Algérie: ce que l’on sait sur la directive présidentielle hostile aux entreprises marocaines

Une directive attribuée au président algérien Abdelmajid Tebboune, ordonne aux entreprises publiques algériennes de rompre tout contrat de prestation avec les entreprises marocaines. L'information n'a pas été officiellement confirmée.

Algérie: ce que l’on sait sur la directive présidentielle hostile aux entreprises marocaines

Le 10 mai 2021 à 19h25

Modifié 11 mai 2021 à 15h23

Une directive attribuée au président algérien Abdelmajid Tebboune, ordonne aux entreprises publiques algériennes de rompre tout contrat de prestation avec les entreprises marocaines. L'information n'a pas été officiellement confirmée.

Un nouvel acte hostile envers le Maroc de la part du président algérien Abdelmajid Tebboune? C’est ce qui semble se confirmer au regard des récentes informations relayées par la presse algérienne.

Les journaux Ennahar online et Algérie360 affirment que le président algérien a « reçu des rapports indiquant une grave atteinte à la sécurité nationale dans laquelle sont impliquées des institutions économiques algériennes, publiques et privées, ayant des relations contractuelles, avec des entités étrangères qui ne prennent pas en considération les intérêts économiques et stratégiques du pays ».

Dans cette directive [fac-similé ci-dessous], dont le document n’est pas publié par les journaux cités plus haut, trois entreprises sont citées. Deux compagnies d’assurances algériennes, CAAR et SAA, qui ont des contacts avec des institutions marocaines. L’opérateur téléphonique Djezzy est également cité pour avoir confié des opérations publicitaires à des entreprises « proches de lobbies étrangers hostile envers l’Algérie ».

Le président algérien a accordé un délai de 10 jours aux entreprises pour rompre tout lien avec ces entités ou entreprises, délai qui est déjà écoulé puisque le document est daté du 17 ou du 27 avril (date pas très lisible).

L’information a été reprise par plusieurs médias marocains et algériens. Avant de la relayer, Médias 24 a essayé de confirmer la véracité de ce qui précède.

L’entreprise marocaine ORSYS dans le viseur

Les deux compagnies d’assurances algériennes, citées dans le courrier du président algérien, utilisent un ERP intégré dédié au secteur de l’assurance développée par une société marocaine, ORSYS. L’information est révélée par le média Algérie Part.

Selon ce dernier, la CAAR utilise le logiciel ORASS depuis 2006. La SAA lui a emboîté ensuite le pas dans un souci de modernisation de la gestion interne de ses actifs et le traitement des dossiers de ses clients.

ORASS est adopté par plus de 75 compagnies dans le monde, selon ElMostafa Faouzi, CEO de l’entreprise ORSYS sur son profil LinkedIn . Joint par Médias 24 pour vérifier ces informations et avoir plus de détails, le PDG a décliné notre demande. « Nous n’avons aucun commentaire à propos de ce sujet », nous répond-il courtoisement.

Le document a été révélé par un militant algérien

Le document de l’instruction présidentielle, cité dans les différents articles et principale source des informations relayées, a été publié par un militant algérien du nom de Oualid Kebir. Le document porte, d’ailleurs, un marquage du nom du militant.

Contacté, ce dernier nous affirme que « le document émane de la présidence algérienne en exclusivité » et qu’il l’a « publié dimanche 9 mai ».

Même s’il vient d’être révélé, le document date en réalité du mois d’avril. A la fin de la seconde page, on peut lire qu’il a été établi au cours du mois d’avril, mais la qualité du document ne permet pas de visualiser le jour avec exactitude.

Si le document s’avère être authentique, les contrats de prestation des entreprises marocaines avec des entreprises publiques algériennes sont menacés. Il est même possible qu’ils soient déjà résiliés dans la mesure où le courrier évoque un délai de 10 jours.

Dans le courrier, le président algérien a également donné des instructions au ministre des finances « pour bloquer tout transfert à l’étranger de bénéfices relatifs aux contrats de ce genre (exp CAAR, SAA, Djezzy) et qu’il faut les résilier sans attendre ».

Aucune confirmation officielle pour le moment

Médias 24 a également contacté le ministère marocain des Affaires étrangères. Ce dernier n’a donné aucune déclaration à ce sujet, le document étant en cours d’authentification.

En conclusion, bien que l’affaire semble être plausible, elle n’est pas encore confirmée officiellement. Notons que l’agence APS n’a rien publié à ce sujet, ni confirmation, ni démenti.

Mais quoi qu’il en soit, il parait aujourd’hui évident que le climat général en Algérie n’est aucunement favorable à tout ce qui est marocain, qu’il soit culturel ou économique.

L’hostilité politique algérienne, qui a empêché de plus fortes relations économiques entre nos deux pays, empiète désormais de façon flagrante, assumée et dangereuse sur l’activité économique existante. Conclure des contrats, faire des affaires, importer des produits marocains sera clairement considéré comme une activité suspecte, que ce document soit authentique ou pas.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CTM : Communiqué Financier T1 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.