En parallèle, l'Académie régionale d'éducation de Béni Mellal-Khénifra enquête sur l'incident pour prendre les décisions administratives qui s'imposent, selon un communiqué.

Suite à la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo montrant une élève dans un collège situé à Khouribga se faire brutaliser par son prof de maths âgé de 59 ans, ce dernier a été interpellé ce dimanche 20 mai, sur instructions du Parquet général, affirme à Médias24 une source informée. Celle-ci ajoute que le parquet n'a enregistré aucune plainte liée à cet incident, en raison de la réconciliation entre le père de la victime et l'enseignant.

La DGSN a confirmé les faits survenus le mercredi 16 mai, en indiquant que la police judiciaire a immédiatement ouvert une enquête sous la supervision du parquet général. La police judiciaire a identifié l'école et l'auteur des violences et l'a placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête ordonnée par le parquet général.

De son côté, l'Académie régionale d'éducation de Béni Mellal-Khénifra a constitué une commission d'enquête pour vérifier les faits et prendre les décisions administratives qui s'imposent, selon un communiqué publié ce dimanche.

 

Suite à cet incident, la sociologue Soumaya Naamane Guessous a posté le commentaire suivant sur Facebook:

"Châtiments corporels, insultes, humiliations... font encore partie de la pédagogie dans le systèmes scolaires. En milieu rural c'est pire ! Quand les responsables parlent des raisons du décrochage scolaire, ils n'évoquent jamais la violence verbale et physique. j'ai tenté maintes fois de sensibiliser à cette atteinte à la dignité, mais en vain. En 2018, j'ai proposé à un haut responsable du Ministère une campagne de sensibilisation contre la violence auprès des enseignements. il n'en a pas vu l'utilité !"

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

En parallèle, l'Académie régionale d'éducation de Béni Mellal-Khénifra enquête sur l'incident pour prendre les décisions administratives qui s'imposent, selon un communiqué.

Suite à la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo montrant une élève dans un collège situé à Khouribga se faire brutaliser par son prof de maths âgé de 59 ans, ce dernier a été interpellé ce dimanche 20 mai, sur instructions du Parquet général, affirme à Médias24 une source informée. Celle-ci ajoute que le parquet n'a enregistré aucune plainte liée à cet incident, en raison de la réconciliation entre le père de la victime et l'enseignant.

La DGSN a confirmé les faits survenus le mercredi 16 mai, en indiquant que la police judiciaire a immédiatement ouvert une enquête sous la supervision du parquet général. La police judiciaire a identifié l'école et l'auteur des violences et l'a placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête ordonnée par le parquet général.

De son côté, l'Académie régionale d'éducation de Béni Mellal-Khénifra a constitué une commission d'enquête pour vérifier les faits et prendre les décisions administratives qui s'imposent, selon un communiqué publié ce dimanche.

 

Suite à cet incident, la sociologue Soumaya Naamane Guessous a posté le commentaire suivant sur Facebook:

"Châtiments corporels, insultes, humiliations... font encore partie de la pédagogie dans le systèmes scolaires. En milieu rural c'est pire ! Quand les responsables parlent des raisons du décrochage scolaire, ils n'évoquent jamais la violence verbale et physique. j'ai tenté maintes fois de sensibiliser à cette atteinte à la dignité, mais en vain. En 2018, j'ai proposé à un haut responsable du Ministère une campagne de sensibilisation contre la violence auprès des enseignements. il n'en a pas vu l'utilité !"

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.