La gestion des clubs de football connaît une réelle révolution avec l’adoption du tout premier plan comptable qui leur est spécialement dédié. L’on passe d’une comptabilité de trésorerie à une comptabilité d’engagements. La Fédération Royale Marocaine de Football souhaite plus de transparence et prépare la prochaine étape.

Le Conseil national de la comptabilité (CNC) a adopté lors de sa dernière Assemblée Plénière du 11 juillet dernier le tout premier plan comptable des clubs de football. "C’est un référentiel commun dédié aux associations sportives qui est venu répondre à des questions spécifiques liées au football et qui n’étaient prévues nulle part", explique à Médias24, Redouane Tayfi expert comptable et chercheur dans le domaine de la gestion des clubs. C’est une réelle révolution que vont vivre les clubs de football et leurs dirigeants.

Tous concernés 

Tous les clubs formés en association pratiquant en première ou en deuxième division et même ceux des divisions amateurs sont concernés par ce nouveau référentiel. L’objectif de ce document, premier du genre, et avant tout d’asseoir les bonnes pratiques financières et comptables. La fédération Royale Marocaine de Football souhaite mettre un peu d’ordre dans la gestion de ce sport. La transparence est aussi l’un des principaux buts de cette nouvelle ère voulue par les instances dirigeantes du football national.

"Les clubs vont fournir des états financiers selon des normes et des formes communes, il sera alors plus facile de procéder à des comparaisons par exemple", estime notre interlocuteur.

Il est aussi clair que les retombées seront bénéfiques aussi pour les clubs. Que ce soit d’un point de vue financier avec une certaine rationalisation des recettes et des dépenses, mais aussi sur le volet de la gouvernance. Il va sans dire que quelques présidents de clubs trouveront un peu de mal pour s’habituer à la nouvelle gouvernance. Cependant, il est clair que les clubs de football et leurs supporters auront la gestion, les présidents et les comités qu’ils méritent.

Jusqu’à présent, il y avait un vide dans le traitement spécifique des opérations liées au football. "Il s’agit des opérations à l’instar des contrats des joueurs, des primes de signatures pour les joueurs ou encore ceux des entraîneurs et du staff technique", précise notre interlocuteur.

Des états de synthèses à la fin de l'exercice

Il faut savoir que chaque club avait sa propre façon pour traiter ce genre d’opération. La gestion ressemblait à celle d’une épicerie, avec seulement des recettes et des dépenses. "C’est une comptabilité d’engagement que doivent suivre les clubs et ils devront désormais produire un bilan, un compte de produits et charges, des informations minimales et que ça soit la même chose pour tout le monde à la fin de chaque exercice", détaille Redouane Tayfi.

Les responsables et les présidents des clubs devront ainsi veiller à enregistrer et à notifier toutes les dépenses engagées. La bonne gouvernance voudrait aussi que les ambitions des clubs soient en cohérence avec leurs ressources financières. Désormais, il est interdit qu’un club recrute alors qu’il traîne des dettes. Par ailleurs, la fédération a mis l’accent sur le contrôle interne dans les clubs de football en les obligeant à avoir cette fonction en interne.

Ce qui est certain aussi, c’est que même pour les instances dirigeantes du football national, elles auront une lecture commune et comparable pour toutes les formations footballistiques. D’autant plus qu’il est question de mettre à niveau les clubs en vue de les passer en sociétés anonymes. "Le plan comptable des clubs de football tombe à point nommé et ce n’est qu’une première étape. S’ensuivra un deuxième qui va concerner les sociétés sportives à proprement parler", conclut cet expert comptable.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

La gestion des clubs de football connaît une réelle révolution avec l’adoption du tout premier plan comptable qui leur est spécialement dédié. L’on passe d’une comptabilité de trésorerie à une comptabilité d’engagements. La Fédération Royale Marocaine de Football souhaite plus de transparence et prépare la prochaine étape. 

Le Conseil national de la comptabilité (CNC) a adopté lors de sa dernière Assemblée Plénière du 11 juillet dernier le tout premier plan comptable des clubs de football. "C’est un référentiel commun dédié aux associations sportives qui est venu répondre à des questions spécifiques liées au football et qui n’étaient prévues nulle part", explique à Médias24, Redouane Tayfi expert comptable et chercheur dans le domaine de la gestion des clubs. C’est une réelle révolution que vont vivre les clubs de football et leurs dirigeants.

Tous concernés 

Tous les clubs formés en association pratiquant en première ou en deuxième division et même ceux des divisions amateurs sont concernés par ce nouveau référentiel. L’objectif de ce document, premier du genre, et avant tout d’asseoir les bonnes pratiques financières et comptables. La fédération Royale Marocaine de Football souhaite mettre un peu d’ordre dans la gestion de ce sport. La transparence est aussi l’un des principaux buts de cette nouvelle ère voulue par les instances dirigeantes du football national.

"Les clubs vont fournir des états financiers selon des normes et des formes communes, il sera alors plus facile de procéder à des comparaisons par exemple", estime notre interlocuteur.

Il est aussi clair que les retombées seront bénéfiques aussi pour les clubs. Que ce soit d’un point de vue financier avec une certaine rationalisation des recettes et des dépenses, mais aussi sur le volet de la gouvernance. Il va sans dire que quelques présidents de clubs trouveront un peu de mal pour s’habituer à la nouvelle gouvernance. Cependant, il est clair que les clubs de football et leurs supporters auront la gestion, les présidents et les comités qu’ils méritent.

Jusqu’à présent, il y avait un vide dans le traitement spécifique des opérations liées au football. "Il s’agit des opérations à l’instar des contrats des joueurs, des primes de signatures pour les joueurs ou encore ceux des entraîneurs et du staff technique", précise notre interlocuteur.

Des états de synthèses à la fin de l'exercice

Il faut savoir que chaque club avait sa propre façon pour traiter ce genre d’opération. La gestion ressemblait à celle d’une épicerie, avec seulement des recettes et des dépenses. "C’est une comptabilité d’engagement que doivent suivre les clubs et ils devront désormais produire un bilan, un compte de produits et charges, des informations minimales et que ça soit la même chose pour tout le monde à la fin de chaque exercice", détaille Redouane Tayfi.

Les responsables et les présidents des clubs devront ainsi veiller à enregistrer et à notifier toutes les dépenses engagées. La bonne gouvernance voudrait aussi que les ambitions des clubs soient en cohérence avec leurs ressources financières. Désormais, il est interdit qu’un club recrute alors qu’il traîne des dettes. Par ailleurs, la fédération a mis l’accent sur le contrôle interne dans les clubs de football en les obligeant à avoir cette fonction en interne.

Ce qui est certain aussi, c’est que même pour les instances dirigeantes du football national, elles auront une lecture commune et comparable pour toutes les formations footballistiques. D’autant plus qu’il est question de mettre à niveau les clubs en vue de les passer en sociétés anonymes. "Le plan comptable des clubs de football tombe à point nommé et ce n’est qu’une première étape. S’ensuivra un deuxième qui va concerner les sociétés sportives à proprement parler", conclut cet expert comptable.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.