C’est un cas unique dans l’agriculture marocaine. Le groupe Cosumar a finalisé en décembre 2018 le déploiement de son dispositif «Attaissir»: 80.000 agriculteurs sucriers ont été équipés en cartes à puce afin d’améliorer leur productivité et faciliter leur quotidien. Les détails.

La filière sucrière, l’une des mieux structurées de l’agriculture marocaine, ambitionne d’améliorer encore plus ses indicateurs à travers la digitalisation. Développé par le groupe Cosumar, le dispositif Attaissir permet, grâce à des cartes à puce remises à 80.000 agriculteurs, d’effectuer une prise en charge intégrée de:

-l’encadrement technique et agronomique des agriculteurs pour un meilleur suivi.

-le suivi par géolocalisation des parcelles de plantes sucrières.

-la planification et le suivi de la production, des semis à la récolte jusqu’au transport vers les usines.

-le pilotage continu des centres de distribution des intrants agricoles, ainsi que des prestataires de services œuvrant dans l’amont de l’écosystème sucrier.

Chaque agriculteur est doté d’une carte à puce personnalisée (et gratuite) assurant une traçabilité sur l’ensemble de la chaîne de valeur sucrière. Elle apporte plus de confort dans le quotidien des partenaires agricoles de la Cosumar et leur permet de suivre, en temps réel et en toute transparence, les opérations liées à leur activité.

«Le contrat liant l’agriculteur à la Cosumar comporte un ensemble d’informations telles que la superficie de la parcelle, ainsi que la nature des intrants nécessaires. Ces données sont stockées sur la carte à puce, l’agriculteur n’ayant qu’à la présenter à son conseiller agricole pour récupérer les intrants dont il a besoin, en quantités appropriés», explique le management de la Cosumar.

Avant le déploiement du dispositif Attaissir, lorsque tout était fait manuellement, l’agriculteur devait se rendre physiquement auprès de son conseiller agricole, qui effectue la collecte d’informations afin de calculer les besoins de l’agriculteur en intrants. Une démarche chronophage.

Désormais, l’agriculteur se rend au Centre de distribution agricole (CDA) le plus proche, muni de sa carte à puce. La lecture des données permet d’approvisionner directement l’agriculteur en intrants adéquats et en quantités nécessaires. A la clé, un gain de temps pour l’agriculteur, mais aussi pour le conseiller agricole. Ce dernier, délesté de toute paperasse chronophage, peut désormais se concentrer sur le cœur de son métier qui est l’accompagnement technique et le conseil agricole au sens large.

«On redonne à l’agriculteur l’opportunité de bénéficier d’un accompagnement agricole personnalisé et pointu» se félicite-t-on au sein de la Cosumar.

Un pilotage digital aux niveaux local et régional

Toutes les sucreries (unités d’extraction de sucre) de la Cosumar ont été équipées en centres de contrôle, qui confèrent la possibilité de suivre en temps réel l’évolution de la campagne agricole. Les données sont consolidées afin d’effectuer également un pilotage local et régional.

Attaissir s’étend également aux machines agricoles, qui sont équipées de capteurs destinés à déterminer le moment opportun des récoltes en fonction de leur maturité, le tracé des machines qui doit être très rectiligne, leur vitesse qui diffère selon les semis et les récoltes,… Un travail de précision car tout écart peut avoir des conséquences néfastes sur la productivité des agriculteurs.

Lorsqu’une anomalie est automatiquement détectée, une alerte est déclenchée au niveau du centre de contrôle, afin d’ajuster les paramètres et réagir en temps réel. Chaque champ étant associé à un conseiller agricole, qui est en général la première personne contactée pour rectifier la situation.

Un parc de 1.500 machines agricoles au total est ainsi équipé de capteurs: camions de transport, tracteurs, machines de semis… Ces dernières jouent un rôle particulier dans la chaîne de valeur sucrière: «tout camion est équipé d’un GPS et d’un lecteur de cartes magnétiques. Lorsque l’agriculteur charge sa récolte, le transporteur scanne la carte à puce. Ce qui permet de géolocaliser l’origine du chargement et, suite à la pesée, de déterminer automatiquement la rémunération de chaque agriculteur», précise le management de la Cosumar.

Il faudra attendre le terme de l’actuelle campagne sucrière pour en mesurer l’impact réel. Mais selon la Cosumar, l’on commence d’ores et déjà à percevoir l’impact positif de Attaissir sur les rendements agricoles.

Une dizaine de sociétés ont participé au développement du projet Attaissir. Parmi elles, une start-up marocaine fondée par des jeunes «sans grande expérience mais avec un grand potentiel», selon les propres termes du management de la Cosumar. Spécialisée en géolocalisation, la start-up marocaine a ainsi été d’un grand apport dans la concrétisation du projet Attaissir, alors que c’est son premier contrat avec une grande société.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

C’est un cas unique dans l’agriculture marocaine. Le groupe Cosumar a finalisé en décembre 2018 le déploiement de son dispositif «Attaissir»: 80.000 agriculteurs sucriers ont été équipés en cartes à puce afin d’améliorer leur productivité et faciliter leur quotidien. Les détails.

