Le Roi Mohammed VI a présidé, lundi 22 octobre à la place "Riad El Aârous" à Marrakech, la cérémonie de présentation des mesures prises pour la réalisation des projets inscrits dans le cadre du programme de valorisation de l'ancienne médina de Marrakech, ainsi que les programmes de réhabilitation et de mise en valeur des médinas de Salé, Meknès, Tétouan et Essaouira.

Au cours de la cérémonie, le ministre de l'Intérieur Abdelouafi Laftit a prononcé une allocution dans laquelle il a souligné que le programme de mise en valeur de l'ancienne médina de Marrakech (2018-2022), dont la convention de partenariat et de financement a été signée sous la présidence du Roi le 14 mai 2018 à Rabat, mobilise des investissements de l'ordre de 484 MDH, dont 150 MDH comme contribution du Fonds Hassan II pour le développement économique et social.

A noter que le programme de mise en valeur de l'ancienne médina de Marrakech (2018-2022), qui vise l'amélioration des conditions de vie des populations, le développement du cadre bâti de cette cité-musée et la préservation de son patrimoine historique et architectural, prévoit notamment:

-la réhabilitation de 18 circuits touristiques (21,5 km),

-le pavage des ruelles,

-le ravalement des façades,

-l’aménagement d’espaces publics et de 6 parkings (930 places de stationnement), dont deux souterrains.

-la restauration de six foundouqs (Moulay Boubker, Laghrablia, Ellebbane, Echemaâ, El Kebbaj, Lahna), de monuments et de jardins historiques (jardin d'El Koutoubia, jardin du Palais municipal, jardin d'Agdal Ba Hmad, Jnane El Afia, jardin Zenbouaâ),

-le réaménagement de la Place Jamaâ El Fna,

-le renforcement du système de signalisation et du réseau d’éclairage,

-la mise en place de plateformes interactives d’informations touristiques

-et l'amélioration de la qualité de l'environnement à travers l'installation de stations de mesure de la qualité de l'air.

Le ministre a fait savoir en outre que les médinas de Salé, Meknès, Tétouan et Essaouira ont connu la réalisation de plusieurs projets de qualification dont l'impact diffère d'une ville à l'autre.

Anciennes médinas de Salé et Meknès: les objectifs escomptés ne sont pas atteints

Ainsi, les projets réalisés dans les anciennes médinas de Salé et de Meknès n'ont pas permis d'atteindre les objectifs escomptés et ceci est dû, en ce qui concerne l'ancienne médina de Salé, aux changements substantiels qu'a connu son tissu urbain et à la détérioration de plusieurs de ses monuments historiques à cause de facteurs naturels et humains.

Pour ce qui est de la médina de Meknès, il est question de l'importance de la superficie de l'ancienne médina (275 ha) et des joyaux architecturaux et urbains dont elle regorge, a poursuivi M. Laftit, notant que la poursuite de la réhabilitation et de la valorisation des anciennes médinas de ces deux villes nécessite la mobilisation d'importants fonds.

Programmes complémentaires à Tétouan et Essaouira

Contrairement à cette situation, et grâce aux résultats positifs des projets de réhabilitation, réalisés ou en cours de réalisation, des anciennes médinas de Tétouan et d'Essaouira, il sera procédé à l'élaboration de deux programmes complémentaires pour la valorisation de ces médinas, leur intégration dans leur espace économique et social, et le renforcement de leur attractivité touristique.

M. Laftit a relevé, dans ce sens, qu'il a été procédé à l'élaboration de deux programmes de réhabilitation et de valorisation des anciennes médinas de Salé (900 MDH) et de Meknès (800 MDH) et des deux programmes complémentaires pour les anciennes médinas de Tétouan (350 MDH) et Essaouira (300 MDH).

Signature de 4 conventions

Le Roi a, ensuite, présidé la cérémonie de signature des quatre conventions relatives aux programmes de réhabilitation et de mise en valeur des anciennes médinas de Salé, Meknès, Tétouan et Essaouira. Il a, par la suite, procédé au lancement du projet de réhabilitation et de restauration de l'école "Sidi Abdelaziz" afin qu'elle abrite un Centre dédié au renforcement des compétences des femmes artisanes.

Ce Centre, dont la réalisation nécessite des investissements de l'ordre de 10,9 MDH, offrira aux jeunes filles et femmes une qualification professionnelle adaptée à la réalité socio-économique du secteur de l'artisanat, principalement à travers le mode de formation par apprentissage.

Ce projet devra favoriser l'intégration des femmes bénéficiaires dans le marché du travail, la préservation de certains métiers menacés de disparition, la promotion des produits locaux d'artisanat et le renforcement de l'organisation et de la structuration du secteur. Il viendra également renforcer le réseau du Centre de formation et de qualification dans les métiers de l'artisanat de Marrakech – Fondation Mohammed V pour la Solidarité, inauguré par le Roi le 7 novembre 2012.

Ce projet est le fruit d'un partenariat entre la Fondation Mohammed V pour la Solidarité (gestion), l'Initiative nationale pour le développement humain, le ministère de l'Aménagement du territoire, de l'Urbanisme, de l'Habitat et de la Politique de la Ville, le ministère du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Economie sociale, le secrétariat d'Etat chargé de la Formation professionnelle, le Conseil Communal de Marrakech, l'Agence urbaine de Marrakech et le Holding Al-Omrane (maître d'ouvrage délégué).

