Le principal suspect et commanditaire du meurtre est un ressortissant d'origine marocaine, qui se trouve probablement en république dominicaine en ce moment. Il a été identifié dès les premières heures de l'enquête, apprend-on de source sûre. Il faisait déjà l'objet d'un mandat d'arrêt international de la part du Maroc et il est également recherché par un Etat européen pour meurtre.

Dans un communiqué publié ce samedi 4 novembre, la DGSN a annoncé l'arrestation de deux ressortissants hollandais originaires de la République dominicaine et du Suriname pour leur implication dans l'exécution du meurtre avec préméditation et de tentative de meurtre ayant visé, jeudi 2 novembre en début de soirée, trois victimes dans un café du quartier Hivernage à Marrakech. 

Les deux suspects ont des antécédents judiciaires. Les premiers éléments de l'enquête établissent leurs liens directs avec des affaires de trafic international de drogue, d'enlèvement et de séquestration d'otages, vols armés et tentatives d'homicide volontaire, ajoute le communiqué, citant les résultats d'investigations effectuées dans le cadre de la coopération internationale en matière de sécurité.

Les suspects sont entrés au Maroc il y a environ une semaine. La police a pu identifier deux hôtels où ils ont séjourné, dont l'un est situé en face du café où le crime a eu lieu, explique le communiqué, faisant état de leur présence dans ce café à quatre reprises et dans ses environs. Interpellé par les services de sûreté, l'un d'eux a tenté de fuir. 

Leur présentation devant des témoins, y compris le propriétaire du café, le serveur et deux clients, a permis l'identification des suspects à partir de traits bien distinctifs (tresse de cheveux et l'apparence physique). 

La même source précise qu'une voiture louée par les suspect s'est arrêtée pendant plus de 4 heures à proximité du lieu où ont été brulées, juste après le meurtre, la moto, l'arme ainsi que les balles utilisées lors de l'exécution du crime. Un témoin oculaire a signalé la présence des intéressés près du lieu où ces objets ont été brulés. 

L'examen de l'ordinateur portable de l'un des suspects a démontré l'intérêt de ce dernier pour les armes à feu individuelles. Sur internet, l'intéressé a effectué plusieurs recherches ayant trait à un type particulier de pistolet, le même ayant servi au meurtre perpétré à Marrakech, c'est-à-dire un Glock 9mm

Agés de 29 et 24 ans, les suspects sont actuellement placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête supervisée par le ministère public compétent, en attendant les résultats des expertises techniques, biologiques et balistiques entamées par la police scientifique et technique rattachée à la DGSN. 

En l'état de l'avancement de l'enquête, tous les éléments recueillis confirment une affaire de trafic international de stupéfiants et de racket, selon nos sources. 

La chaîne 2M a annoncé vendredi 3 novembre que le jeune homme tué a été touché par erreur. Des sources indiquent que le propriétaire du café était la cible d'origine. Nos sources ont refusé de démentir ou de confirmer cette information. Par contre, le prorpiétaire du café se trouve toujours au Maroc, à la disposition des enquêteurs et n'a pas pris la fuite, contrairement à ce qui circule.

 

Voici le texte intégral du communiqué diffusé par la DGSN samedi matin 4 novembre 2017:

