Catalogne. Puigdemont, menacé de poursuites pour

La réponse du président catalan destitué, Carles Puigdemont, qui est à Bruxelles, est attendue mardi 31 octobre, au lendemain du lancement d'une procédure le visant pour la déclaration d'indépendance de la région, désormais sous tutelle de Madrid.

Silencieux depuis son dernier tweet, dimanche 29 octobre, saluant la victoire symbolique du club de Gerone (la ville catalane dont il a été maire) sur le Real Madrid, M. Puigdemont se trouvait lundi 30 octobre soir à Bruxelles, selon un avocat belge, Me Paul Bekaert.

Selon la presse espagnole, le dirigeant séparatiste est parti dans la capitale belge avec cinq de ses conseillers (ministres), eux aussi destitués par Madrid, comme tout le gouvernement catalan. Il pourrait s'exprimer publiquement à Bruxelles, selon des médias espagnols.

Mais "M. Puigdemont n'est pas en Belgique pour demander l'asile", a plaidé Me Paul Bekaert, interrogé par la télévision flamande VRT, assurant que "sur ce plan rien n'a encore été décidé". "Je lui ai parlé personnellement en Belgique, et il m'a formellement désigné comme son avocat", a précisé Me Bekaert.

L'avocat, expert des questions d'asile et ancien défenseur de Basques espagnols membres présumés d'ETA, a cependant reconnu que ce "premier contact" visait à se préparer juridiquement à ce que sera l'attitude de Madrid à l'égard de son client.

(Avec AFP)

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
Catalogne. Puigdemont, menacé de poursuites pour

La réponse du président catalan destitué, Carles Puigdemont, qui est à Bruxelles, est attendue mardi 31 octobre, au lendemain du lancement d'une procédure le visant pour la déclaration d'indépendance de la région, désormais sous tutelle de Madrid.

Silencieux depuis son dernier tweet, dimanche 29 octobre, saluant la victoire symbolique du club de Gerone (la ville catalane dont il a été maire) sur le Real Madrid, M. Puigdemont se trouvait lundi 30 octobre soir à Bruxelles, selon un avocat belge, Me Paul Bekaert.

Selon la presse espagnole, le dirigeant séparatiste est parti dans la capitale belge avec cinq de ses conseillers (ministres), eux aussi destitués par Madrid, comme tout le gouvernement catalan. Il pourrait s'exprimer publiquement à Bruxelles, selon des médias espagnols.

Mais "M. Puigdemont n'est pas en Belgique pour demander l'asile", a plaidé Me Paul Bekaert, interrogé par la télévision flamande VRT, assurant que "sur ce plan rien n'a encore été décidé". "Je lui ai parlé personnellement en Belgique, et il m'a formellement désigné comme son avocat", a précisé Me Bekaert.

L'avocat, expert des questions d'asile et ancien défenseur de Basques espagnols membres présumés d'ETA, a cependant reconnu que ce "premier contact" visait à se préparer juridiquement à ce que sera l'attitude de Madrid à l'égard de son client.

(Avec AFP)

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.