Voici à quoi ressemblera la nouvelle Plaza de Toros à Tanger

Après des décennies où elle a été laissée à l’abandon, la place des arènes de Tanger va enfin être réhabilitée pour un montant de 40 millions de dirhams financés par l’agence de développement du nord, la wilaya, le conseil régional TTAH et le conseil communal.

Voici à quoi ressemblera la nouvelle Plaza de Toros à Tanger

Le 1 mai 2021 à 12h16

Modifié 2 mai 2021 à 7h54

Après des décennies où elle a été laissée à l’abandon, la place des arènes de Tanger va enfin être réhabilitée pour un montant de 40 millions de dirhams financés par l’agence de développement du nord, la wilaya, le conseil régional TTAH et le conseil communal.

Entre la route de Tétouan et l’avenue tangéroise Yacoub El Mansour, se trouve la Plaza de Toros inaugurée en 1950 par les Espagnols qui y organisaient des corridas avant l’indépendance puis des spectacles jusqu’en 1970.

Délaissée depuis trop longtemps, cette pièce du patrimoine architectural de style hispano-mauresque, classée monument historique en 2016, devrait bientôt renaître de ses cendres après la sélection du groupe constitué de Hicham Khattabi, Jaouad Khattabi et Younes Diouri qui aura pour mission de restaurer à l’identique les arènes. La sélection s’est faite à l’issue d’un concours auquel ont participé une dizaine de groupements.

« Retrouver l’expression architecturale originelle du projet »

« Avec ce projet nous avons pour ambition de redonner vie à cet équipement et en faire une véritable destination culturelle à la fois régionale et internationale », nous déclare l’architecte Younes Diouri qui fait partie du groupement lauréat.

« En plus de sa remise à niveau pour accueillir des événements pour 7.000 spectateurs aux normes actuelles, nous avons mis en œuvre des aménagements extérieurs directement accessibles au public comme une agora de 120 places pour des représentations spontanées, des gradins de 500 places, une fontaine sèches, différents kiosques d’animation, une esplanade d’exposition…

« En terme de matérialité, nous avons comme objectif de retrouver l’expression architecturale originelle du bâtiment conçu en 1950 et renouer avec cette brique naturelle très expressive et que l’histoire a masquée au gré du temps.
« Dans la continuité de la typologie des arènes qu’on retrouve à travers le monde, nous avons intégré une couverture en structure légère dans une réinterprétation contemporaine du vélum romain qui viens couronner d’un drapé rouge le bâtiment. Un rappel à l’histoire de la tauromachie qui laisse place aujourd’hui à la culture en général.

« Tous les jalons sont en train d’être mis en place aujourd’hui avec les différents partenaires et autorités afin de démarrer le chantier au courant de cette année ».

A notre connaissance, c’est la première fois à Tanger qu’un projet public de cette envergure fait l’objet d’un concours d’architecture:

« Nous sommes fiers et honorés d’avoir été sélectionné pour la réhabilitation des arènes de Tanger à travers un concours d’architecture auquel ont participé plus de 40 architectes en différents groupements », ajoute Younes Diouri. « Le concours était le meilleur moyen de faire émerger ambition et qualité pour un projet qui concerne un patrimoine de grande importance. C’est un édifice emblématique qui est dans le cœur de tous les Tangérois. C’est une initiative louable qui augure d’une nouvelle ère dans l’attribution des projets structurants de la ville ».

L’architecte Karim Hadj-Nassar, qui fait partie du cabinet Jaouad Khattabi membre du groupement gagnant, estime également que l’objectif de l’APDN (Agence de développement du Nord, maître d’ouvrage) est de démarrer les travaux au cours de l’année.

Sur le budget nécessaire pour rénover la bâtisse, l’architecte rappelle que 50 millions de dirhams ont été alloués pour réhabiliter la place de Toros avant son ouverture au grand public.

La façade d’origine sera restaurée à l’identique

« En fait, la principale contrainte qui nous a été imposée lors du concours de sélection architecturale était de ne pas toucher ou dénaturer la façade et de la restaurer à l’état initial qui était le sien lors de l’inauguration qui remonte à 1950.

«A partir de là, il faudra retirer tous les enduits qui ont été ajoutés au fur et à mesure du temps écoulé et remettre en état les ouvertures comme les fenêtres qui ont été obstruées et les portes condamnées.

« Pour cela, nous devrons nous baser sur les photos d’époque et sur l’historique du bâtiment pour restituer les façades telles qu’elles étaient initialement », ajoute Hadj-Nasser.

Ci-après, des images de synthèse des futures arènes de Tanger :

 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Indicateurs trimestriels au 30.09.2020 de la Société AFRIC INDUSTRIES

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.