Ftours hors domicile pendant Ramadan : Les hôteliers n’y croient plus

Quinze jours avant le début du Ramadan, les hôteliers se demandent encore si les autorités vont leur permettre d’organiser des buffets pour les clients qui souhaitent rompre le jeûne à l’extérieur. Plutôt pessimistes, Lahcen Zelmat, président de la fédération des hôteliers, et Fouzi Zemrani, vice-président de la CNT, pensent que par mesure de précaution, l’Etat avancera certainement l’heure du couvre-feu et in fine interdira les ftours dans les hôtels de toutes les villes du pays.

Ftours hors domicile pendant Ramadan : Les hôteliers n’y croient plus

Le 31 mars 2021 à 17h38

Modifié 11 avril 2021 à 2h51

Quinze jours avant le début du Ramadan, les hôteliers se demandent encore si les autorités vont leur permettre d’organiser des buffets pour les clients qui souhaitent rompre le jeûne à l’extérieur. Plutôt pessimistes, Lahcen Zelmat, président de la fédération des hôteliers, et Fouzi Zemrani, vice-président de la CNT, pensent que par mesure de précaution, l’Etat avancera certainement l’heure du couvre-feu et in fine interdira les ftours dans les hôtels de toutes les villes du pays.

Pour le 2ème Ramadan consécutif, les hôteliers déjà sinistrés par la fermeture des frontières sont quasi assurés de ne pas pouvoir organiser les ftours qui leur permettaient de tenir avant de retrouver une activité normale. Ainsi, plusieurs hôteliers interrogés, de Tanger à Marrakech, ont tous éclaté de rire quand Medias24 leur a demandé s’ils allaient préparer des buffets pour le Ramadan.

« L’Etat va interdire les ftours publics », pensent-ils

Si certains attendent encore une annonce des autorités allant dans le sens d’un assouplissement de l’horaire du confinement nocturne qui démarre à 21 heures, Lahcen Zelmat qui préside la fédération des hôteliers du Maroc se dit d’ores et déjà assuré que « L’Etat n’autorisera pas les ftours publics ».

Selon lui, les autorités ne voudront pas prendre le risque de permettre aux gens de se rassembler pour s’attirer les critiques comme cela avait été le cas après l’autorisation de la tenue de la fête du sacrifice qui avait abouti à de très nombreuses contaminations durant l’été dernier.

« Les Marocains seront sûrement appelés à rompre le jeûne à domicile »

Questionné à son tour sur l’autorisation ou pas des ftours publics, Fouzi Zemrani, vice-président de la CNT préfère temporiser et attendre de connaître la décision qui sera bientôt annoncée par le l’Etat sur un éventuel assouplissement après 20 heures de l’horaire de fermeture des restaurants.

« Sachant qu’il n’y a aucune négociation en cours entre les autorités et la Confédération nationale du tourisme, tout le monde attend la décision gouvernementale ; mais avec la fermeture récente de nos frontières et la perspective imminente d’une 3ème vague de cas de variants anglais du virus, il est très probable qu’on demandera aux Marocains de rester cantonnés chez eux pour la rupture du jeûne.

« La majorité des hôtels vont fermer à la veille du Ramadan »

« Selon mes retours, la majorité des hôtels, du sud au nord, actuellement encore ouverts vont certainement fermer à partir du 11 avril, soit 3 jours avant le début du mois sacré », prédit le vice-président qui ajoute qu’aucun hôtel de sa ville de Marrakech ne se prépare à proposer les traditionnels buffets du Ramadan.

« En fait, comme cette fermeture devrait durer au moins jusqu’à la fin du Ramadan pour ne pas dire jusqu’à des jours meilleurs, l’activité ftours sera quasi inexistante pour la saison ramadanesque de 2021 », affirme Zemrani pour qui l’absence de feu vert donné par le ministère de l’Intérieur est très explicite.

« En effet, même si la situation du secteur touristique va plus qu’empirer, à l’image de nombreux confrères, je ne crois pas un instant en une possibilité d’assouplissement des mesures de confinement.

Les secteurs de la livraison et de l’informel profiteront des restrictions

« Les autorités vont peut-être permettre aux traiteurs de livrer leurs clients jusqu’à l’heure de la rupture du jeûne mais il ne devrait pas y avoir d’exceptions pour les hôteliers et les restaurateurs.

« A contrario, ces mesures restrictives vont faire le bonheur de certaines cuisinières qui préparent à leur domicile des chiwates du Ramadan et qui les proposent sur les réseaux sociaux », explique Zemrani pour qui l’état d’urgence sera bientôt prorogé pour toute la durée du mois sacré.

« L’horaire du couvre-feu devrait être avancé de 90 minutes »

A la question de savoir s’il fallait s’attendre à un couvre-feu plus strict, Zemrani pense qu’il sera certainement calqué sur l’horaire du Ramadan dernier, à savoir sur l’heure de la rupture du jeûne prévue vers 19 heures 30 soit 90 minutes avant l’heure actuelle où débute le confinement national.

« Comme lors du Ramadan 2020, il faudra rentrer à son domicile vers 19 heures ou à l’heure de la rupture du jeûne pour ne plus ressortir avant le lendemain à 6 heures », prédit un Zemrani résigné.

« Il n’y aura pas de reprise avant la vaccination de 60% des Marocains »

« Pour la profession, la seule préoccupation des autorités pour dépasser la crise actuelle et nous aider à rebondir doit être de trouver assez de vaccins pour immuniser 60% de la population.

« En effet, la priorité est d’obtenir une immunité collective pour pouvoir instaurer un passeport sanitaire qui permettra aux Marocains et aux étrangers de circuler librement dans le pays ou ailleurs et pour éviter ce qui vient de se passer dans la ville de Dakhla où l’activité touristique a été mise à mal », conclut le voyagiste qui assure n’avoir aucune visibilité sur un début de retour à la normale.

>>Lire aussi: Dr Tayeb Hamdi : une enquête épidémiologique avant le Ramadan est nécessaire

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CTM : Communiqué AGOA du 8 juin 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.