Dans la procédure de sauvegarde de Stoc Industrie, Air Liquid Maroc est le premier contrôleur nommé par le juge-commissaire. La Banque centrale populaire et un salarié de Stroc, affilié à l'UMT, attendent leurs nominations.

Stroc Industrie a 4 mois supplémentaires pour présenter son plan de sauvegarde. Ce nouveau délai lui a été octroyé par le tribunal de commerce qui s’est prononcé le 22 novembre. Désigné le 12 juillet, jour de la mise en sauvegarde de l’entreprise, le syndic judiciaire Mohamed Tougani n’a pas pu déposer son rapport lors du premier délai (4 mois) qui s’est écoulé le 12 novembre.

Avec cette prolongation, Stroc reste officiellement en phase «d’observation». S’étendant de la mise en sauvegarde à la date de validation du plan, cette période empêche et suspend d’éventuelles poursuites enclenchées par des créanciers, tout en arrêtant les cours d’intérêts conventionnels ou légaux.

Le nouveau délai s’achèvera le 12 février 2019. D’ici là, le syndic devra préparer rapport sur le bilan de l’entreprise. C’est au vu de ce bilan qu’il va proposer soit la validation du plan de sauvegarde, soit la mise en redressement de Stroc et au pire des cas, la liquidation.

Chargé de la procédure, le juge-commissaire Mehdi Salem n’a pas encore débuté les vérifications de créances en audience. Certains créanciers, notamment étrangers, n’ont pas encore été notifiés. A l’aide de Stroc, le syndic s’y attèle. Selon une source judiciaire, justifie d'une dette fournisseurs supérieure à à 377,86 MDH.

Le juge-commissaire aura donc fort à faire. Pour l’assister dans ses missions, il a désigné Air Liquid Maroc en tant que contrôleur à la procédure. Son ordonnance a été émise le 19 novembre. Créancière de Stroc, cette entreprise spécialisée dans le gaz industriel aura pour rôle de représenter la masse des créanciers.

La Banque populaire a également soumis une demande en ce sens. Le juge-commissaire se prononcera le 3 décembre prochain. Il devra, à la même date, trancher une troisième demande similaire. Elle émane cette foi-ci de Khalid Marita de l’Union marocaine du travail. Ce dernier se positionne en tant que représentant des salariés.

La société a convoqué une assemblée générale pour le 22 décembre. Sept points sont inscrits à l’ordre du jour, dont l’approbation des comptes de Stroc au titre de l’année 2017. La perte au cours de cet exercice s’élève à 104 MDH.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Dans la procédure de sauvegarde de Stoc Industrie, Air Liquid Maroc est le premier contrôleur nommé par le juge-commissaire. La Banque centrale populaire et un salarié de Stroc, affilié à l'UMT, attendent leurs nominations.

Stroc Industrie a 4 mois supplémentaires pour présenter son plan de sauvegarde. Ce nouveau délai lui a été octroyé par le tribunal de commerce qui s’est prononcé le 22 novembre. Désigné le 12 juillet, jour de la mise en sauvegarde de l’entreprise, le syndic judiciaire Mohamed Tougani n’a pas pu déposer son rapport lors du premier délai (4 mois) qui s’est écoulé le 12 novembre.

Avec cette prolongation, Stroc reste officiellement en phase «d’observation». S’étendant de la mise en sauvegarde à la date de validation du plan, cette période empêche et suspend d’éventuelles poursuites enclenchées par des créanciers, tout en arrêtant les cours d’intérêts conventionnels ou légaux.

Le nouveau délai s’achèvera le 12 février 2019. D’ici là, le syndic devra préparer rapport sur le bilan de l’entreprise. C’est au vu de ce bilan qu’il va proposer soit la validation du plan de sauvegarde, soit la mise en redressement de Stroc et au pire des cas, la liquidation.

Chargé de la procédure, le juge-commissaire Mehdi Salem n’a pas encore débuté les vérifications de créances en audience. Certains créanciers, notamment étrangers, n’ont pas encore été notifiés. A l’aide de Stroc, le syndic s’y attèle. Selon une source judiciaire, justifie d'une dette fournisseurs supérieure à à 377,86 MDH.

Le juge-commissaire aura donc fort à faire. Pour l’assister dans ses missions, il a désigné Air Liquid Maroc en tant que contrôleur à la procédure. Son ordonnance a été émise le 19 novembre. Créancière de Stroc, cette entreprise spécialisée dans le gaz industriel aura pour rôle de représenter la masse des créanciers.

La Banque populaire a également soumis une demande en ce sens. Le juge-commissaire se prononcera le 3 décembre prochain. Il devra, à la même date, trancher une troisième demande similaire. Elle émane cette foi-ci de Khalid Marita de l’Union marocaine du travail. Ce dernier se positionne en tant que représentant des salariés.

La société a convoqué une assemblée générale pour le 22 décembre. Sept points sont inscrits à l’ordre du jour, dont l’approbation des comptes de Stroc au titre de l’année 2017. La perte au cours de cet exercice s’élève à 104 MDH.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.