Le secrétariat d’Etat au Développement durable a publié son bilan 2018. Les réalisations du programme national de déchets ménagers demeurent faibles. Le Maroc a atteint un taux de collecte de 85,2%, mais le nombre des décharges contrôlées n’est que de 22,27% du total. La revalorisation des déchets est encore très faible: seulement 10% des quantités acheminées vers les décharges contrôlées. Le budget prévisionnel de 2019 affiche une baisse de 25%.

Jeudi 1er novembre 2018, la secrétaire d’Etat chargée du développement durable, Nezha El Ouafi a présenté le bilan de l’exercice 2018 et le plan d’Action 2019 de son département devant les députés, dans le cadre de l'examen du PLF 2019.

L'occasion de présenter également les résultats d'une étude relative au coût de la dégradation de l'environnement, réalisée en 2018.

Ladite étude a révélé un recul de la qualité de l'air et donc une augmentation du coût de la dégradation à 1,05% du PIB, soit 9,7 MMDH (perte annuelle pour réparer les dégâts).

Toutefois, les coûts de dégradation de l'eau (1,26% du PIB) et ceux des déchets (0,4% du PIB) ont diminué, selon la même étude.

Les progrès sont dus principalement, selon la secrétaire d'Etat, aux résultats du programme national d'assainissement liquide (PNA) et du programme national des déchets ménagers (PNDM).

Programme national des déchets ménagers

La quantité de déchets ménagers produite en milieu urbain a atteint 5,3 millions de tonnes en 2014 (dernière donnée disponible). Elle devrait atteindre 6,2 millions de tonnes en 2020, selon les estimations du ministère de tutelle.

A fin septembre 2018, le PNDM a réussi à atteindre un taux de collecte des déchets de 85,2%. Un niveau proche de l'objectif à l'horizon 2022.

62,44% des déchets ménagers des 9 premiers mois de 2018 ont été stockés dans des centres d’enfouissement et de valorisation (décharges contrôlées).

Toutefois, les réalisations du programme restent étroites dans le domaine de la réhabilitation des décharges sauvages et la revalorisation des déchets.

A fin septembre, seulement 49 décharges non-contrôlées ont été réhabilitées, soit un taux de 22,27%. Le nombre de décharges contrôlées construites ne dépasse pas 25 décharges.

La filière de «tri-recyclage-valorisation» affiche un faible taux à fin septembre. 10% seulement des déchets conduits aux décharges contrôlées sont revalorisés.

L’enveloppe financière allouée aux investissements dans le cadre du programme pour l’exercice 2018 est de 250 MDH, contre 289 MDH en 2017.

Le budget baissera encore pour atteindre les 200 MDH selon les prévisions de 2019 (PLF 2019).

Budget annuel du programme national de déchets ménagers en MDH
 
 

Rappelons que le programme vise à porter le pourcentage de collecte des déchets à 90% d'ici 2022.

Selon la secrétariat d'Etat, le taux d'achèvement des centres d'enfouissement et de réhabilitation de toutes les décharges sauvages devrait atteindre 100% à l'horizon 2022.

220 décharges non surveillées devront être fermées d’ici cette date.

S'agissant de la filière de revalorisation, le programme ambitionne d'atteindre un taux de déchets revalorisés en décharges contrôlées de 20% en 2020.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le secrétariat d’Etat au Développement durable a publié son bilan 2018. Les réalisations du programme national de déchets ménagers demeurent faibles. Le Maroc a atteint un taux de collecte de 85,2%, mais le nombre des décharges contrôlées n’est que de 22,27% du total. La revalorisation des déchets est encore très faible: seulement 10% des quantités acheminées vers les décharges contrôlées. Le budget prévisionnel de 2019 affiche une baisse de 25%.

 

Jeudi 1er novembre 2018, la secrétaire d’Etat chargée du développement durable, Nezha El Ouafi a présenté le bilan de l’exercice 2018 et le plan d’Action 2019 de son département devant les députés, dans le cadre de l'examen du PLF 2019.

L'occasion de présenter également les résultats d'une étude relative au coût de la dégradation de l'environnement, réalisée en 2018.

Ladite étude a révélé un recul de la qualité de l'air et donc une augmentation du coût de la dégradation à 1,05% du PIB, soit 9,7 MMDH (perte annuelle pour réparer les dégâts).

Toutefois, les coûts de dégradation de l'eau (1,26% du PIB) et ceux des déchets (0,4% du PIB) ont diminué, selon la même étude.

Les progrès sont dus principalement, selon la secrétaire d'Etat, aux résultats du programme national d'assainissement liquide (PNA) et du programme national des déchets ménagers (PNDM).

Programme national des déchets ménagers

La quantité de déchets ménagers produite en milieu urbain a atteint 5,3 millions de tonnes en 2014 (dernière donnée disponible). Elle devrait atteindre 6,2 millions de tonnes en 2020, selon les estimations du ministère de tutelle.

A fin septembre 2018, le PNDM a réussi à atteindre un taux de collecte des déchets de 85,2%. Un niveau proche de l'objectif à l'horizon 2022.

62,44% des déchets ménagers des 9 premiers mois de 2018 ont été stockés dans des centres d’enfouissement et de valorisation (décharges contrôlées).

Toutefois, les réalisations du programme restent étroites dans le domaine de la réhabilitation des décharges sauvages et la revalorisation des déchets.

A fin septembre, seulement 49 décharges non-contrôlées ont été réhabilitées, soit un taux de 22,27%. Le nombre de décharges contrôlées construites ne dépasse pas 25 décharges.

La filière de «tri-recyclage-valorisation» affiche un faible taux à fin septembre. 10% seulement des déchets conduits aux décharges contrôlées sont revalorisés.

L’enveloppe financière allouée aux investissements dans le cadre du programme pour l’exercice 2018 est de 250 MDH, contre 289 MDH en 2017.

Le budget baissera encore pour atteindre les 200 MDH selon les prévisions de 2019 (PLF 2019).

Budget annuel du programme national de déchets ménagers en MDH
 
 

Rappelons que le programme vise à porter le pourcentage de collecte des déchets à 90% d'ici 2022.

Selon la secrétariat d'Etat, le taux d'achèvement des centres d'enfouissement et de réhabilitation de toutes les décharges sauvages devrait atteindre 100% à l'horizon 2022.

220 décharges non surveillées devront être fermées d’ici cette date.

S'agissant de la filière de revalorisation, le programme ambitionne d'atteindre un taux de déchets revalorisés en décharges contrôlées de 20% en 2020.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.