Abdellatif Loudiyi, ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de l'administration de la défense nationale.

L'instauration du service militaire obligatoire coûtera 500 MDH en 2019, apprend-on en décortiquant le rapport relatif aux débats sur le budget de la Défense, en commission parlementaire. Ce débat s'est tenu comme chaque année à l'occasion de l'examen du projet de loi de Finances. Ce budget tient compte du fonctionnement, des salaires et indemnités des conscrits et enfin des centres de formation qui seront créés.

Comme tous les départements ministériels, l'administration de la Défense nationale est passée par la case du parlement pour présenter et discuter son projet de budget pour l'année 2019.

Devant les membres de la commission des affaires étrangères, de la défense nationale, des affaires islamiques et des MRE, le ministre délégué chargé de l'administration de la défense nationale, Abdellatif Loudiyi, a fait une présentation de la ventilation du budget de son département ainsi que des priorités pour l'année prochaine. 

Le budget de ce département stratégique connaît une légère hausse (2,3%) en passant de 34,3 MMDH en 2018 à 35,1 MMDH en 2019.

Le ministre a exposé aux élus le référentiel sur lequel s'est basée la construction de ce budget : 

- La poursuite du renforcement et de la modernisation des plans préventifs de défense et de sécurité des Forces armées royales pour protéger la souveraineté nationale, défendre l'intégrité territoriale et la stabilité du pays et renforcer la surveillance des frontières tout en continuant à participer activement aux opérations de maintien de la paix.

- Le soutien aux projets sociaux en faveur des membres des forces armées et l'amélioration des conditions de vie des militaires et de leurs familles.

- La définition des priorités et le maintien de l'équilibre entre les capacités qu'offre le budget de l'administration de la défense nationale et les besoins croissants imposés par les missions grandissantes des membres des Forces armées royales.

69% de ce budget global, soit 24,3 MMDH, sera consacré aux dépenses du personnel avec une augmentation de 1,7% par rapport à 2018. Ce montant permettra de :

- Couvrir les salaires et indemnités de 9.000 nouveaux postes budgétaires qui seront créés. Une grande partie de ces nouveaux postes servira à combler les besoins en hommes des nouvelles unités militaires créées ainsi que pour renforcer la surveillance des frontières terrestres, aériennes et maritimes du royaume. L'objectif est également de fournir des ressources humaines supplémentaires pour la couverture de toutes les provinces et régions du royaume par de nouvelles brigades de la Gendarmerie royale.

- Régler la situation administrative des militaires et fonctionnaires civils à l'occasion de leur promotion au titre de l'année 2019.

- Couvrir les salaires et indemnités des conscrits au titre du service militaire obligatoire.

Le reste du budget sera réservé au matériel, maintenance et dépenses diverses (6 MMDH) et aux équipements (4,8 MMDH).

L'administration de la Défense nationale va consacrer le budget de fonctionnement et autres dépenses aux :

- Maintenance et réparation des équipements et appareils.

- Redevances d'eaux, d'électricité et télécoms, dépenses de carburants et de déplacement des militaires.

- Dépenses de location des maisons de fonction pour les membres de la Gendarmerie royale.

- Dépenses de fonctionnement au profit des Forces armées royales.

- Dépenses de formation militaire et formation continue au profit des Forces armées royales et de la Gendarmerie royale. En 2018, plus de 19.500 stagiaires, dont les membres des forces auxiliaires, ont bénéficié de formation militaire de base et continue.

- Achats de médicaments et produits pharmaceutiques.

- Subventions programmées au profit des hôpitaux militaires et la fondation Hassan II pour les œuvres sociales des anciens militaires et anciens combattants.

L'enveloppe budgétaire réservée aux équipements servira essentiellement à :

- L'achat d'équipements, armes, et munitions au profit des Forces armées royales et la Gendarmerie royale.

- La réparation et la maintenance de l'équipement militaire notamment les unités flottantes, les hélicoptères ainsi que les avions dont les avions anti-feu.

- La poursuite des chantiers de la construction et de l'équipement de nouveaux centres de la gendarmerie royale.

- La construction et l'équipement des centres de formation pour les conscrits dans le cadre du service militaire obligatoire notamment à Kasba Tadla et à El Hajeb.

Construction de 80.000 logements

Le programme de construction de 80.000 logements tire à sa fin. Il sera probablement achevé en 2019, au vu du taux d'avancement. Il comporte 20.000 logements de fonction et 60.000 logements destinés à la propriété. Les membres des FAR acquéreurs de ces logements percevront une aide de l'Etat plafonnée à 50.000 DH par logement. La contribution de l'Etat à ce programe de construction s'élève à 3,7 MMDH.

On apprend également que l'hôpital de campagne marocain déployé à la frontière jordano-syrienne a délivré 1,4 million de prestations entre 2012 et le 19 octobre 2018. L'hôpital marocain de campagne déployé à Gaza a de son côté délivré 41.000 prestations entre le 12 juin et le 19 octobre 2018.

Les hôpitaux de campagne de Chichaoua et de Tinghir ont respectivement délivré 41.000 et 20.000 prestations en 2017 et 2018.

Dans le même cadre de l'assistance internationale humanitaire, le Maroc participe avec 2.120 personnes des FAR aux forces onusiennes de maintien de la paix en Centrafrique et au Congo démocratique, ce qui en fait le 12e contributeur mondial.

