grandes artères de la ville qui souffrent toujours de nombreux embouteillages aux heures de pointe.

En cas de réélection, des trémies seront le prochain chantier prioritaire du PJD

« Cette omission s’explique simplement par le fait que la commune n’a pas pu réunir le budget nécessaire pour les réaliser.  

« Conscients de l’urgence, nous avons signé une convention avec le ministère de l’Equipement qui a lancé les études préalables pour remédier aux problèmes de circulation posés pendant la période des vacances scolaires où la ville est assiégée de véhicules extérieurs », conclut Sigouri qui avance que les Marrakchis seront très reconnaissants du bilan du PJD et reconduiront certainement son équipe à la tête du conseil de la ville lors du prochain scrutin communal.

« En l’absence de bilan positif, le PJD n’a pas été capable de le publier »

Beaucoup moins flatteur pour ne pas dire très négatif, le chef du groupe d’opposition du PAM au conseil de la ville de Marrakech nous parle d’emblée d’un bilan sans relief qui n’aurait rien apporté de nouveau aux habitants durant les six années du mandat communal du PJD.

« Sachant que l’équipe menée par le PJD n’a même pas été capable de publier le bilan de ses réalisations, il n’est par conséquent pas possible de le mesurer ou même de le qualifier.

« Le transfert de la décharge n’est pas à mettre au crédit du PJD »

« Concernant le déménagement de la décharge dont le maire s’enorgueillit, ce projet ne peut pas être mis à son crédit car plusieurs communes voisines ont également été associées à ce transfert.

« En effet, notre commune n’a pas la compétence de la déplacer sans l’assentiment de celle du terrain qui a été cédé pour héberger la nouvelle décharge », a résumé l’élu du PAM en refusant de commenter, malgré notre insistance, « un non-bilan qui sautera aux yeux des électeurs lors du prochain scrutin communal ».

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SONASID : AVIS DE CONVOCATION ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.