Menu
facebook twitter
 
.
.
Page d'accueil ECONOMIE ENTREPRISES

CGEM: Démonstration de force de Mezouar-Mekouar à Casablanca 

Mercredi 16 mai 2018 à 01h10
CGEM: Démonstration de force de Mezouar-Mekouar à Casablanca
 

Mardi a été la journée du binôme Mezouar-Mekouar dans la course à la présidence de la CGEM. Les deux candidats à la présidence et vice-présidence générale de la CGEM ont tenu ce 15 mai, un jour après leurs concurrents, leur meeting électoral et ont présenté leur programme « Élan pour tous ».

Après plusieurs semaines de rencontres et de réunions avec différentes fédérations, associations, régions... le duo Mezouar/ Mekouar a dévoilé son programme ce 15 mai lors d’un grand meeting à Casablanca, qui a connu la présence de plusieurs grands patrons, de leaders d’importantes associations professionnelles, de présidents de fédérations ou de commissions.

De nombreux  patrons ont fait le déplacement ce mardi en fin de journée. Ce qui est interprété par Mezouar comme « un message de confiance et d’encouragement ». Si le duo Marrakchi/Benhida est soutenu par deux anciens présidents du patronat que sont Abderrahim Lahjouji et Hassan Chami, Mezouar a également des soutiens parmi les anciens. 

« Je tiens à remercier le président de la CGEM Abderrahmane Bennani-Smires et un des piliers infatigables de la CGEM Ahmed Benkirane », dit-il. « Ssi Lahjouji qui est à Rabat et Ssi Chami qui a une contrainte m’ont chargé de vous transmettre leurs meilleures salutations et nous ont assuré de leur encouragement pour continuer dans cette dynamique sympathique », ajoute-t-il. 

Le duo entame alors la présentation du programme conçu « dans une démarche de concertation ». L’enjeu de ce plan d’action « qui peut encore être sujet à modification et à débat » est de « ré-impulser une nouvelle dynamique vertueuse par la confiance et la compétitivité ». 

Mezouar explique que « cette décennie est différente car elle est marquée par une croissance atone, sans emploi, par une panne de confiance, un manque de visibilité dans un contexte vulnérable et incertain…». « Dans cette incertitude, le secteur privé doit se prendre en charge et construire l’avenir main dans la main avec l’administration », explique l’ex-ministre, candidat à la présidence de la CGEM.

Pour ce faire, la feuille de route du duo Mezouar/Mekouar est structurée autour de 6 axes, 26 chantiers et 90 pistes de mesures. 

Les axes s’articulent ainsi: 

- Choc de compétitivité et amélioration tangible de l’offre Maroc sur tous les fronts.

- Soutien volontariste à la PME/TPE et régénération par les startups (Club Croissance).

- Renforcement de l’attractivité des territoires et implication accrue de l’investissement privé dans le développement des services aux citoyens.

- Capital humain et recentrage du dialogue social, clés de compétitivité de nos entreprises.

- Positionnement volontariste sur de nouveaux relais de croissance au bénéfice de tous les acteurs.

- Solutions sectorielles spécifiques couvrant tous les secteurs critiques. 

Parmi les principales mesures détaillées lors du meeting: 

- Suppression de la TVA sur les investissements.

- Allègement de la charge fiscale.

- Lutte contre les importations sauvages, notamment sur les produits finis.

- Co-leadership de la CGEM dans la mise en place des CRI 2.0.

- 'Reengineering' de la formation professionnelle continue.

- Création d’un observatoire des métiers.

- Création d’un club investisseurs Afrique et meilleure intégration au patronat africain.

- Production de normes.

 

Plus de détails ici

La présentation du programme détaillé a été le fil conducteur de toute la soirée, ce qui n’a pas empêché Mezouar de répondre indirectement, parfois même de façon directe, à son concurrent notamment sur la question de son appartenance politique au RNI.

Florilège des paroles de Mezouar

« Il faut remettre le secteur privé au cœur de l’équation du nouveau modèle de développement économique.»

« L’argent est devenu tabou chez nous. Tout le monde a peur de dire qu’il gagne de l’argent. J’ai comme l’impression des fois, en écoutant les brouhahas ici et là, que la vocation d’une entreprise est de perdre de l’argent. C’est grave ce qui se passe. Il faut avoir le courage de porter les vraies valeurs et ramener les gens au sens des réalités. L’entreprise privée porte dans ses gênes la nécessité de créer de la valeur pour gagner de l’argent et continuer à prospérer ».

« En 2004 déjà, Ahmed Benkirane me voyait président de la CGEM. Beaucoup d’encre a coulé sur cette histoire d’appartenance politique. Je suis fier de mon parcours. Faire de la politique au niveau où je l’ai faite, il faut se lever de bonne heure. Il faut être capable de porter et de supporter parce que la politique, c’est d’abord des coups et peu de reconnaissance. Mais c’est une grande école de la vie.»

« J’ai déposé ma candidature à la CGEM qui a été acceptée et validée. Cela veut dire qu’il n’y a pas d’incompatibilité. »

« Ce qui me gêne dans tout cela, c’est la manière avec laquelle on a essayé d’utiliser cela dans le débat et d’amener les membres de la CGEM à avoir un débat politique au milieu d’un débat sur les programmes. Attention, je ne suis pas candidat d’un parti politique. Penser qu’un parti puisse faire une OPA sur la CGEM, c’est infantiliser la CGEM et manquer de respect vis-à-vis de l’intelligence collective ».

.
Signaler une erreurAjouter un commentaire
.
.

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

Guide offert par
.
.
.
.
.
.
 
Abonnez vous à nos newsletters et alertes
.
TOUT LE FIL
Close