Essaouira : les détails de la découverte des plus anciens objets de parure dans la grotte de Bizmoune

Une équipe pluridisciplinaire de scientifiques et d’archéologues a annoncé, mardi 26 octobre, la découvert d'éléments de parure dans la grotte de Bizmoune. Il s'agit de la première trace de comportements symboliques humains datant de plus de 150.000 mille ans.

Essaouira : les détails de la découverte des plus anciens objets de parure dans la grotte de Bizmoune

Le 27 octobre 2021 à 16h21

Modifié 17 novembre 2021 à 9h35

Une équipe pluridisciplinaire de scientifiques et d’archéologues a annoncé, mardi 26 octobre, la découvert d'éléments de parure dans la grotte de Bizmoune. Il s'agit de la première trace de comportements symboliques humains datant de plus de 150.000 mille ans.

32 coquilles façonnées de gastéropodes marins, datant de 142.000 à 150.000 ans, et des artefacts fabriqués à partir de coquilles de Tritia gibbosula (une espèce d’escargot de mer) constitueraient les plus anciens éléments de parure découverts à ce jour. Ils témoigneraient d’un comportement symbolique très ancien chez l’Homo sapiens. L’étude a été publiée dans la revue Science Advances le 22 septembre 2021.

Lors d’une journée d’information, organisée le mardi 26 octobre, sur la découverte de Bizmoune, on apprend que la province d’Essaouira, territoire densément peuplé depuis des milliers d’années, compte de nombreuses grottes aussi bien sur le front atlantique, en montagne qu’en plaine. Sa carte archéologique est particulièrement dense.

Les coquilles façonnées étaient portées en collier, en bracelet, ou attachées aux vêtements. Elles revêtaient plusieurs significations. Elles pouvaient être l’indice de relations très fortes entre les membres d’un même groupe, ou avec d’autres groupes, ou constituer des outils de langue ou d’identité. Il s’agit donc des plus anciennes preuves du comportement symbolique humain. Ainsi la couleur rouge pourrait signifier le sang (la vie) ou les liens de parenté. 

Les objets sont donc porteurs d’une valeur symbolique. Contrairement à la fabrication d’un outil, la symbolique nécessite sa transmission par le langage articulé. Interagir et communiquer avec d’autres groupes devient plus facile par la présence des langues.

A ce sujet,  André Azoulay, conseiller du Roi Mohammed VI, confie que « cette parure est l’une des premières illustrations d’une forme de langage. Cet outil de communication, si l’on peut dire, et les traces d’argan et de thuya vieux de 150.000 ans confirment la place d’Essaouira dans la formidable histoire de la terre et de l’humanité ».

 

Par ailleurs, la présence d’artefacts similaires dans différents sites en Afrique du Nord, en Afrique du Sud et au Levant, posent la question des mouvements de populations sur de longues distances.

« Ces découvertes nous montrent que les mots à caractère social de ces humains étaient en train de se développer, ils apprenaient sûrement à interagir et même à coopérer avec des peuples différents. Essaouira est connue comme un lieu où divers peuples vivaient en paix. Les preuves de Bizmoune nous disent que cela a vraisemblablement été le cas il y a 150.000 ans », analyse Steve Kuhn, professeur à l’Université d’Arizona.

Une autre hypothèse, discutée lors de cette rencontre, postule que ces objets auraient pu être utilisés comme monnaie d’échange.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Immorente Invest : Indicateurs d’activité du 3ème trimestre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.