Intershipping: Les raisons des perturbations selon son DG, Rachid Chrigui

Suite aux perturbations à l'entrée et à l'intérieur du port de Sète, Médias 24 a contacté le DG d'Intershipping, Rachid Chrigui, qui nous a exposé sa version. Ce dernier assure qu'actuellement le trafic est devenu fluide.

Intershipping: Les raisons des perturbations selon son DG, Rachid Chrigui

Le 5 août 2021 à 8h23

Modifié 5 août 2021 à 8h23

Suite aux perturbations à l'entrée et à l'intérieur du port de Sète, Médias 24 a contacté le DG d'Intershipping, Rachid Chrigui, qui nous a exposé sa version. Ce dernier assure qu'actuellement le trafic est devenu fluide.

Après l’affrètement, début juillet, de deux ferries opérés par Intershipping sur les lignes Tanger-Sète et Tanger-Marseille pour faciliter le retour des MRE, de nombreuses familles s’étaient retrouvées bloquées au port de Sète. Dans l’incapacité d’embarquer, certaines ont même dormi pendant quelques jours au port ou dans leurs voitures.

Médias 24 a contacté Rachid Chrigui, directeur général d’Intershipping, qui nous fournit sa version.

Selon lui, deux principales raisons peuvent expliquer ces perturbations. La première est « le report au 10 juillet de la première escale, prévue le 6 juillet, en raison du faible nombre de passagers (57 passagers et 26 voitures) », ce qui a ainsi provoqué la colère de ces derniers, laissés sur le carreau, et donc leur retard à embarquer, passant ainsi des jours dans le port de Sète. Le second facteur est « l’arrivée au port de passagers sans réservation préalable« , créant ainsi un embouteillage à l’entrée et au niveau du port de Sète, qui a été difficile à gérer.

Autre point fortement dénoncé sur les réseaux sociaux par plusieurs MRE, qui voulaient notamment passer l’Aid Al Adha en famille, après près de deux ans d’absence. Il s’agit de la désactivation provisoire de la plateforme web d’Intershipping. Les passagers ne pouvaient plus acheter leurs billets, qui ne se vendent qu’en ligne, ce qui les a poussés à se présenter au niveau du port de Sète pour protester ou essayer d’obtenir des réponses à leurs questions.

Cette désactivation est expliquée par M. Chrigui par « l’attente de la validation définitive du programme de rotations par les autorités portuaires à Sète« . La compagnie attend également le lancement « d’un nouveau site, intégrant l’offre hôtelière« , dont la date ne nous a pas été révélée par notre interlocuteur.

En effet, le site n’est disponible que certains jours par mois, comme constaté par Médias 24. Il reste désactivé pour la plupart du temps.

Au moment de la rédaction de cet article, il était encore une fois inaccessible. La compagnie précise sur sa plateforme que celui-ci « va ouvrir très prochainement« , ajoutant qu' »aucune réservation et aucune vente de billet n’est possible dans le port de Sète », et que « seuls les passagers munis de billets achetés sur notre site web pourront accéder à nos navires ».

Le site précise aussi que « compte tenu de la très forte demande sur ce service, les ventes de billetterie sont suspendues momentanément pour ajuster les capacités ».

Avant l’Aid, la situation a été très compliquée à gérer. « Devant l’impossibilité de vendre des billets au port, plusieurs solutions ont été proposées pour permettre aux passagers d’embarquer avant la fête du sacrifice », nous a fait savoir le DG de la compagnie maritime.

« Pour les personnes sans billets, ceux-ci ont été offerts aux passagers ayant accepté de voyager sans voiture. Nous leur avons offert cette gratuité pour qu’ils puissent utiliser le montant du billet, d’une part pour payer un parking sécurisé à Sète, où ils ont dû laisser leurs véhicules, et d’une autre, pour louer une voiture une fois au Maroc. »

« Pour les personnes sans véhicule, le billet a simplement été offert« , probablement pour débloquer la situation.

« Pour ce qui est des passagers avec réservations, arrivés au port avant la date de leur départ, ou n’ayant pas pu embarquer pour une raison ou une autre, ils ont enfin pris le bateau (Avant l’Aid, NDLR). Pour cette catégorie, Intershipping a pris en charge la location d’un véhicule au Maroc (pour chaque famille, NDLR), en attendant de leur transférer leurs véhicules à Tanger Med le 30 juillet prochain« .

Rachid Chrigui précise toutefois que « ces solutions ont été adoptées exclusivement la veille de l’Aid, et ne pourront être reconduites« .

Et d’ajouter: « les billets ne peuvent être achetés que sur le site d’Intershipping, que la compagnie ouvre avant chaque départ, en attendant la stabilisation du programme de rotations ».

Le DG de la compagnie maritime low-cost nous assure également que « le trafic est fluide actuellement. Nous avons tenu bon et les passagers ont fini par comprendre que les billets ne peuvent être achetés que sur le site web ».

Pour ce qui est des rotations, « les lignes Tanger-Sète et Tanger-Marseille sont effectuées par deux navires (Victoria I et Romantika, NDLR), à raison d’une rotation tous les 4 jours« , ce qui explique la suspension du site web de la compagnie maritime pendant plusieurs jours.

Au 27 juillet 2021, « Intershipping avait effectué 7 rotations, avec 2.200 voitures et 8.500 passagers à bord, soit 314 voitures et 1.214 passagers par départ à partir de Sète, et seulement un départ à partir de Marseille », conclut notre source.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

ALUMINIUM DU MAROC : AVIS RECTIFICATIF DE CONVOCATION ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE – Projet de résolution 2021 06 03

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Élection du bureau du conseil régional de Marrakech-Safi (En direct)

Élection du bureau du conseil régional de Marrakech-Safi (En direct)