(Avec MAP)

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le Roi Mohammed VI a présidé, lundi 22 octobre à la place "Riad El Aârous" à Marrakech, la cérémonie de présentation des mesures prises pour la réalisation des projets inscrits dans le cadre du programme de valorisation de l'ancienne médina de Marrakech, ainsi que les programmes de réhabilitation et de mise en valeur des médinas de Salé, Meknès, Tétouan et Essaouira.

Au cours de la cérémonie, le ministre de l'Intérieur Abdelouafi Laftit a prononcé une allocution dans laquelle il a souligné que le programme de mise en valeur de l'ancienne médina de Marrakech (2018-2022), dont la convention de partenariat et de financement a été signée sous la présidence du Roi le 14 mai 2018 à Rabat, mobilise des investissements de l'ordre de 484 MDH, dont 150 MDH comme contribution du Fonds Hassan II pour le développement économique et social.

A noter que le programme de mise en valeur de l'ancienne médina de Marrakech (2018-2022), qui vise l'amélioration des conditions de vie des populations, le développement du cadre bâti de cette cité-musée et la préservation de son patrimoine historique et architectural, prévoit notamment:

-la réhabilitation de 18 circuits touristiques (21,5 km),

-le pavage des ruelles,

-le ravalement des façades,

-l’aménagement d’espaces publics et de 6 parkings (930 places de stationnement), dont deux souterrains.

-la restauration de six foundouqs (Moulay Boubker, Laghrablia, Ellebbane, Echemaâ, El Kebbaj, Lahna), de monuments et de jardins historiques (jardin d'El Koutoubia, jardin du Palais municipal, jardin d'Agdal Ba Hmad, Jnane El Afia, jardin Zenbouaâ),

-le réaménagement de la Place Jamaâ El Fna,

-le renforcement du système de signalisation et du réseau d’éclairage,

-la mise en place de plateformes interactives d’informations touristiques

-et l'amélioration de la qualité de l'environnement à travers l'installation de stations de mesure de la qualité de l'air.

Le ministre a fait savoir en outre que les médinas de Salé, Meknès, Tétouan et Essaouira ont connu la réalisation de plusieurs projets de qualification dont l'impact diffère d'une ville à l'autre.

Anciennes médinas de Salé et Meknès: les objectifs escomptés ne sont pas atteints

Ainsi, les projets réalisés dans les anciennes médinas de Salé et de Meknès n'ont pas permis d'atteindre les objectifs escomptés et ceci est dû, en ce qui concerne l'ancienne médina de Salé, aux changements substantiels qu'a connu son tissu urbain et à la détérioration de plusieurs de ses monuments historiques à cause de facteurs naturels et humains.

Pour ce qui est de la médina de Meknès, il est question de l'importance de la superficie de l'ancienne médina (275 ha) et des joyaux architecturaux et urbains dont elle regorge, a poursuivi M. Laftit, notant que la poursuite de la réhabilitation et de la valorisation des anciennes médinas de ces deux villes nécessite la mobilisation d'importants fonds.

Programmes complémentaires à Tétouan et Essaouira

Contrairement à cette situation, et grâce aux résultats positifs des projets de réhabilitation, réalisés ou en cours de réalisation, des anciennes médinas de Tétouan et d'Essaouira, il sera procédé à l'élaboration de deux programmes complémentaires pour la valorisation de ces médinas, leur intégration dans leur espace économique et social, et le renforcement de leur attractivité touristique.

M. Laftit a relevé, dans ce sens, qu'il a été procédé à l'élaboration de deux programmes de réhabilitation et de valorisation des anciennes médinas de Salé (900 MDH) et de Meknès (800 MDH) et des deux programmes complémentaires pour les anciennes médinas de Tétouan (350 MDH) et Essaouira (300 MDH).

Signature de 4 conventions

Le Roi a, ensuite, présidé la cérémonie de signature des quatre conventions relatives aux programmes de réhabilitation et de mise en valeur des anciennes médinas de Salé, Meknès, Tétouan et Essaouira. Il a, par la suite, procédé au lancement du projet de réhabilitation et de restauration de l'école "Sidi Abdelaziz" afin qu'elle abrite un Centre dédié au renforcement des compétences des femmes artisanes.

Ce Centre, dont la réalisation nécessite des investissements de l'ordre de 10,9 MDH, offrira aux jeunes filles et femmes une qualification professionnelle adaptée à la réalité socio-économique du secteur de l'artisanat, principalement à travers le mode de formation par apprentissage.

Ce projet devra favoriser l'intégration des femmes bénéficiaires dans le marché du travail, la préservation de certains métiers menacés de disparition, la promotion des produits locaux d'artisanat et le renforcement de l'organisation et de la structuration du secteur. Il viendra également renforcer le réseau du Centre de formation et de qualification dans les métiers de l'artisanat de Marrakech – Fondation Mohammed V pour la Solidarité, inauguré par le Roi le 7 novembre 2012.

Ce projet est le fruit d'un partenariat entre la Fondation Mohammed V pour la Solidarité (gestion), l'Initiative nationale pour le développement humain, le ministère de l'Aménagement du territoire, de l'Urbanisme, de l'Habitat et de la Politique de la Ville, le ministère du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Economie sociale, le secrétariat d'Etat chargé de la Formation professionnelle, le Conseil Communal de Marrakech, l'Agence urbaine de Marrakech et le Holding Al-Omrane (maître d'ouvrage délégué).

(Avec MAP)

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.