Le salaire est la première motivation des cadres marocains. Ainsi, 60% des sondés sont démotivés et 18% seulement estiment qu’ils sont heureux. C'est ce qui ressort de la dernière enquête réalisée par la plate-forme d’e-GRH Rekrute, sur la satisfaction des cadres au travail.

Quels sont les facteurs qui impactent le moral des cadres? Comment se sentent les cadres marocains en cette fin d’année? Autant de questions auxquelles répond l’enquête réalisée par Rekrute.

L’enquête a été réalisée auprès de 2.867 cadres et dirigeants au Maroc. 62% d'entre eux sont des hommes, 38% sont des femmes. Parmi les sondés, 33% sont des juniors avec moins de 2 ans d’expérience de travail, et 27% ont cumulé plus de 10 ans de travail. Les répondants travaillent dans tous les domaines (gestion, comptabilité, finance, production, qualité, export, commercial, électronique, informatique…).

Management et motivation

Sur les cinq facteurs de motivation suggérés dans l’enquête, salaire, ambiance au travail, missions, relations avec les collègues et relations avec la direction, le salaire vient en 1ère position. La motivation est donc principalement pécuniaire pour les cadres comme pour les dirigeants. Les relations avec le management, quant à elles, viennent en 5e place.

Il est à noter qu’en 2015, selon l’enquête, les relations avec le management étaient la 1ère motivation des cadres marocains, tous niveaux d’études confondus.

Appartenance à l'entreprise : 38% des cadres sont indifférents

La majorité des sondés ressentent de l’indifférence vis-à-vis de leur entreprise (38% contre 24% des dirigeants), et 12% ressentent même du rejet envers elle.

36% des cadres ont un fort sentiment d’appartenance (contre 48% des dirigeants), et 14% sont fiers d’appartenir à leur organisation actuelle.

Les cadres attribuent une note de 4.8/10 à leur salaire 

Selon l'enquête, 55% des cadres estiment que leur entreprise ne leur donne pas vraiment ou pas du tout les moyens d’atteindre leurs objectifs, contre 45% seulement qui estiment le contraire.

En mai dernier, 68% des dirigeants étaient satisfaits des moyens déployés par l’entreprise pour atteindre leurs objectifs.

25% des cadres trouvent leur vie professionnelle décourageante

Seulement 18% des cadres trouvent leur travail agréable, et 10% estiment que leur vie professionnelle est stimulante, face à 25% qui la voient décourageante et 19% épuisante, même.

Pour les mois à venir, 44% des cadres sont plutôt optimistes et 35% sont plutôt pessimistes, 13% sont très pessimistes et seulement 8% seraient très optimistes.

Les dirigeants sont plus heureux que les cadres

Les résultats de l’enquête révèlent, d’un côté que 33% des cadres au Maroc sont stressés, 19% sont indifférents, 8% sont malheureux et 6% sont énervés. D'un autre côté, seulement 18% d'entre sont heureux et 16% déclarent être sereins.

L’étude a également montré que 49% des cadres ressentent du stress ou de la fatigue morale, contre 45% des dirigeants. 16% déclarent que leur travail leur procure du bonheur et du plaisir, contre 27% des dirigeants.

L’entreprise prend-elle des mesures pour améliorer le bien-être au travail ? La réponse est non pour 69% des cadres répondants.

Par ailleurs, 53% des cadres n’ont toujours pas trouvé d’équilibre entre vie privée et vie professionnelle.

Le stress est une fonction croissante de l’âge 

Plus les cadres ont de l’expérience, plus ils sont stressés. Cela est certainement lié aux responsabilités endossées avec le temps.

 

Aussi, plus ils avancent dans l’âge, moins ils sont sereins. Exception faite des cadres ayant plus de 10 ans d’expérience, qui bousculent la tendance jusque-là.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le salaire est la première motivation des cadres marocains. Ainsi, 60% des sondés sont démotivés et 18% seulement estiment qu’ils sont heureux. C'est ce qui ressort de la dernière enquête réalisée par la plate-forme d’e-GRH Rekrute, sur la satisfaction des cadres au travail.

Quels sont les facteurs qui impactent le moral des cadres? Comment se sentent les cadres marocains en cette fin d’année? Autant de questions auxquelles répond l’enquête réalisée par Rekrute.

L’enquête a été réalisée auprès de 2.867 cadres et dirigeants au Maroc. 62% d'entre eux sont des hommes, 38% sont des femmes. Parmi les sondés, 33% sont des juniors avec moins de 2 ans d’expérience de travail, et 27% ont cumulé plus de 10 ans de travail. Les répondants travaillent dans tous les domaines (gestion, comptabilité, finance, production, qualité, export, commercial, électronique, informatique…).

Management et motivation

Sur les cinq facteurs de motivation suggérés dans l’enquête, salaire, ambiance au travail, missions, relations avec les collègues et relations avec la direction, le salaire vient en 1ère position. La motivation est donc principalement pécuniaire pour les cadres comme pour les dirigeants. Les relations avec le management, quant à elles, viennent en 5e place.

Il est à noter qu’en 2015, selon l’enquête, les relations avec le management étaient la 1ère motivation des cadres marocains, tous niveaux d’études confondus.

Appartenance à l'entreprise : 38% des cadres sont indifférents

La majorité des sondés ressentent de l’indifférence vis-à-vis de leur entreprise (38% contre 24% des dirigeants), et 12% ressentent même du rejet envers elle.

36% des cadres ont un fort sentiment d’appartenance (contre 48% des dirigeants), et 14% sont fiers d’appartenir à leur organisation actuelle.

Les cadres attribuent une note de 4.8/10 à leur salaire 

Selon l'enquête, 55% des cadres estiment que leur entreprise ne leur donne pas vraiment ou pas du tout les moyens d’atteindre leurs objectifs, contre 45% seulement qui estiment le contraire.

En mai dernier, 68% des dirigeants étaient satisfaits des moyens déployés par l’entreprise pour atteindre leurs objectifs.

25% des cadres trouvent leur vie professionnelle décourageante

Seulement 18% des cadres trouvent leur travail agréable, et 10% estiment que leur vie professionnelle est stimulante, face à 25% qui la voient décourageante et 19% épuisante, même.

Pour les mois à venir, 44% des cadres sont plutôt optimistes et 35% sont plutôt pessimistes, 13% sont très pessimistes et seulement 8% seraient très optimistes.

Les dirigeants sont plus heureux que les cadres

Les résultats de l’enquête révèlent, d’un côté que 33% des cadres au Maroc sont stressés, 19% sont indifférents, 8% sont malheureux et 6% sont énervés. D'un autre côté, seulement 18% d'entre sont heureux et 16% déclarent être sereins.

L’étude a également montré que 49% des cadres ressentent du stress ou de la fatigue morale, contre 45% des dirigeants. 16% déclarent que leur travail leur procure du bonheur et du plaisir, contre 27% des dirigeants.

L’entreprise prend-elle des mesures pour améliorer le bien-être au travail ? La réponse est non pour 69% des cadres répondants.

Par ailleurs, 53% des cadres n’ont toujours pas trouvé d’équilibre entre vie privée et vie professionnelle.

Le stress est une fonction croissante de l’âge 

Plus les cadres ont de l’expérience, plus ils sont stressés. Cela est certainement lié aux responsabilités endossées avec le temps.

 

Aussi, plus ils avancent dans l’âge, moins ils sont sereins. Exception faite des cadres ayant plus de 10 ans d’expérience, qui bousculent la tendance jusque-là.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.