Le Roi Mohammed VI au centenaire de l’armistice

La participation du Roi Mohammed VI à la cérémonie internationale de commémoration du Centenaire de l’Armistice, organisée dimanche à Paris, est un hommage aux soldats marocains qui avaient combattu pour les idéaux de liberté et de paix pendant la première guerre mondiale et un témoignage de l’amitié qui lie le Maroc et la France.

Mohammed VI, Donald Trump, Angela Merkel, Emmanuel Macron, et Vladimir Poutine sont aux premiers rangs lors de la cérémonie internationale de commémoration du centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918.

Plus de 80 chefs d'Etat et de gouvernement ont répondu présents à l'invitation du président français qui voulait faire de ce centenaire de la fin de la première guerre mondiale un événement qui rassemble la communauté internationale autour d'un message de paix. 

La participation du Roi Mohammed VI, accompagné du prince héritier Moulay El Hassan à cet événement est un témoignage de l’amitié qui lie le Maroc et la France et un hommage aux soldats marocains qui avaient combattu pour les idéaux de liberté et de paix pendant la première guerre mondiale.

C'est également un message fort à l’adresse de la communauté internationale témoignant de l’engagement du Royaume en faveur de la paix et de la stabilité dans le monde, et de son action pour la promotion du multilatéralisme et la défense des valeurs universelles de démocratie, de liberté et d’égalité.

Cette cérémonie se veut aussi un devoir de mémoire pour se remémorer le sacrifice de tous les soldats ayant participé à cette guerre, quels que soient leur drapeau, leur pays, leur foi, leur nationalité, pour le triomphe de ces idéaux universels. Elle offre également l’opportunité d’honorer les nombreuses victimes marocaines qui ont écrit une page de l’histoire maroco-française.

Le programme de la cérémonie, qui s’est déroulée à l’Arc de Triomphe, a débuté par le salut aux porte-drapeaux, la revue des troupes, l'appel des soldats morts pour la France, l’exécution de la "sonnerie aux morts", en prélude à une minute de silence, puis l’interprétation de “La Marseillaise” par le Chœur de l’armée française.

Ce cérémonial a également été ponctué par une séquence artistique et mémorielle consistant en l'interprétation par le violoncelliste Yo-Yo Ma de la Sarabande de la suite n°5 de Johann Sebastian Bach, la lecture, par des lycéens, de témoignages internationaux écrits dans le jour de l’Armistice, et un chant de gratitude pour le dévouement d’autrui, ainsi que la célébration du vivre ensemble interprété par la chanteuse béninoise, Angélique Kidjo.

Le Président français Emmanuel Macron a, ensuite, prononcé un discours dans lequel il a formé le vœu que le rassemblement d'aujourd'hui puisse ne pas être celui d'un jour, appelant à ce que ''la fraternité nous amène le seul combat qui vaille, le combat de la paix, d'un monde meilleur'', tout en saluant l'amitié entre les peuples.

Après avoir souligné que la leçon de la Grande Guerre ne peut être celle de la rancœur des autres, le chef de l’État français a regretté que les démons anciens resurgissent.

''L'histoire menace parfois de reprendre son cours tragique et de compromettre notre espoir de paix. Faisons le serment de placer la paix le plus haut que tout'', a-t-il plaidé.

Il a appelé, dans ce contexte, ses pairs à refuser ''la fascination pour le replis, la violence et la domination'', qui serait une erreur pour les générations futures.

Aux chefs d’État, de gouvernement et aux hautes personnalités présentes, le président français a souligné : ''Nous tous, en ce 11 novembre 2018, devons réaffirmer devant les peuples notre responsabilité de transmettre aux générations futures le monde dont les générations d'avant ont rêvé'', appelant ses pairs à conjurer, ensemble, les menaces que sont le réchauffement climatique, la pauvreté et l'ignorance.

C’est d’ailleurs l’objectif principal du forum de Paris sur la Paix organisé le même jour dans le cadre de cette commémoration et destiné à réaffirmer l’importance du multilatéralisme et de l’action collective pour construire l’avenir de l'humanité dans la paix.

Conçu comme une réponse à la montée des tensions du monde contemporain, ce Forum ambitionne d’être le lieu des avancées coopératives dans les domaines de la paix et de la sécurité, de l’environnement, du développement, des nouvelles technologies et de l’économie inclusive.

Il réunit autour de porteurs de projet issus du monde entier, des responsables politiques et économiques et l’ensemble des acteurs de la société civile (entreprises, ONG, fondations, think tanks, médias, syndicats, représentants religieux, philanthropes, experts...), partie prenante de la gouvernance mondiale.