Les enquêtes et investigations continues menées par le Service préfectoral de la police judiciaire de Marrakech, en coordination avec les services de la Direction générale de la surveillance du territoire national, sous la supervision du parquet compétent, dans l'affaire du meurtre avec préméditation à l’aide d’arme à feu, ont abouti à l’arrestation de deux ressortissants hollandais, originaires respectivement de la République dominicaine et du Suriname, et ce pour leur implication dans l’exécution du meurtre avec préméditation et de tentative de meurtre ayant visé trois victimes dans un café du quartier Hivernage à Marrakech.
Un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) indique que la coordination effectuée dans le cadre de la coopération sécuritaire internationale a révélé que les mis en cause ont de nombreux antécédents judiciaires et des liens directs dans des affaires de trafic de drogue, de kidnapping et séquestration d'otages, de demande de rançon, de vol à main armée et de tentative d’homicide volontaire.
"Les investigations de terrain ont de même montré qu'ils sont entrés au Maroc, il y a environ une semaine, et descendus dans deux hôtels, dont un devant le café, théâtre du crime, et qu'ils ont été aperçus à quatre reprises dans ce lieu public et ses environs, poursuit le communiqué, précisant que l’un d'entre eux a tenté de s'enfuir au moment de son arrestation par les services de la sûreté nationale.
"La même source ajoute que la confrontation des mis en cause avec les témoins, dont le propriétaire du café, le serveur et deux clients, a permis leur identification par des signes distinctifs notamment la tresse des cheveux et l’aspect corporel.
"Les investigations ont permis aussi de localiser la voiture de location, qui s’était garée pendant plus de quatre heures, près des lieux où ils s’étaient débarrassés de l’arme du crime et de la moto dont ils se sont servis pour à commettre leur forfait, en y mettant le feu, indique le communiqué qui précise que le véhicule s’est ébranlé peu de temps après le crime. Un témoin oculaire a confirmé ces faits et reconnu les deux mis en cause qui se sont trouvés près des lieux où étaient détruits par le feu les objets du crime.
"L’analyse d’un ordinateur portable en possession d’un des deux mis en cause a montré son intérêt pour les armes de poing, poursuit la même source, ajoutant qu’il a effectué plusieurs recherches sur internet relatives à un modèle spécifique des armes à feu. Et c’est ce même type d’arme, un "Glock" de calibre neuf millimètres (9mm), précise le communiqué, qui a été utilisé dans l’exécution du crime à Marrakech.
"Les deux prévenus étrangers, âgés respectivement de 24 et 29 ans, ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent, dans l’attente des résultats finaux de l’expertise technique, biologique et balistique menée par le laboratoire de la police scientifique et technique relevant de la DGSN.
"La coordination sécuritaire internationale se poursuit toujours pour l'arrestation du commanditaire principal de ce crime qui fait l'objet de mandats d'arrêt internationaux émis par le Maroc pour son implication dans le trafic international de drogue. Il est aussi recherché par un pays européen pour son implication dans un meurtre avec préméditation alors que les investigations sont en cours pour déterminer s’il se trouve actuellement dans la République dominicaine, dont est originaire un des mis en cause arrêtés dans le cadre de cette affaire".

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le principal suspect et commanditaire du meurtre est un ressortissant d'origine marocaine, qui se trouve probablement en république dominicaine en ce moment. Il a été identifié dès les premières heures de l'enquête, apprend-on de source sûre. Il faisait déjà l'objet d'un mandat d'arrêt international de la part du Maroc et il est également recherché par un Etat européen pour meurtre.

Dans un communiqué publié ce samedi 4 novembre, la DGSN a annoncé l'arrestation de deux ressortissants hollandais originaires de la République dominicaine et du Suriname pour leur implication dans l'exécution du meurtre avec préméditation et de tentative de meurtre ayant visé, jeudi 2 novembre en début de soirée, trois victimes dans un café du quartier Hivernage à Marrakech. 

Les deux suspects ont des antécédents judiciaires. Les premiers éléments de l'enquête établissent leurs liens directs avec des affaires de trafic international de drogue, d'enlèvement et de séquestration d'otages, vols armés et tentatives d'homicide volontaire, ajoute le communiqué, citant les résultats d'investigations effectuées dans le cadre de la coopération internationale en matière de sécurité.

Les suspects sont entrés au Maroc il y a environ une semaine. La police a pu identifier deux hôtels où ils ont séjourné, dont l'un est situé en face du café où le crime a eu lieu, explique le communiqué, faisant état de leur présence dans ce café à quatre reprises et dans ses environs. Interpellé par les services de sûreté, l'un d'eux a tenté de fuir. 

Leur présentation devant des témoins, y compris le propriétaire du café, le serveur et deux clients, a permis l'identification des suspects à partir de traits bien distinctifs (tresse de cheveux et l'apparence physique). 

La même source précise qu'une voiture louée par les suspect s'est arrêtée pendant plus de 4 heures à proximité du lieu où ont été brulées, juste après le meurtre, la moto, l'arme ainsi que les balles utilisées lors de l'exécution du crime. Un témoin oculaire a signalé la présence des intéressés près du lieu où ces objets ont été brulés. 