La filière sucrière, l’une des mieux structurées de l’agriculture marocaine, ambitionne d’améliorer encore plus ses indicateurs à travers la digitalisation. Développé par le groupe Cosumar, le dispositif Attaissir permet, grâce à des cartes à puce remises à 80.000 agriculteurs, d’effectuer une prise en charge intégrée de:

-l’encadrement technique et agronomique des agriculteurs pour un meilleur suivi.

-le suivi par géolocalisation des parcelles de plantes sucrières.

-la planification et le suivi de la production, des semis à la récolte jusqu’au transport vers les usines.

-le pilotage continu des centres de distribution des intrants agricoles, ainsi que des prestataires de services œuvrant dans l’amont de l’écosystème sucrier.

Chaque agriculteur est doté d’une carte à puce personnalisée (et gratuite) assurant une traçabilité sur l’ensemble de la chaîne de valeur sucrière. Elle apporte plus de confort dans le quotidien des partenaires agricoles de la Cosumar et leur permet de suivre, en temps réel et en toute transparence, les opérations liées à leur activité.

«Le contrat liant l’agriculteur à la Cosumar comporte un ensemble d’informations telles que la superficie de la parcelle, ainsi que la nature des intrants nécessaires. Ces données sont stockées sur la carte à puce, l’agriculteur n’ayant qu’à la présenter à son conseiller agricole pour récupérer les intrants dont il a besoin, en quantités appropriés», explique le management de la Cosumar.

Avant le déploiement du dispositif Attaissir, lorsque tout était fait manuellement, l’agriculteur devait se rendre physiquement auprès de son conseiller agricole, qui effectue la collecte d’informations afin de calculer les besoins de l’agriculteur en intrants. Une démarche chronophage.

Désormais, l’agriculteur se rend au Centre de distribution agricole (CDA) le plus proche, muni de sa carte à puce. La lecture des données permet d’approvisionner directement l’agriculteur en intrants adéquats et en quantités nécessaires. A la clé, un gain de temps pour l’agriculteur, mais aussi pour le conseiller agricole. Ce dernier, délesté de toute paperasse chronophage, peut désormais se concentrer sur le cœur de son métier qui est l’accompagnement technique et le conseil agricole au sens large.

«On redonne à l’agriculteur l’opportunité de bénéficier d’un accompagnement agricole personnalisé et pointu» se félicite-t-on au sein de la Cosumar.

Un pilotage digital aux niveaux local et régional

Toutes les sucreries (unités d’extraction de sucre) de la Cosumar ont été équipées en centres de contrôle, qui confèrent la possibilité de suivre en temps réel l’évolution de la campagne agricole. Les données sont consolidées afin d’effectuer également un pilotage local et régional.

Attaissir s’étend également aux machines agricoles, qui sont équipées de capteurs destinés à déterminer le moment opportun des récoltes en fonction de leur maturité, le tracé des machines qui doit être très rectiligne, leur vitesse qui diffère selon les semis et les récoltes,… Un travail de précision car tout écart peut avoir des conséquences néfastes sur la productivité des agriculteurs.

Lorsqu’une anomalie est automatiquement détectée, une alerte est déclenchée au niveau du centre de contrôle, afin d’ajuster les paramètres et réagir en temps réel. Chaque champ étant associé à un conseiller agricole, qui est en général la première personne contactée pour rectifier la situation.

Un parc de 1.500 machines agricoles au total est ainsi équipé de capteurs: camions de transport, tracteurs, machines de semis… Ces dernières jouent un rôle particulier dans la chaîne de valeur sucrière: «tout camion est équipé d’un GPS et d’un lecteur de cartes magnétiques. Lorsque l’agriculteur charge sa récolte, le transporteur scanne la carte à puce. Ce qui permet de géolocaliser l’origine du chargement et, suite à la pesée, de déterminer automatiquement la rémunération de chaque agriculteur», précise le management de la Cosumar.

Il faudra attendre le terme de l’actuelle campagne sucrière pour en mesurer l’impact réel. Mais selon la Cosumar, l’on commence d’ores et déjà à percevoir l’impact positif de Attaissir sur les rendements agricoles.

Une dizaine de sociétés ont participé au développement du projet Attaissir. Parmi elles, une start-up marocaine fondée par des jeunes «sans grande expérience mais avec un grand potentiel», selon les propres termes du management de la Cosumar. Spécialisée en géolocalisation, la start-up marocaine a ainsi été d’un grand apport dans la concrétisation du projet Attaissir, alors que c’est son premier contrat avec une grande société.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.