(Avec MAP)

>>Lire aussi: Arrivée du Roi Mohammed VI au Palais de l’Élysée

 

 

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
Le Roi Mohammed VI au centenaire de l’armistice

La participation du Roi Mohammed VI à la cérémonie internationale de commémoration du Centenaire de l’Armistice, organisée dimanche à Paris, est un hommage aux soldats marocains qui avaient combattu pour les idéaux de liberté et de paix pendant la première guerre mondiale et un témoignage de l’amitié qui lie le Maroc et la France. 

 

Mohammed VI, Donald Trump, Angela Merkel, Emmanuel Macron, et Vladimir Poutine sont aux premiers rangs lors de la cérémonie internationale de commémoration du centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918.

Plus de 80 chefs d'Etat et de gouvernement ont répondu présents à l'invitation du président français qui voulait faire de ce centenaire de la fin de la première guerre mondiale un événement qui rassemble la communauté internationale autour d'un message de paix. 

La participation du Roi Mohammed VI, accompagné du prince héritier Moulay El Hassan à cet événement est un témoignage de l’amitié qui lie le Maroc et la France et un hommage aux soldats marocains qui avaient combattu pour les idéaux de liberté et de paix pendant la première guerre mondiale.

C'est également un message fort à l’adresse de la communauté internationale témoignant de l’engagement du Royaume en faveur de la paix et de la stabilité dans le monde, et de son action pour la promotion du multilatéralisme et la défense des valeurs universelles de démocratie, de liberté et d’égalité.

Cette cérémonie se veut aussi un devoir de mémoire pour se remémorer le sacrifice de tous les soldats ayant participé à cette guerre, quels que soient leur drapeau, leur pays, leur foi, leur nationalité, pour le triomphe de ces idéaux universels. Elle offre également l’opportunité d’honorer les nombreuses victimes marocaines qui ont écrit une page de l’histoire maroco-française.

Le programme de la cérémonie, qui s’est déroulée à l’Arc de Triomphe, a débuté par le salut aux porte-drapeaux, la revue des troupes, l'appel des soldats morts pour la France, l’exécution de la "sonnerie aux morts", en prélude à une minute de silence, puis l’interprétation de “La Marseillaise” par le Chœur de l’armée française.

Ce cérémonial a également été ponctué par une séquence artistique et mémorielle consistant en l'interprétation par le violoncelliste Yo-Yo Ma de la Sarabande de la suite n°5 de Johann Sebastian Bach, la lecture, par des lycéens, de témoignages internationaux écrits dans le jour de l’Armistice, et un chant de gratitude pour le dévouement d’autrui, ainsi que la célébration du vivre ensemble interprété par la chanteuse béninoise, Angélique Kidjo.

Le Président français Emmanuel Macron a, ensuite, prononcé un discours dans lequel il a formé le vœu que le rassemblement d'aujourd'hui puisse ne pas être celui d'un jour, appelant à ce que ''la fraternité nous amène le seul combat qui vaille, le combat de la paix, d'un monde meilleur'', tout en saluant l'amitié entre les peuples.

Après avoir souligné que la leçon de la Grande Guerre ne peut être celle de la rancœur des autres, le chef de l’État français a regretté que les démons anciens resurgissent.

''L'histoire menace parfois de reprendre son cours tragique et de compromettre notre espoir de paix. Faisons le serment de placer la paix le plus haut que tout'', a-t-il plaidé.

Il a appelé, dans ce contexte, ses pairs à refuser ''la fascination pour le replis, la violence et la domination'', qui serait une erreur pour les générations futures.

Aux chefs d’État, de gouvernement et aux hautes personnalités présentes, le président français a souligné : ''Nous tous, en ce 11 novembre 2018, devons réaffirmer devant les peuples notre responsabilité de transmettre aux générations futures le monde dont les générations d'avant ont rêvé'', appelant ses pairs à conjurer, ensemble, les menaces que sont le réchauffement climatique, la pauvreté et l'ignorance.

C’est d’ailleurs l’objectif principal du forum de Paris sur la Paix organisé le même jour dans le cadre de cette commémoration et destiné à réaffirmer l’importance du multilatéralisme et de l’action collective pour construire l’avenir de l'humanité dans la paix.

Conçu comme une réponse à la montée des tensions du monde contemporain, ce Forum ambitionne d’être le lieu des avancées coopératives dans les domaines de la paix et de la sécurité, de l’environnement, du développement, des nouvelles technologies et de l’économie inclusive.

Il réunit autour de porteurs de projet issus du monde entier, des responsables politiques et économiques et l’ensemble des acteurs de la société civile (entreprises, ONG, fondations, think tanks, médias, syndicats, représentants religieux, philanthropes, experts...), partie prenante de la gouvernance mondiale.

(Avec MAP)

>>Lire aussi: Arrivée du Roi Mohammed VI au Palais de l’Élysée

 

 

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.