L'examen de l'ordinateur portable de l'un des suspects a démontré l'intérêt de ce dernier pour les armes à feu individuelles. Sur internet, l'intéressé a effectué plusieurs recherches ayant trait à un type particulier de pistolet, le même ayant servi au meurtre perpétré à Marrakech, c'est-à-dire un Glock 9mm

Agés de 29 et 24 ans, les suspects sont actuellement placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête supervisée par le ministère public compétent, en attendant les résultats des expertises techniques, biologiques et balistiques entamées par la police scientifique et technique rattachée à la DGSN. 

En l'état de l'avancement de l'enquête, tous les éléments recueillis confirment une affaire de trafic international de stupéfiants et de racket, selon nos sources. 

La chaîne 2M a annoncé vendredi 3 novembre que le jeune homme tué a été touché par erreur. Des sources indiquent que le propriétaire du café était la cible d'origine. Nos sources ont refusé de démentir ou de confirmer cette information. Par contre, le prorpiétaire du café se trouve toujours au Maroc, à la disposition des enquêteurs et n'a pas pris la fuite, contrairement à ce qui circule.

 

Voici le texte intégral du communiqué diffusé par la DGSN samedi matin 4 novembre 2017:

Les enquêtes et investigations continues menées par le Service préfectoral de la police judiciaire de Marrakech, en coordination avec les services de la Direction générale de la surveillance du territoire national, sous la supervision du parquet compétent, dans l'affaire du meurtre avec préméditation à l’aide d’arme à feu, ont abouti à l’arrestation de deux ressortissants hollandais, originaires respectivement de la République dominicaine et du Suriname, et ce pour leur implication dans l’exécution du meurtre avec préméditation et de tentative de meurtre ayant visé trois victimes dans un café du quartier Hivernage à Marrakech.
Un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) indique que la coordination effectuée dans le cadre de la coopération sécuritaire internationale a révélé que les mis en cause ont de nombreux antécédents judiciaires et des liens directs dans des affaires de trafic de drogue, de kidnapping et séquestration d'otages, de demande de rançon, de vol à main armée et de tentative d’homicide volontaire.
"Les investigations de terrain ont de même montré qu'ils sont entrés au Maroc, il y a environ une semaine, et descendus dans deux hôtels, dont un devant le café, théâtre du crime, et qu'ils ont été aperçus à quatre reprises dans ce lieu public et ses environs, poursuit le communiqué, précisant que l’un d'entre eux a tenté de s'enfuir au moment de son arrestation par les services de la sûreté nationale.
"La même source ajoute que la confrontation des mis en cause avec les témoins, dont le propriétaire du café, le serveur et deux clients, a permis leur identification par des signes distinctifs notamment la tresse des cheveux et l’aspect corporel.
"Les investigations ont permis aussi de localiser la voiture de location, qui s’était garée pendant plus de quatre heures, près des lieux où ils s’étaient débarrassés de l’arme du crime et de la moto dont ils se sont servis pour à commettre leur forfait, en y mettant le feu, indique le communiqué qui précise que le véhicule s’est ébranlé peu de temps après le crime. Un témoin oculaire a confirmé ces faits et reconnu les deux mis en cause qui se sont trouvés près des lieux où étaient détruits par le feu les objets du crime.
"L’analyse d’un ordinateur portable en possession d’un des deux mis en cause a montré son intérêt pour les armes de poing, poursuit la même source, ajoutant qu’il a effectué plusieurs recherches sur internet relatives à un modèle spécifique des armes à feu. Et c’est ce même type d’arme, un "Glock" de calibre neuf millimètres (9mm), précise le communiqué, qui a été utilisé dans l’exécution du crime à Marrakech.
"Les deux prévenus étrangers, âgés respectivement de 24 et 29 ans, ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent, dans l’attente des résultats finaux de l’expertise technique, biologique et balistique menée par le laboratoire de la police scientifique et technique relevant de la DGSN.
"La coordination sécuritaire internationale se poursuit toujours pour l'arrestation du commanditaire principal de ce crime qui fait l'objet de mandats d'arrêt internationaux émis par le Maroc pour son implication dans le trafic international de drogue. Il est aussi recherché par un pays européen pour son implication dans un meurtre avec préméditation alors que les investigations sont en cours pour déterminer s’il se trouve actuellement dans la République dominicaine, dont est originaire un des mis en cause arrêtés dans le cadre de cette affaire".

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.