Le tribunal de commerce vient de prononcer l’extension de la liquidation de la Samir à ses dirigeants, parmi lesquels Al Amoudi et Baâmar. Mustapha Amhal et Mohamed Bensalah ont échappé aux sanctions.

Ce jugement fera date. Le tribunal de commerce de Casablanca a décidé, ce lundi 5 novembre, d’étendre la liquidation de la Samir aux patrimoines de Mohamed El Husein Al amoudi (PDG), Jamal Baâmar (DG) et d'autres dirigeants. Leur responsabilité dans la déroute de l’unique raffinerie marocaine a été retenue par l’instance présidée par Mehdi Salem, juge chargé du dossier.

Les concernés ont, en outre, été frappés de la déchéance commerciale pour une durée de 5 ans. 

Administrateurs au sein du conseil d'administration de la Samir, Mohamed Bensalah (PDG d'Holmarcom) et Mustapha Amhal ne font pas partie des dirigeants sanctionnés. 

La liste des dirigeants sanctionnés est constituée de :

- Mohamed Houcine Al Amoudi (PDG)

- Jamal Mohamed Baamer (DG)

- Bassam Felix Aburdene (administrateur)

- Jason T.Milazzo (administrateur)

- Lars Nelson (administrateur)

-George Salem (administrateur)

Le tribunal a fait application de l'article 740 du code de commerce (la dernière version). La procédure sera menée par Abderrafi Bouhamria, juge-commissaire et Abdelkbir Safadi en tant que syndic. Ces mêmes personnes assurent la gestion de la liquidation de la Samir. 

>> Lire aussi : Extension de la liquidation: Qui sont Hôtelière Samir et Corral Hôtel Resort & Company ?

Par ailleurs, la société hôtelière Samir et Corral hôtel resorts & compagny ont été également condamnées à l’extension. Le juge a considéré qu’il existe une confusion de patrimoines entre le raffineur et ces entités. En revanche, TSPP, la SDCC et Salam Gaz ont échappé à cette sanction. Ces sociétés dans lesquelles la Samir détient des parts sociales étaient sous la menace d'une extension. 

Révélé par Médias24, le dossier remonte à 2017. La demande d'extension avait été introduite le 30 novembre de cette année par Mohamed El Krimi, ex-syndic chargé de la liquidation de la Samir. Dans sa requête appuyée par un rapport (dont Médias24 détenait copie dès la révélation de l'affaire en 2017), il énumère les fautes de gestion qui, selon lui, ont été commises par le management du raffineur et conduit à sa perte. Le juge-commissaire avait, quelques semaines plus tard, lui aussi dressé un rapport où il appuie la requête du liquidateur.

Lire aussi :

Samir : le parquet requiert l’extension de la liquidation aux biens des dirigeants

Samir. Liquidation des biens des dirigeants : en attendant le jugement, retour sur un dossier sensible

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le tribunal de commerce vient de prononcer l’extension de la liquidation de la Samir à ses dirigeants, parmi lesquels Al Amoudi et Baâmar. Mustapha Amhal et Mohamed Bensalah ont échappé aux sanctions.

Ce jugement fera date. Le tribunal de commerce de Casablanca a décidé, ce lundi 5 novembre, d’étendre la liquidation de la Samir aux patrimoines de Mohamed El Husein Al amoudi (PDG), Jamal Baâmar (DG) et d'autres dirigeants. Leur responsabilité dans la déroute de l’unique raffinerie marocaine a été retenue par l’instance présidée par Mehdi Salem, juge chargé du dossier.

Les concernés ont, en outre, été frappés de la déchéance commerciale pour une durée de 5 ans. 

Administrateurs au sein du conseil d'administration de la Samir, Mohamed Bensalah (PDG d'Holmarcom) et Mustapha Amhal ne font pas partie des dirigeants sanctionnés. 

La liste des dirigeants sanctionnés est constituée de :

- Mohamed Houcine Al Amoudi (PDG)

- Jamal Mohamed Baamer (DG)

- Bassam Felix Aburdene (administrateur)

- Jason T.Milazzo (administrateur)

- Lars Nelson (administrateur)

-George Salem (administrateur)

Le tribunal a fait application de l'article 740 du code de commerce (la dernière version). La procédure sera menée par Abderrafi Bouhamria, juge-commissaire et Abdelkbir Safadi en tant que syndic. Ces mêmes personnes assurent la gestion de la liquidation de la Samir. 

>> Lire aussi : Extension de la liquidation: Qui sont Hôtelière Samir et Corral Hôtel Resort & Company ?

Par ailleurs, la société hôtelière Samir et Corral hôtel resorts & compagny ont été également condamnées à l’extension. Le juge a considéré qu’il existe une confusion de patrimoines entre le raffineur et ces entités. En revanche, TSPP, la SDCC et Salam Gaz ont échappé à cette sanction. Ces sociétés dans lesquelles la Samir détient des parts sociales étaient sous la menace d'une extension. 

Révélé par Médias24, le dossier remonte à 2017. La demande d'extension avait été introduite le 30 novembre de cette année par Mohamed El Krimi, ex-syndic chargé de la liquidation de la Samir. Dans sa requête appuyée par un rapport (dont Médias24 détenait copie dès la révélation de l'affaire en 2017), il énumère les fautes de gestion qui, selon lui, ont été commises par le management du raffineur et conduit à sa perte. Le juge-commissaire avait, quelques semaines plus tard, lui aussi dressé un rapport où il appuie la requête du liquidateur.

Lire aussi :

Samir : le parquet requiert l’extension de la liquidation aux biens des dirigeants

Samir. Liquidation des biens des dirigeants : en attendant le jugement, retour sur un dossier sensible

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.