Le rapport est disponible sur le portail de la Chambre des représentants.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Abdellatif Loudiyi, ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de l'administration de la défense nationale.

L'instauration du service militaire obligatoire coûtera 500 MDH en 2019, apprend-on en décortiquant le rapport relatif aux débats sur le budget de la Défense, en commission parlementaire. Ce débat s'est tenu comme chaque année à l'occasion de l'examen du projet de loi de Finances. Ce budget tient compte du fonctionnement, des salaires et indemnités des conscrits et enfin des centres de formation qui seront créés.

Comme tous les départements ministériels, l'administration de la Défense nationale est passée par la case du parlement pour présenter et discuter son projet de budget pour l'année 2019.

Devant les membres de la commission des affaires étrangères, de la défense nationale, des affaires islamiques et des MRE, le ministre délégué chargé de l'administration de la défense nationale, Abdellatif Loudiyi, a fait une présentation de la ventilation du budget de son département ainsi que des priorités pour l'année prochaine. 

Le budget de ce département stratégique connaît une légère hausse (2,3%) en passant de 34,3 MMDH en 2018 à 35,1 MMDH en 2019.

Le ministre a exposé aux élus le référentiel sur lequel s'est basée la construction de ce budget : 

- La poursuite du renforcement et de la modernisation des plans préventifs de défense et de sécurité des Forces armées royales pour protéger la souveraineté nationale, défendre l'intégrité territoriale et la stabilité du pays et renforcer la surveillance des frontières tout en continuant à participer activement aux opérations de maintien de la paix.

- Le soutien aux projets sociaux en faveur des membres des forces armées et l'amélioration des conditions de vie des militaires et de leurs familles.

- La définition des priorités et le maintien de l'équilibre entre les capacités qu'offre le budget de l'administration de la défense nationale et les besoins croissants imposés par les missions grandissantes des membres des Forces armées royales.

69% de ce budget global, soit 24,3 MMDH, sera consacré aux dépenses du personnel avec une augmentation de 1,7% par rapport à 2018. Ce montant permettra de :

- Couvrir les salaires et indemnités de 9.000 nouveaux postes budgétaires qui seront créés. Une grande partie de ces nouveaux postes servira à combler les besoins en hommes des nouvelles unités militaires créées ainsi que pour renforcer la surveillance des frontières terrestres, aériennes et maritimes du royaume. L'objectif est également de fournir des ressources humaines supplémentaires pour la couverture de toutes les provinces et régions du royaume par de nouvelles brigades de la Gendarmerie royale.

- Régler la situation administrative des militaires et fonctionnaires civils à l'occasion de leur promotion au titre de l'année 2019.

- Couvrir les salaires et indemnités des conscrits au titre du service militaire obligatoire.

Le reste du budget sera réservé au matériel, maintenance et dépenses diverses (6 MMDH) et aux équipements (4,8 MMDH).

L'administration de la Défense nationale va consacrer le budget de fonctionnement et autres dépenses aux :

- Maintenance et réparation des équipements et appareils.

- Redevances d'eaux, d'électricité et télécoms, dépenses de carburants et de déplacement des militaires.

- Dépenses de location des maisons de fonction pour les membres de la Gendarmerie royale.

- Dépenses de fonctionnement au profit des Forces armées royales.

- Dépenses de formation militaire et formation continue au profit des Forces armées royales et de la Gendarmerie royale. En 2018, plus de 19.500 stagiaires, dont les membres des forces auxiliaires, ont bénéficié de formation militaire de base et continue.

- Achats de médicaments et produits pharmaceutiques.

- Subventions programmées au profit des hôpitaux militaires et la fondation Hassan II pour les œuvres sociales des anciens militaires et anciens combattants.

L'enveloppe budgétaire réservée aux équipements servira essentiellement à :

- L'achat d'équipements, armes, et munitions au profit des Forces armées royales et la Gendarmerie royale.

- La réparation et la maintenance de l'équipement militaire notamment les unités flottantes, les hélicoptères ainsi que les avions dont les avions anti-feu.

- La poursuite des chantiers de la construction et de l'équipement de nouveaux centres de la gendarmerie royale.

- La construction et l'équipement des centres de formation pour les conscrits dans le cadre du service militaire obligatoire notamment à Kasba Tadla et à El Hajeb.

Construction de 80.000 logements

Le programme de construction de 80.000 logements tire à sa fin. Il sera probablement achevé en 2019, au vu du taux d'avancement. Il comporte 20.000 logements de fonction et 60.000 logements destinés à la propriété. Les membres des FAR acquéreurs de ces logements percevront une aide de l'Etat plafonnée à 50.000 DH par logement. La contribution de l'Etat à ce programe de construction s'élève à 3,7 MMDH.

On apprend également que l'hôpital de campagne marocain déployé à la frontière jordano-syrienne a délivré 1,4 million de prestations entre 2012 et le 19 octobre 2018. L'hôpital marocain de campagne déployé à Gaza a de son côté délivré 41.000 prestations entre le 12 juin et le 19 octobre 2018.

Les hôpitaux de campagne de Chichaoua et de Tinghir ont respectivement délivré 41.000 et 20.000 prestations en 2017 et 2018.

Dans le même cadre de l'assistance internationale humanitaire, le Maroc participe avec 2.120 personnes des FAR aux forces onusiennes de maintien de la paix en Centrafrique et au Congo démocratique, ce qui en fait le 12e contributeur mondial.

Le rapport est disponible sur le portail de la Chambre des représentants.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.